Rechercher

Le BNVCA dépose plainte après la diffusion d’un tract antisémite

Diffusé par un site antisémite et néonazi hébergé aux Etats-Unis, le tract appelle à manifester le 17 novembre contre "la finance judéo-bolchévique"

Partie du logo du site antisémite "Démocratie participative" présent sur sa page d'accueil. (Crédit : Capture d'écran DP)
Partie du logo du site antisémite "Démocratie participative" présent sur sa page d'accueil. (Crédit : Capture d'écran DP)

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a annoncé il y a quelques jours avoir déposé plainte contre les auteurs de tracts « antisémites et néo-nazis » diffusés par le site Démocratie Participative (DP) de Boris Le Lay.

Ces tracts appellent à manifester le 17 novembre contre la « finance Judéo bolchevique » et « le pillage Fiscale de la juiverie internationale », à l’occasion de la manifestation dite des gilets jaunes qui devrait avoir lieu à cette date contre la hausse dur le prix des carburants.

« Ces caricatures infâmes et ces ‘tracts’ ignobles diffusés sur internet et les réseaux sociaux via le Site ‘democratieparticipative’ seraient l’œuvre d’un dénommé Boris Le Lay un repris de justice, plusieurs fois poursuivi en justice par le BNVCA et plusieurs fois condamné » ne décolère pas le BNVCA.

Après un énième article consacré à une personnalité juive sur qui le site avait apposé l’étoile jaune, en l’occurrence le nouveau secrétaire d’Etat Gabriel Attal, le procureur de la République a assigné le 17 octobre dernier en référé les opérateurs de télécoms pour qu’ils bloquent le site internet d’extrême droite. Une démarche inédite.

Neuf opérateurs, dont les quatre principaux : SFR, Orange, Free et Bouygues Telecom, sont ainsi assignés le 8 novembre prochain au tribunal de grande instance de Paris dans le cadre de cette procédure d’urgence. Ils auront deux semaines pour faire cesser la diffusion du site en France.

Boris Le Lay. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Le 4 novembre dernier, un des deux sites gérés par Le Lay n’était plus accessible depuis la France, tandis que DP ne l’était plus depuis la Belgique.

Le site Memri (Institut de recherche sur les médias du Moyen Orient) a consacré une enquête à DP qui l’a emmené aux abords de la droite alternative américaine, ce mouvement mêlant suprématisme blanc et néo-nazisme qui a gagné en importance à l’occasion de la campagne américaine de Donald Trump pour les présidentielles de 2016.

Memri note de manière troublante que DP « est formaté de manière quasi-identique que le Daily Stormer le site néo-nazi et suprématiste blanc basé aux Etats-Unis : comme ce dernier « DP appelle aux dons en shekels, prétend être contre la violence » et possède une charte visuelle proche du site américain.

Pour confirmer cette proximité le Daily Stormer – dont le nom rappelle Der Strumer, un organe de propagande antisémite allemand- titrait le 15 mars 2017 à propos de DP : « New Daily Stormer -Style News Site Emerges in France », un nouveau site ressemblant au Daily Stormer voit le jour en France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...