Rechercher

Le bus qui a causé la mort d’une mère et de ses 2 filles aurait eu un dysfonctionnement

La police a interrogé le chauffeur soupçonné d'homicide involontaire par négligence ; ses supérieurs ont affirmé que le suspect a 18 ans d'expérience et un dossier impeccable

La scène d'un accident de bus dans la rue Shamgar à Jérusalem, le 11 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La scène d'un accident de bus dans la rue Shamgar à Jérusalem, le 11 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le conducteur du bus qui a heurté et tué une mère et ses deux filles dans le nord de Jérusalem jeudi soir a déclaré vendredi aux inspecteurs de police qu’il avait accidentellement déclenché le relâchement des freins en essayant de réparer un dysfonctionnement.

Le conducteur se trouvait à l’extérieur du bus au moment des faits, occupé à régler un « problème technique », lorsque le véhicule s’est mis à rouler.

Le bus s’est alors déporté de la rue Shamgar et a percuté un arrêt de bus où se trouvaient une dizaine de personnes. Outre les trois personnes qui ont été tuées, neuf autres ont été blessées, dont une femme d’une vingtaine d’années qui se trouve toujours dans un état très grave et une femme d’une quarantaine d’années, un garçon de quatre ans et un bébé de neuf mois qui se trouvent dans un état modéré.

La police a tenté d’interroger le conducteur peu après l’accident, tard dans la nuit de jeudi à vendredi, mais il était trop agité suite à ce qui s’était passé et les agents ont décidé de reporter l’interrogatoire à vendredi.

Au cours de l’interrogatoire, le conducteur de la route 402 reliant Bnei Brak à Jérusalem a déclaré que le coffre du bus ne se fermait pas et qu’il avait décidé de s’arrêter près du dernier arrêt et de faire sortir tous les passagers du bus pour qu’il puisse régler le « problème technique ».

Le chauffeur est lui-même descendu du bus afin d’inspecter le problème. Peu après, le bus s’est remis à rouler, et le conducteur a expliqué qu’il avait vraisemblablement touché accidentellement un mécanisme d’urgence qui libère automatiquement les freins.

Il a également déclaré que peu de temps avant l’accident, il aurait signalé le dysfonctionnement à ses supérieurs de la compagnie de bus Egged, selon des informations non sourcées.

Les images des caméras de sécurité semblent corroborer le récit du chauffeur, montrant le bus faisant une embardée involontaire sur les piétons rue Shamgar, alors que son coffre était encore ouvert.

Les funérailles des victimes tuées dans un accident de bus à Jérusalem, le 12 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le responsable des inspections de la compagnie Egged, Freddy Hershkowitz, a déclaré vendredi au radiodiffuseur public Kan que le bus avait passé son inspection mensuelle quelques heures avant l’accident et qu’aucun problème n’avait été identifié. Il a toutefois fait remarquer que le chauffeur avait 18 ans d’expérience et n’avait pas commis une seule infraction au code de la route au cours des cinq dernières années.

Le conducteur – un résident de Beer Sheva – a été interrogé pour suspicion d’homicide par négligence et a ensuite été libéré avec une assignation à résidence de cinq jours.

Les trois victimes de l’accident ont été identifiées comme étant Shoshana Glustein, 40 ans, originaire d’Ofakim, et ses deux filles Chaya Sara, 7 ans, et Chana, 3 ans. La mère était enceinte mais les médecins n’ont pas pu sauver le bébé.

Leurs funérailles ont eu lieu vendredi après-midi à Jérusalem, en présence de centaines de personnes.

Faisant l’éloge de ses proches, le veuf de Shoshana, le rabbin Dov Glustein, a déclaré : « Le Seigneur a donné et le Seigneur a repris. Chacun a son temps dans ce monde. »

Le rabbin Dov Glustein prend la parole lors des funérailles à Jérusalem de sa femme et de ses deux filles, le 12 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Le fait que nous pleurions maintenant est une erreur », a-t-il poursuivi, « Nous avons eu maman, Sarah et Chana pour une période limitée et cela devait s’arrêter là. Nous sommes reconnaissants pour les merveilleuses années durant lesquelles Dieu nous a bénis d’une famille aimante. Si Shoshana le pouvait, elle demanderait de faire un don à une œuvre de charité afin que nous soyons bénis par la venue du Messie, Amen. »

Le Premier ministre Yair Lapid a présenté ses condoléances à la famille Glustein après l’accident, déclarant : « Mon cœur se brise pour vous. Puissiez-vous ne plus jamais connaître de chagrin ».

Quatorze personnes ont été tuées dans des accidents de la route au cours de la semaine dernière. Plus tôt vendredi, deux chauffeurs de bus – Yoav Hidri et Hanoch Talker, ont été percutés et tués par des véhicules venant en sens inverse alors qu’ils traversaient la route 4 près de l’intersection de Yad Mordechai, près d’Ashkelon, afin d’aider les victimes d’un autre accident.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...