Le camarade de Blaze Bernstein plaide non-coupable
Rechercher

Le camarade de Blaze Bernstein plaide non-coupable

Samuel Woodward, 20 ans, a été accusé dans l'affaire de la mort de l'étudiant juif assassiné ; sa caution s'élève à 5 millions de dollars

Samuel Lincoln Woodward, 20, ans, de Newport Beach,  suspect dans le meurtre de Blaze Bernstein, 19 ans, au centre central de la justice du comté d'Orange le 17 janvier 2018 à Santa Ana, en Californie. (Crédit : Allen J. Schaben / Los Angeles Times via Getty Images via JTA)
Samuel Lincoln Woodward, 20, ans, de Newport Beach, suspect dans le meurtre de Blaze Bernstein, 19 ans, au centre central de la justice du comté d'Orange le 17 janvier 2018 à Santa Ana, en Californie. (Crédit : Allen J. Schaben / Los Angeles Times via Getty Images via JTA)

Un ancien camarade de lycée de Blaze Bernstein, 19 ans, l’élève juif dont le corps sans vie a été retrouvé dans un parc à proximité de la maison de ses parents, dans le sud de la Californie, a plaidé non-coupable de meurtre.

Samuel Woodward, 20 ans, de Newport Beach, en Californie, a été condamné à verser une caution de 5 millions de dollars en échange de sa libération après une audience qui a eu lieu vendredi devant la cour supérieure du comté d’Orange. Initialement fixée à deux millions de dollars, le montant de sa caution a été revu à la hausse après que le juge a déterminé que l’adolescent pourrait tenter de fuir. S’il verse cette caution, il subira plusieurs restrictions, notamment un contrôle via GPS, un couvre-feu, et une injonction d’éloignement de la famille Bernstein.

Il comparaîtra à nouveau devant le tribunal le 2 mars, selon des informations.

Woodward a été accusé de meurtre le mois dernier. L’accusation d’homicide involontaire a inclus une circonstance aggravante pour avoir utilisé un couteau.

Le journal Orange County Register, citant une déclaration sous serment que la rédaction s’est procurée, avait rapporté que Bernstein avait été poignardé plus de 20 fois, ce qui avait conduit les autorités à enquêter pour savoir si l’adolescent avait été tué dans un acte de rage. Bernstein était gay et aurait entretenu une relation amoureuse avec Woodward.

Woodward a été arrêté après que des techniciens du laboratoire criminel ont déterminé que le sang trouvé sur un sac de couchage en sa possession appartenait à Bernstein, avait écrit le quotidien. L’arme du crime n’aurait pas été retrouvée. Woodward risque une peine de prison de 26 ans, voire un emprisonnement à vie.

Woodward est un « nazi avoué » et un membre de la division Atomwaffen, un groupe extrémiste néo-nazi, a fait savoir le site Internet ProPublica.

Il n’y a aucune preuve que les deux jeunes aient été amis à l’école des beaux-arts du comté d’Orange lorsqu’ils étaient lycéens.

Bernstein se trouvait à la maison de ses parents à Lake Forest dans le sud de la Californie pendant les vacances d’hiver de l’Université de Pennsylvanie. Son corps avait été découvert dans une tombe peu profonde à Borrego Park le 9 janvier, une semaine après avoir disparu. Des centaines de personnes avaient assisté à une veillée aux chandelles en sa mémoire après l’annonce de la découverte.

La famille a annoncé sur un site Internet créé en mémoire de Blaze qu’elle organisera à la fin du mois un événement appelé : “#BlazeItForward: Commémoration de Blaze Bernstein et appel communautaire à la bonté ». Cet événement aura lieu le 25 février à Costa Mesa, en Californie, et permettra de rendre hommage aux policiers et aux bénévoles qui avaient recherché l’adolescent. Des écrits choisis de Blaze seront également lus.

La mère de Blaze, Jeanne Pepper, a écrit dans un article rédigé à la première personne la semaine dernière que face au meurtre de Blaze, elle et son époux ont réalisé que « nous avions l’opportunité d’établir un exemple pour tous, partout. De montrer comment, même face à la tragédie et à la perte, il y a quelque chose de mieux sur lequel se concentrer que l’amertume, la revanche, l’apitoiement sur soi et le regret. Nous voulions que les gens se tournent vers l’amour, la tolérance et la bonté, qu’ils fassent le bien. Notre objectif était de réparer notre monde brisé, un enfant à la fois, un acte de bonté à la fois, une journée à la fois. Pour nous spécifiquement, nous avons décidé d’utiliser la plateforme qui nous a été donnée, en tant que parents de Blaze, pour poursuivre sa destinée : celle de faire du monde un meilleur endroit ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...