Le Centre Wiesenthal condamne la position présumée du consul français à Ramallah
Rechercher

Le Centre Wiesenthal condamne la position présumée du consul français à Ramallah

Selon Palestinian Media Watch, René Troccaz aurait affirmé à Saeb Erekat que la France soutenait notamment "la libération de tous les prisonniers palestiniens"

René Troccaz lors de sa prise de fonctions en tant que Consul général de France à Jérusalem, le 24 septembre 2019. (Crédit : Photo officielle du Consulat de France)
René Troccaz lors de sa prise de fonctions en tant que Consul général de France à Jérusalem, le 24 septembre 2019. (Crédit : Photo officielle du Consulat de France)

Dans une lettre adressée ce mercredi au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le Centre Simon Wiesenthal, par l’intermédiaire du Dr Shimon Samuels, son directeur des relations internationales, a fait part de sa « profonde préoccupation concernant un récent entretien du consul général de France à Ramallah – qui réside à Jérusalem ».

L’organisation reproche ainsi à René Troccaz d’avoir, lors d’une réunion avec Saeb Erekat, secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), fait des « déclarations non diplomatiques révélées par le très respecté Palestinian Media Watch, et qui ont depuis été reprises par le quotidien palestinien Al Hayat Al Jadida ».

Selon ces sources, M. Troccaz aurait, lors de son entretien, défini la position de la France comme favorable à plusieurs demandes de l’Autorité palestinienne, dont
« la libération de tous les prisonniers palestiniens, y compris les terroristes et les assassins de civils ; et le droit au retour de tous les ‘réfugiés palestiniens’ ».

Le Centre demande ainsi des clarifications auprès du ministre des Affaires étrangères sur la position de la France.

« Les positions rapportées par votre consul général sont-elles celles de la France ? Si ce n’est pas le cas, nous vous exhortons à rappeler M. Troccaz pour abus de ses fonctions. Si tel est le cas, nous protestons contre cette politique unilatérale scandaleuse », a écrit Samuels.

« La politique délirante apparente de M. Troccaz n’apportera pas la paix, mais pourrait encourager davantage de terrorisme islamique sur le sol français », a affirmé le Centre.

« Monsieur le ministre des Affaires étrangères, nous attendons que, après enquête, M. Troccaz s’excuse auprès d’Israël et du peuple juif », a conclu Samuels.

La semaine dernière, Jean-Yves Le Drian a participé à une déclaration conjointe de la France, l’Egypte, la Jordanie et l’Allemagne, condamnant le projet d’annexion israélien de pans de la Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...