Le Centre Wiesenthal s’oppose au candidat qatari à la tête de l’UNESCO
Rechercher

Le Centre Wiesenthal s’oppose au candidat qatari à la tête de l’UNESCO

L’association affirme que Hamad ben Abdulaziz al-Kawari a soutenu à plusieurs reprises des propos antisémites, et nié la relation du judaïsme à Jérusalem

Hamad ben Abdulaziz al-Kawari, ancien ministre qatari de la Culture. (Crédit : Wikimedia/Creative Commons)
Hamad ben Abdulaziz al-Kawari, ancien ministre qatari de la Culture. (Crédit : Wikimedia/Creative Commons)

Le Centre Simon Wiesenthal a protesté auprès de l’UNESCO contre la candidature de l’ancien ministre qatari de la Culture à la direction de l’institution culturelle onusienne, affirmant qu’il avait tenu à plusieurs reprises des paroles antisémites, et qu’il avait nié la relation entre Jérusalem et le judaïsme.

Hamad ben Abdulaziz al-Kawari a été annoncé comme l’un des neuf candidats retenus pour le poste de directeur général de l’UNESCO cette semaine, ce qui a déclenché les protestations de l’association juive.

Ces derniers mois, l’UNESCO a été fréquemment critiquée par Israël et les associations juives pour une série de résolutions cherchant à nier les relations du judaïsme et du christianisme à Jérusalem et au mont du Temple.

Shimon Samuels, le directeur des relations internationales du Centre, a envoyé vendredi une lettre à l’ambassadeur Michael Worbs, qui préside le conseil exécutif de l’UNESCO. Il y a exprimé sa surprise de voir le nom d’al-Kawari sur la liste des candidats, soulignant que « hier seulement, le Qatar a soutenu un projet de résolution contestant toute relation d’Israël et du judaïsme à Jérusalem, Est comme Ouest. »

Le Centre a souligné qu’en tant que ministre qatari de la Culture, al-Kawari avait supervisé des manifestations culturelles fomentant des « théories du complot et la haine des Juifs ».

Façade de l'Unesco, située à l'avenue Suffren à Paris
Façade de l’Unesco, située à l’avenue Suffren à Paris

Il a également écrit une préface pour un recueil de poèmes sur Jérusalem qui comprend des théories du complot antisémites, a affirmé le Centre.

« M. le président, celui qui soutient apparemment les termes de Goebbels ne doit pas diriger la branche intellectuelle des Nations unies. Nous attendons de vous que vous conseilliez conformément le conseil exécutif », pouvait-on lire dans la lettre.

Le vote doit avoir lieu ce mois-ci.

Worbs a dans le passé regretté les résolutions de l’UNESCO sur Jérusalem.

La candidature de dernière minute de l’actuelle ministre juive de la Culture française, Audrey Azoulay, a soulevé de vives critiques en France et de la part des pays arabes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...