Le chef de l’association anglaise de foot indigne les Juifs britanniques
Rechercher

Le chef de l’association anglaise de foot indigne les Juifs britanniques

Martin Glenn a établi un lien entre l'étoile de David et la croix gammée en tentant de justifier l'interdiction du port de symboles politiques dans les stades

Une étoile de David gravée dans la pierre, Californie, 2008 (Crédit : CC BY BrokenSphere/Wikimedia Commons)
Une étoile de David gravée dans la pierre, Californie, 2008 (Crédit : CC BY BrokenSphere/Wikimedia Commons)

Le directeur-général de l’Association de football du Royaume-Uni (FA), Martin Glenn, a été vivement critiqué par un membre éminent de la communauté juive britannique après avoir dit que l’étoile de David était un symbole « dont nous ne voulons pas » dans le football au même titre que la croix gammée.

Simon Johnson, directeur-général du Jewish Leadership Council et lui-même ancien directeur des affaires générales au sein de cette instance sportive, a qualifié les paroles de Glenn « d’offensantes et inappropriées ».

Les propos de Glenn avaient été tenus alors qu’il tentait de justifier la décision prise par l’association de poursuivre le manager de Manchester City, Pep Guardiola, pour avoir affiché un ruban jaune en signe de soutien aux leaders de l’indépendance catalane emprisonnés.

Suite aux événements, l’an dernier, qui avaient marqué l’initiative de la Catalogne de rompre avec l’Espagne et qui avaient compris un référendum et une proclamation d’indépendance – tous deux considérés comme illégaux – les autorités avaient emprisonné plusieurs leaders de ce mouvement.

Guardiola a jusqu’à lundi prochain à 18 heures pour répondre à l’accusation qui lui est faite d’avoir violé les règlements de la FA, qui interdisent le port de symboles politiques.

L’association avait été accusé d’hypocrisie au vu de sa campagne prolongée auprès des instances de football internationales en faveur du port d’un coquelicot sur le maillot des joueurs pour marquer la journée de l’armistice.

Mais Glenn, qui s’était exprimé après une réunion de la FIFA, la fédération mondiale du sport installée à Zurich, avait rejeté la comparaison.

« Nous avons réécrit la Règle numéro 4 de manière à ce que les symboles comme un coquelicot soient acceptés mais que ce qui s’avère être hautement clivant ne le soit pas », avait dit Glenn, des propos repris par plusieurs journaux nationaux britanniques.

« Cela peut être des symboles religieux forts, cela peut-être une étoile de David, cela peut-être la faucille et le marteau, cela peut être une croix gammée, cela peut être (une représentation de l’ancien président du Zimbabwe) Robert Mugabe sur votre maillot – voilà ce dont nous ne voulons pas ».

« Pour être honnête, pour être très clair, le ruban jaune de Pep Guardiola est un symbole politique, c’est un symbole de l’indépendance de la Catalogne et je peux vous dire qu’il y a eu de nombreux espagnols, non-catalans, qui ont été très énervés », avait-il ajouté.

« Tout ce que nous faisons, c’est appliquer équitablement les règles du jeu », avait-il conclu.

L’étoile de David est au centre du drapeau national d’Israël, un état juif, et elle est présente sur le matériel et dans les stades.

‘Inapproprié’

« Je n’ai aucun problème avec le fait que l’association de football britannique clarifie la Règle numéro 4 et qu’elle spécifie que TOUS les symboles religieux sont interdits si tel est le cas », a écrit Johnson sur Twitter.

« Mais en expliquant cette décision, les exemples empruntés par le directeur de l’association ont été peu pertinents et d’un goût médiocre ».

Johnson, le directeur-général de la candidature manquée du Royaume-Uni à l’accueil de la Coupe du monde 2018, a estimé que « l’étoile de David est un symbole religieux juif d’une importance extrême pour tous les Juifs dans le monde. La mettre dans le même panier que la croix gammée et Robert Mugabe est offensant et inapproprié ».

La croix gammée était le symbole du régime nazi en Allemagne qui a assassiné six millions de Juifs au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Les commentaires de Glenn surviennent quelques jours après l’annonce que le prince William, président de l’Association de football britannique, sera le tout premier membre éminent de la famille royale à effectuer une visite officielle en Israël dans l’année.

Le Duc et la Duchesse de Cambridge, Prince William et Kate Middleton, à Auckland, Nouvelle-Zélande en 2014. (Crédit : Image Prince William et Kate Middleton via Shutterstock).

Ils soulèvent également de nouvelles interrogations au sujet des responsables du football britannique après que Glenn et le président de l’association, Greg Clarke, ont été largement critiqués l’année dernière pour leur gestion du harcèlement et des allégations racistes de la part de l’attaquant Eni Aluko contre l’ancien entraîneur de l’équipe féminine d’Angleterre, Mark Sampson.

Clarke avait reconnu qu’il avait été « fustigé avec raison » pour avoir qualifié de « bêtise » les affirmations de racisme institutionnel lorsqu’il était apparu devant une commission formée de députés britanniques au mois d’octobre dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...