Rechercher

Le chef du Fonds Anne Frank s’exprime dans la polémique sur la trahison

Les éléments ayant entraîné Rosemary Sullivan à conclure que la jeune écrivaine et sa famille avaient été trahis par un notaire juif sont "un tissu d'erreurs", s'est-il insurgé

Anne Frank. (Crédit : Domaine public)
Anne Frank. (Crédit : Domaine public)

Selon le dirigeant du Fonds Anne Frank, l’enquête ayant entraîné l’affirmation que ce serait un notaire juif, Arnold van den Bergh, qui aurait livré la jeune adolescente et sa famille aux nazis, pendant la Seconde Guerre mondiale, « serait un tissu d’erreurs ».

Publié la semaine dernière, le livre The Betrayal of Anne Frank: A Cold Case Investigation écrit par Rosemary Sullivan a déterminé qu’Arnold van den Bergh — notaire et membre du Conseil Juif, dont les membres étaient désignés par les nazis – avait donné les adresses de familles juives vivant dans la clandestinité en échange de sa liberté sur la base d’une lettre anonyme qui avait été envoyée au père de la jeune écrivaine, Otto Frank. Parmi ces adresses aurait figuré celle du bureau de ce dernier, où les pièces secrètes où la famille se cachait se trouvaient.

S’exprimant après les historiens qui ont qualifié les conclusions de Sullivan de « bêtises », John Goldsmith, président du Fonds établi par Otto Frank à Bâle, fait savoir que les affirmations faites manquaient de preuves et qu’elle s’apparentaient à « une théorie du complot ».

« Ces conclusions contribuent moins à établir la vérité qu’à ajouter à la confusion, en tenant également compte du fait qu’elles sont le fruit d’un tissu d’erreurs », a dit Goldsmith au journal suisse Blick am Sonntag, des propos publiés dimanche, selon l’agence de presse Reuters.

Otto Frank. (Crédit : Dutch National Archives et Spaarnestad Photo / Wikipedia)

« Aucune preuve n’a été avancée, tout simplement. Aider à propager une affirmation qui, dans le débat public, va devenir un fait, cela s’apparente de près à une théorie du complot », a-t-il accusé.

« Ce qu’on va retenir de ça aujourd’hui, c’est : Un Juif a trahi un Juif. Cela restera dans les mémoires et c’est dérangeant », a-t-il continué.

A LIRE : « Ma tante a pu trahir Anne Frank, » écrit le fils de la Juste de l’Annexe secrète

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...