Le chef du Labour n’interfèrera pas dans l’affaire Livingstone
Rechercher

Le chef du Labour n’interfèrera pas dans l’affaire Livingstone

De nombreux responsables du parti ainsi que la communauté juive britannique ont critiqué la suspension

Jeremy Corbyn vient d'être élu nouveau chef du parti d'opposition travailliste britannique, à Londres, le 12 septembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / BEN STANSALL)
Jeremy Corbyn vient d'être élu nouveau chef du parti d'opposition travailliste britannique, à Londres, le 12 septembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / BEN STANSALL)

Le chef du Parti travailliste britannique a déclaré mercredi qu’il n’interviendrait pas dans le processus disciplinaire interne entamé contre Ken Livingstone au sujet de ses propos antisémites et a averti que l’ancien maire londonien pourrait faire face à des pénalités supplémentaires s’il refuse de présenter des excuses.

« Il est profondément décevant que, malgré son passé de défenseur du racisme, Ken n’ait pas réussi à admettre ni à présenter des excuses pour le mal qu’il a causé », a déclaré le chef du parti Jeremy Corbyn dans un communiqué.

« Beaucoup de gens sont naturellement contrariés par le fait qu’il a continué à faire des remarques offensantes qui pouvaient l’exposer à d’autres mesures disciplinaires. »

Hier, le parti travailliste du Royaume-Uni a suspendu Livingstone pendant un an pour les propos tenus l’an dernier. Il affirmait qu’Hitler soutenait le sionisme et un conseil disciplinaire a jugé ces remarques « considérablement préjudiciables » au parti.

De nombreux responsables du parti ainsi que la communauté juive britannique ont critiqué la décision, qu’ils décrivent comme une tape sur la main.

« Depuis l’ouverture du processus disciplinaire, je ne l’ai pas entravé et je respecte l’indépendance des organes disciplinaires du parti », affirme Corbyn. « Les commentaires et les actions ultérieurs de Ken seront maintenant examinés par le Comité exécutif national après les représentations des membres du parti. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...