Le Conseil de sécurité des Nations unies condamne l’attaque de Tel Aviv
Rechercher

Le Conseil de sécurité des Nations unies condamne l’attaque de Tel Aviv

Première dénonciation depuis le début de la vague de terreur en octobre dernier, l'organisation internationale condamne la fusillade dans les "termes les plus forts"

Le marché Sarona après une fusillade le 8 juin 2016 (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Le marché Sarona après une fusillade le 8 juin 2016 (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné jeudi l’attaque terroriste meurtrière qui a eu lieu dans le centre de Tel Aviv mercredi. C’est la première dénonciation par l’ONU de la violence palestinienne depuis que la vague d’attaques terroristes a commencé en octobre dernier.

Quatre Israéliens ont été tués dans l’attaque à l’arme à feu qui a eu lieu dans le complexe de Sarona à Tel Aviv mercredi soir, et 16 personnes ont été blessées, quatre d’entres elles sérieusement. Les terroristes ont été identifiés par la police comme étant des membres d’une même famille de Cisjordanie.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a réprouvé « dans les termes les plus forts l’attaque terroriste de Tel Aviv, Israël », et les membres du Conseil ont « exprimé leur profonde sympathie et leurs condoléances aux familles des victimes et au gouvernement israélien », d’après une déclaration émanant du bureau de l’envoyé israélien aux Nations Unies.

Le Conseil de sécurité a également « souligné le besoin de mener les auteurs, les organisateurs et les sponsors de ces actes répréhensibles de terrorisme devant la justice », ajoutait la déclaration.

L’ambassadeur israélien Danny Danon a écrit une lettre au Conseil de sécurité des Nations unies lui demandant de condamner le carnage.

Danny Danon en mai 2014. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Danny Danon en mai 2014. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« Les images du carnage résultant de la terreur palestinienne ont touché les membres du Conseil de sécurité. Cette condamnation est une déclaration importante, et morale », a affirmé Danon. « Nous appelons tous les pays du monde à aider à mettre un terme à ces attaques en s’opposant avec force à l’incitation à la haine palestinienne qui mène directement au terrorisme violent ».

Plusieurs pays ont condamné mercredi l’attaque.

Washington a dénoncé un acte « horrible », « dans les termes les plus forts », a affirmé Mark Toner, porte-parole adjoint, dans un communiqué mercredi. « Nous envoyons nos condoléances profondes aux familles de ceux qui ont été tués, et nos espoirs de convalescence rapide aux blessés ».

« Ces attaques lâches contre des civils innocents ne peuvent jamais être justifiées. Nous sommes en lien avec les autorités israéliennes afin d’exprimer notre soutien et notre inquiétude », a ajouté Toner.

La candidate démocrate à la présidence Hillary Clinton a dénoncé l’attaque « haineuse » dans un communiqué et envoyé « mes profondes condoléances aux familles de ceux qui ont été tués, et je vais continuer de prier pour les blessés ».

« Je me tiens solidaire du peuple israélien face à ces menaces incessantes, et dans un soutien indéfectible au droit du pays à se défendre. La sécurité d’Israël doit rester non-négociable », a affirmé la probable candidate démocrate.

Le candidat présidentiel républicain Donald Trump a condamné l’attaque « scandaleuse ».

L’Union européenne a affirmé dans un communiqué que « l’attaque terroriste de mercredi au sein du complexe Sarona de Tel Aviv a exposé un grand nombre de civils innocents et de familles à des tirs sans cible précise. Quatre personnes ont été tuées et davantage ont été sérieusement blessées. Nos pensées sont avec les familles des disparus et des blessés ».

« Les responsables de ces meurtres doivent être menés en justice », a continué l’Union européenne. « Ceux qui louent ces attaques doivent être condamnés ».

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon a affirmé dans un communiqué dénonçant la fusillade qu’ « il n’y a aucune justification pour le terrorisme ou pour la glorification de ceux qui commettent de telles actions de haine ».

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux de l'attaque terroriste du marché Sarona, à Tel Aviv, le 8 juin 2016 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux de l’attaque terroriste du marché Sarona, à Tel Aviv, le 8 juin 2016 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Le secrétaire général est choqué que les dirigeants du Hamas aient choisi de saluer cette attaque et de la célébrer », a affirmé le bureau de Ban dans un communiqué. « Il appelle les dirigeants palestiniens à être à la hauteur de leur responsabilité et à dénoncer fermement la violence et l’incitation à la haine qui l’alimente ».

Nickolay Mladenov, Coordinateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, a affirmé sur Twitter qu’il était « choqué de voir que le #Hamas salue l’attaque terroriste de #TelAviv. Les dirigeants doivent dénoncer fermement la violence et l’incitation à la haine qui l’alimente, et de ne pas l’excuser ».

Plus tôt, le dirigeant du Hamas Ismaël Haniyeh a appelé le terroriste blessé un « héros » et a déclaré prier pour son âme. Le groupe terroriste islamiste a dit que l’attaque, dont on pense qu’elle a été menée par deux Palestiniens issus d’un village situé près de Hébron, était un « message des enfants de la résistance pour les dirigeants de l’occupation, en particulier pour (le ministre de la Défense Avigdor Liberman) », qui est entré en fonction la semaine dernière.

Le président français François Hollande a condamné « avec la plus grande force l’attaque odieuse » et a exprimé le « soutien de la France pour Israël dans son combat contre le terrorisme ».

Le ministère des Affaires étrangères canadien a affirmé dans un communiqué en ligne qu’Ottawa était « choqué » par l’attaque terroriste.

L’ambassadeur du Royaume-Uni en Israël David Quarrey a également twitté la condamnation britannique concernant l’attaque du marché Sarona.

« Aucune justification n’est possible pour le terrorisme où qu’il ait lieu. Nos pensées sont avec les victimes et les familles, » a-t-il affirmé sur la plateforme du réseau social.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...