Rechercher

Le contrôleur d’État israélien dirige une réunion de ses homologues à Glasgow

Englman a déclaré que les contrôleurs d'État étaient les mieux placés pour garantir que "les décisions du gouvernement en matière de climat se traduisent par des actions efficaces"

Le contrôleur d'État Matanyahu Englman (G) montre une traduction anglaise du récent rapport de son bureau sur la performance climatique des gouvernements israéliens successifs à l'auditeur général letton, Rolands Irklis, lors de la conférence climatique de l'ONU COP26 à Glasgow, en Écosse, le 4 novembre 2021. (Bureau du contrôleur d'État)
Le contrôleur d'État Matanyahu Englman (G) montre une traduction anglaise du récent rapport de son bureau sur la performance climatique des gouvernements israéliens successifs à l'auditeur général letton, Rolands Irklis, lors de la conférence climatique de l'ONU COP26 à Glasgow, en Écosse, le 4 novembre 2021. (Bureau du contrôleur d'État)

GLASGOW, Écosse – Le contrôleur d’État d’Israël a inauguré un évènement unique en son genre lors d’une conférence de l’ONU sur le climat, concernant le rôle des auditeurs nationaux pour s’assurer que les gouvernements transformaient les déclarations choc en actions sur le terrain.

S’exprimant lors d’un événement jeudi au pavillon de l’Union européenne à la COP26, Matanyahu Englman – qui est également vice-président de l’organisation européenne des auditeurs Eurosai – a déclaré que les auditeurs nationaux avaient un rôle essentiel à jouer en « s’assurant que les décisions gouvernementales sur le climat se traduisent par des actions efficaces, et que les gouvernements soient préparés au mieux au changement climatique ».

Le mois dernier, le bureau d’Englman a publié un rapport cinglant sur l’absence de mesures prises par les gouvernements israéliens successifs au cours de la dernière décennie pour préparer le pays à la crise climatique imminente.

Le dossier de 659 pages a dévoilé la manière dont les décisions gouvernementales avaient été prises à plusieurs reprises sans être correctement budgétisées ni mises en œuvre. Il montre comment les émissions de gaz à effet de serre augmentent dans le pays et comment des objectifs peu ambitieux de réduction des émissions ont fait perdre à l’économie un montant potentiel de 217 milliards de shekels. Il a également constaté que l’objectif de l’État, qui consiste à produire 30 % de l’énergie à partir de sources renouvelables d’ici 2030, était le plus faible de l’OCDE.

Le rapport indiquait qu’Israël était « l’un des rares pays au monde qui ne fonctionne pas encore sur la base d’un plan de déploiement national budgétisé et approuvé, alors qu’il se trouve dans une zone à risque accru, et qu’il est donc encore plus exposé aux risques du changement climatique ». Le rapport faisait référence aux évaluations qui montrent que la région se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale.

Lors de l’événement de jeudi, M. Englman a déclaré à ses collègues auditeurs d’État « qu’une action mondiale globale est nécessaire pour réduire les émissions de carbone. Le changement climatique n’est pas seulement un problème environnemental, mais un problème qui englobe de nombreux systèmes et nécessite la mobilisation des organes gouvernementaux dans un effort commun ».

Des inondations dans le sud de Tel Aviv, le 4 janvier 2020. (Capture d’écran YouTube/Almog Tsadok)

« Les contrôleurs d’État jouent un rôle important dans la campagne mondiale pour le climat. En tant que contrôleurs nationaux, nous devons nous assurer que les décisions des gouvernements en matière de climat se traduisent par des mesures efficaces et que les gouvernements sont les mieux préparés au changement climatique », a-t-il ajouté.

Katy Losse, spécialiste de l’environnement et du changement climatique au National Audit Office du Royaume-Uni, a expliqué que, si les contrôleurs d’État ne déterminaient pas les politiques, ils étaient particulièrement bien placés pour surveiller leur mise en œuvre, grâce à leur indépendance et à leur accès à des informations gouvernementales auxquelles le public n’a pas accès. Ils pourraient avoir une vue d’ensemble de nombreux ministères et organismes publics, en examinant la manière dont ils travaillent ensemble et coordonnent leurs activités, ainsi que la manière dont ils mettent en œuvre, financent et contrôlent les programmes.

M. Losse a ajouté que les auditeurs britanniques s’efforçaient également d’encourager le gouvernement à faire participer le public au débat sur le climat et à mieux gérer la concurrence pour l’utilisation des terres à des fins diverses, notamment la plantation massive d’arbres pour absorber les émissions de carbone, l’agriculture et la production alimentaire et le développement du logement.

Une plantation d’arbres. (Crédit : Dewi, CC BY-SA 2.0, Wikimedia Commons)

La Grande-Bretagne dispose d’un conseil central sur le climat pour coordonner les activités ministérielles, a-t-elle poursuivi, avec des conseils « net-zéro » dans chaque ministère.

Le rapport d’Englman appelle le gouvernement israélien à mettre également en place une telle autorité centrale de coordination.

S’adressant au Times of Israel après l’événement, des sources proches du contrôleur d’État ont attribué l’engagement du Premier ministre Naftali Bennett en faveur d’émissions nettes nulles d’ici 2050, juste avant le début de la conférence de Glasgow, aux recommandations du rapport et à la façon dont il a « tendu un miroir » à ce que font les autres nations développées. Alors que le rapport n’a été publié que le 26 octobre, un projet a été envoyé aux ministères pour commentaires il y a deux mois, ont indiqué les sources.

Le contrôleur d’État israélien Matanyahu Englman, à gauche, rencontre l’ambassadrice du climat pour le Moyen-Orient et l’Afrique nommée par le gouvernement britannique lors de la COP26, Janet Rogan, en marge de la conférence des Nations unies sur le changement climatique, le 4 novembre 2021. (Crédit : Bureau du contrôleur d’État)

Le rapport appelle également à mettre beaucoup plus l’accent sur le développement de la technologie climatique israélienne. Dimanche, dans l’avion qui l’emmenait en Écosse, M. Bennett a déclaré aux journalistes qu’Israël allait créer un fonds spécial pour encourager les entrepreneurs technologiques locaux à investir dans les technologies vertes. Le lendemain, il a déclaré aux chefs de gouvernement à Glasgow qu’en mettant l’accent sur le développement de la technologie climatique, « notre impact sur le changement climatique pouvait être puissant ».

La session dirigée par Englman a été organisée afin de partager la façon dont le rapport a été élaboré, d’apprendre des autres, d’encourager l’activité climatique des auditeurs d’État dans le monde entier et de démontrer qu’Israël était impliqué dans le débat mondial sur le climat, ont indiqué les sources.

Au cours de sa visite à Glasgow, M. Englman a également rencontré l’ambassadeur pour le climat de la COP26 nommé par le gouvernement britannique pour le Moyen-Orient et l’Afrique, son homologue en Lettonie et des représentants de bureaux similaires de l’Union européenne et du Royaume-Uni.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...