Le corps d’un des 3 émeutiers palestiniens tués sorti clandestinement d’un hôpital de Jérusalem Est
Rechercher

Le corps d’un des 3 émeutiers palestiniens tués sorti clandestinement d’un hôpital de Jérusalem Est

La dépouille enveloppée d'un drap ensanglanté de Muhammad Hassan Abu Ghanem peut être vue dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux palestiniens

La dépouille enveloppée d'un drap ensanglanté de Muhammad Hassan Abu Ghanem peut être vue dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux palestiniens (Crédit : capture d'écran Facebook)
La dépouille enveloppée d'un drap ensanglanté de Muhammad Hassan Abu Ghanem peut être vue dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux palestiniens (Crédit : capture d'écran Facebook)

Le corps d’un des trois émeutiers palestiniens tués vendredi, lors des affrontements avec la police israélienne dans et autour de Jérusalem et en Cisjordanie, a été extrait de l’hôpital à Jérusalem-Est où il avait succombé à ses blessures, selon des médias palestiniens.

Dans les images diffusées vendredi par l’agence de presse palestinienne Maan, un corps recouvert d’un drap ensanglanté peut être vu en train d’être transporté à travers un mur de briques.

Il s’agirait de la dépouille de Muhammad Hassan Abu Ghanem, qui aurait été abattu dans la zone d’A-Tur et a succombé à ses blessures à l’hôpital Makassed à Jérusalem-Est.

Les autorités israéliennes conservent généralement les dépouilles des terroristes jusqu’à ce que la famille accepte d’organiser des funérailles discrètes dans le but d’éviter que l’enterrement ne suscite un mouvement de sympathie et d’encouragement aux yeux des Palestiniens.

Cette pratique, habituellement réservée aux terroristes, a été renouvelée peu de temps après qu’une vague de violences a éclaté il y a deux ans.

Or, dans ce cas, il n’y a aucune indication laissant entendre que les autorités israéliennes comptent ou comptaient garder les dépouilles des trois émeutiers tués vendredi.

شاهد.. تهريب جثمان الشهيد ابو غنام من على اسوار مستشفى المقاصد بالقدس المحتلة

Posted by ‎وكالة معا الاخبارية‎ on Friday, 21 July 2017

Les deux autres Palestiniens tués vendredi étaient Muhammad Mahmoud Sharaf, âgé de 17 ans, du quartier de Silwan et Muhammad Lafi, à l’est de Jérusalem, à 18 ans, d’Abu Dis en Cisjordanie, village situé juste à l’extérieur de Jérusalem.

Sharaf aurait été tué à Ras al-Amud en dehors de la Vieille Ville après avoir été abattu par un « colon » [résident d’implantation], selon les Palestiniens. Mais aucun tireur n’a été pour le moment identifié.

Lafi aurait été abattu lors d’un incident à Abu Dis.

Les affrontements ont éclaté vendredi à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, alors que des milliers de personnes manifestaient contre l’installation de détecteurs de métaux placés aux entrées du mont du Temple de Jérusalem.

Les nouvelles mesures de sécurité israéliennes au mont du Temple ont été introduites après que trois Israéliens arabes ont abattu deux policiers israéliens en service le 14 juillet, en utilisant des armes à feu qu’ils ont introduites clandestinement dans la mosquée d’Al-Aqsa.

L’armée israélienne a déclaré qu’au moins 17 personnes ont été arrêtées lors de ces affrontements. Selon les responsables médicaux palestiniens, plus de 200 personnes auraient été blessées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...