Rechercher

Le Dôme de fer intercepte une salve de roquettes en provenance de Gaza

Selon les autorités, entre 10 à 12 roquettes ont été tirées. Aucun blessé n'est à déplorer ; 6 émeutiers palestiniens ont été tués dont un à cause d'une grenade qu'il tenait

Le Dôme de fer intercepte une salve de roquettes tirées depuis Gaza sur le sud d'Israël (Crédit : capture d'écran Twitter)
Le Dôme de fer intercepte une salve de roquettes tirées depuis Gaza sur le sud d'Israël (Crédit : capture d'écran Twitter)

Des terroristes palestiniens de la bande de Gaza ont tiré vendredi une salve de roquettes sur le sud d’Israël. Le Dôme de fer aurait intercepté la plupart des projectiles entrants.

« Environ 10 à 12 lancements ont été identifiés de la bande de Gaza vers Israël », a déclaré l’armée dans un communiqué. « Le système de défense aérienne du Dôme de fer de l’armée israélienne a intercepté plusieurs lancements. »

Il n’y a pas eu de rapports immédiats faisant état de victimes ou de dégâts. Sept personnes en état de choc ont reçu une assistance médicale.

Des sirènes ont retenti à trois reprises dans plusieurs communautés proches de la bande de Gaza. Des milliers d’Israéliens se sont précipités dans des abris anti-aériens après une journée de violences au cours de laquelle cinq Palestiniens ont été tués au cours d’émeutes le long de la frontière.

Un porte-parole de la ville de Sdérot a déclaré qu’au moins huit roquettes avaient été tirées sur Israël, précisant que le Dôme de fer en avait intercepté six, et que deux autres étaient tombées dans une zone dégagée.

L’armée a ouvert une enquête.

Les habitants ont signalé plusieurs explosions après le déclenchement des sirènes.

Les tirs de roquettes surviennent au milieu d’une flambée de violence meurtrière dans la bande de Gaza. Plus tôt vendredi, des milliers de Palestiniens se sont rassemblés à cinq endroits le long de la frontière, brûlant des pneus et jetant des pierres et des bombes incendiaires aux troupes israéliennes qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes et des tirs réels.

Plus tôt cette semaine, une roquette a été lancée sur le sud d’Israël depuis Gaza, déclenchant des sirènes dans plusieurs communautés de la région d’Eshkol, mettant ainsi fin à une semaine de calme relatif dans l’enclave côtière. En représailles, l’armée avait ensuite ciblé huit postes du Hamas dans la bande de Gaza, notamment des bases d’entraînement et un centre de production d’armes.

Cinq émeutiers palestiniens ont été tués vendredi dans la bande de Gaza lors de manifestations et heurts avec les soldats israéliens postés le long de la barrière séparant Israël de l’enclave palestinienne sous blocus, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé du Hamas, groupe terroriste palestinien à la tête de la bande de Gaza. 170 autres ont été blessés.

Les cinq hommes, âgés de 19 à 27 ans, ont été tués dans des incidents séparés lors d’un nouveau vendredi de contestation dans la bande de Gaza le long de la barrière israélienne, selon le porte-parole du ministère, Achraf al-Qodra.

Trois d’entre eux ont été tués par des tirs israéliens à Khan Younès dans le sud du territoire palestinien et un quatrième à Jabaliya, dans le nord. Le cinquième a été tué accidentellement par l’explosion d’une grenade à main qu’il tenait à Bureij (centre), selon des témoins.

Par ailleurs, un sixième Palestinien a été tué vendredi, en Cisjordanie par des tirs israéliens lors d’affrontements vendredi, a rapporté le ministère de la Santé à Ramallah.

L’armée israélienne a indiqué que quelque 16 000 Palestiniens s’étaient rassemblés le long de la barrière « brûlant des pneus et lançant des engins explosifs » sur les soldats.

Selon son porte-parole, les troupes israéliennes ont « répondu avec des moyens anti-émeute. »

Des hélicoptères et des avions de l’armée israélienne ont ensuite ciblé des bases du Hamas dans le nord de Gaza sans faire de blessés, selon l’armée et des témoins.

Israël accuse le mouvement terroriste islamiste palestinien du Hamas qui contrôle la bande de Gaza d’orchestrer ces incidents.

L’Etat hébreu et le Hamas se sont livrés trois guerres depuis 2008 et observent un cessez-le-feu régulièrement remis en cause depuis le conflit de 2014.

Ces violences pourraient mettre en péril l’espoir d’un accord mettant fin à des mois de manifestations et de heurts.

L’ONU et l’Egypte s’emploient depuis des semaines à tenter de forger une trêve durable entre l’Etat hébreu et le Hamas, dans un contexte de crainte d’une nouvelle guerre. En échange du calme, les restrictions israéliennes pourraient être allégées.

Le 17 octobre, l’aviation israélienne avait lancé des raids dans la bande de Gaza en réponse à des tirs de roquettes, laissant craindre une hausse des tensions entre Israël et les groupes terroristes palestiniens, dont le Hamas et le Jihad islamique.

Le quotidien Al-Hayat a rapporté vendredi qu’un accord avait été trouvé, ce que le Hamas a nié tout en affirmant toutefois dans le même temps à l’AFP « s’attendre à trouver un accord très bientôt ».

Israël a rouvert, cette semaine, les points de passage avec la bande de Gaza, et autorisé la reprise de livraisons de fioul payé par le Qatar dans l’enclave.

En Cisjordanie, un Palestinien de 33 ans a été tué lors d’affrontements vendredi avec de soldats israéliens dans un village palestinien, selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

Selon des témoins, les heurts ont débuté lorsque des Israéliens sont arrivés pour visiter un site proche du village d’al-Mazraa al-Gharbiya et des Palestiniens leur ont alors jeté des pierres. Les forces de sécurités israéliennes sont ensuite intervenues. L’armée a affirmé avoir riposté aux protestataires « avec des moyens anti-émeute. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...