Rechercher

Le frère de l’ancien maire de Beit Jann a été tué par balle en pleine journée

Bassam Kablan a été tué sur son lieu de travail tandis qu'une deuxième personne a été gravement blessée ; il s'agit de la 48e victime Arabe ou Druze d'un homicide cette année

Bassam Kablan, 40 ans, tué par balle dans son magasin de matériaux de construction dans la ville druze de Beit Jann, dans le nord d'Israël, le 1er juillet 2022. (Crédit: Courtoisie)
Bassam Kablan, 40 ans, tué par balle dans son magasin de matériaux de construction dans la ville druze de Beit Jann, dans le nord d'Israël, le 1er juillet 2022. (Crédit: Courtoisie)

Le frère d’un ancien maire d’une ville druze en Galilée a été tué par balle vendredi, le dernier homicide violent en date alors que la vague de crimes dans la communauté arabe d’Israël ne semble pas diminuer.

Bassam Kablan a été déclaré mort sur place après avoir été abattu dans la ville de Beit Jann. Le frère de Kablan, Bian Kablan, était auparavant maire de la ville de Haute Galilée.

Une deuxième personne a été transportée d’urgence à l’hôpital pour des blessures graves, a déclaré le service de secours Magen David Adom. Le frère Kablan était âgé de 40 ans et la deuxième personne est âgée de 50 ans.

Les premières informations ont indiqué que Kablan a été abattu dans son magasin de matériaux de construction, lorsque des hommes armés se sont présentés et ont tiré sur lui et l’un de ses employés.

La police a déclaré avoir ouvert une enquête.

L’incident survient six ans après qu’un autre frère de Kablan, Hussein, a également été tué dans un homicide violent.

Kablan est le 48e Arabe ou Druze tué dans un incident violent depuis le début de l’année 2022, selon l’organisation Abraham Initiatives. Le décompte menace d’égaler ou de dépasser le record d’effusion de sang de l’année dernière.

Les communautés arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années.

Les Arabes israéliens blâment la police, qui, selon eux, est de l’incapacité de réprimer les puissantes organisations criminelles et détourne largement le regard face à ces violences – querelles familiales, guerres de territoire mafieuses et violences faites aux femmes.

Les criminels sont connus pour menacer ou cibler les dirigeants politiques locaux ou leurs familles afin d’extorquer des contrats publics lucratifs ou d’autres avantages. La police n’a pas précisé si l’assassinat avait un lien présumé avec le maire.

Le Cheikh Moafaq Tarif, chef spirituel de la communauté druze d’Israël, a qualifié l’incident d' »acte méprisable de terreur criminelle ».

Il a également reproché à la police de « ne pas avoir réussi à empêcher un homicide au cœur d’une ville d’Israël, en plein milieu de la journée ».

« Nous sommes en état de guerre et nous devons agir comme tel et activer les mesures d’urgence », a-t-il déclaré. « Il ne suffit pas de publier des statistiques comparant la situation actuelle à celle de l’année dernière ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...