Le gouvernement allemand dénonce une agression antisémite à Berlin
Rechercher

Le gouvernement allemand dénonce une agression antisémite à Berlin

Adam Armush, qui portait une kippa au moment des faits, a filmé son agresseur le frappant avec une ceinture et criant "Yahudi", ("Juif" en arabe)

Adam Armush, adolescent juif berlinois, interviewé par la correspondante européenne de Kan, Antonia Yamin, à Berlin, le 18 avril 2018. (Capture d'écran Twitter)
Adam Armush, adolescent juif berlinois, interviewé par la correspondante européenne de Kan, Antonia Yamin, à Berlin, le 18 avril 2018. (Capture d'écran Twitter)

Angela Merkel a vivement dénoncé mercredi une agression présumée de deux Juifs filmée par une des victimes à Berlin la veille sur fond de crainte de résurgence de l’antisémitisme en Allemagne.

« C’est bien sûr un incident terrible et nous allons réagir », a déclaré la chancelière au cours d’une conférence de presse à Bad Schmiedeberg, à l’issue d’une rencontre avec des chefs de gouvernement des régions de l’ex-RDA communiste.

« Ce combat contre de tels actes antisémites doit être gagné, il en va de la réputation de notre Etat, et nous nous engageons de toutes nos forces », a-t-elle ajouté.

Un peu plus tôt, la ministre de la Justice Katarina Barley avait dénoncé une « honte pour la démocratie ».

« L’antisémitisme ne doit plus jamais retrouver une place en Allemagne », a réagi Mme Barley sur Twitter, tandis que le chef de la diplomatie Heiko Maas dénonçait lui sur le réseau social une attaque « insupportable », rappelant « la responsabilité » particulière de l’Allemagne à l’égard des Juifs.

« Cet acte doit être puni le plus sévèrement possible », a estimé auprès de l’AFP le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster.

Deux jeunes juifs portant une kippa, un couvre-chef religieux, ont été agressés mardi soir dans un quartier huppé de Berlin par trois jeunes, dont l’un au moins parlait arabe.

L’une des victimes, Adam Armush 21 ans, a filmé la scène montrant un jeune homme le fouettant avec sa ceinture en criant « yahoud », juif en arabe. La vidéo de l’incident, a été publiée sur Facebook et partagée par un groupe de pression juif.

L’incident a eu lieu sur la Helmholtzplatz, un parc public dans le quartier Prenzlauer Berg de Berlin.

Dans un entretien filmé accordé au site Internet du journal Bild, le jeune a détaillé les circonstances de son agression et dénoncé la passivité des passants.

Selon lui, le principal agresseur parlait « un dialecte syrien ».

Le radiodiffuseur public israélien Kan a retrouvé l’adolescent, Adam Armush, et l’a interviewé près de chez lui à Prenzlauer Berg.

« C’est arrivé juste ici, à côté de chez moi, alors que je me rendais à la gare avec mon ami », a déclaré Armush dans une interview en hébreu.

« La vérité, c’est que je suis surpris que quelque chose comme ça m’arrive. Je suis encore sous le choc », a-t-il dit.

« Nous sommes sortis de chez nous, mon ami et moi, portant nos kippas, et nous avons marché dans la rue. On ne parlait à personne. Trois personnes sont venues de là-bas » – il indique le bout de la rue – « et ont commencé à nous maudire de là-bas. On n’a parlé à personne, on n’a pas répondu. Alors quand ils ont continué à nous maudire, mon ami leur a demandé d’arrêter, et cela les a mis en colère. Alors l’un d’entre eux m’a couru après. J’ai tout de suite senti qu’il était important de filmer, parce que je ne pensais pas que nous pourrions le coincer jusqu’à l’arrivée de la police.

« Je suis content qu’on ait pu faire quelque chose avec cette vidéo, j’espère qu’ils vont bientôt trouver les agresseurs. La police s’est montrée très attentionnée », a-t-il encore dit.

Selon le Forum juif pour la démocratie et contre l’antisémitisme, qui a mis en ligne l’incident de mardi, la police de Berlin a confirmé les détails de l’incident et a ouvert une enquête.

« Il est insupportable de voir un jeune Juif se faire attaquer dans la rue dans le quartier huppé de Prenzlauer Berg à Berlin parce qu’il est reconnu comme juif », a déclaré dans un communiqué Levi Salomon, porte-parole du groupe.

« Cela montre que le peuple juif n’est pas en sécurité ici non plus », a-t-il ajouté.

La lutte contre l’antisémitisme a une importance particulière pour le gouvernement allemand toujours hanté par le passé nazi.

Ces derniers mois, du fait de l’essor de l’extrême droite et des inquiétudes dues à l’afflux de réfugiés arabes, un débat s’est fait jour sur la résurgence en Allemagne de la haine à l’égard des Juifs.

Plusieurs responsables du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) ont ainsi tenu des propos haineux sur l’Holocauste et le devoir de mémoire allemand.

La chancelière a par ailleurs décidé de créer un poste de commissaire à l’antisémitisme à la suite de l’émoi suscité par des images de drapeaux israéliens brûlés au cours d’une manifestation à Berlin contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem capitale de l’Etat hébreu.

Enfin, depuis plusieurs jours une controverse agite le monde politique et culturel national après que deux rappeurs ont reçu un prix musical malgré des textes accusés de contenir des « provocations antisémites ».

A LIRE : 73 ans après la Shoah, l’antisémitisme toujours présent en Allemagne

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...