Le gouvernement annonce un plan de relance pour le secteur du tourisme
Rechercher

Le gouvernement annonce un plan de relance pour le secteur du tourisme

Les ministères des Finances et du Tourisme annoncent une aide pour les hôtels, afin de leur permettre de vivre sans les recettes vitales générées par les touristes étrangers

Vue des hôtels dans la ville du sud d'Israël d'Eilat. (Nati Shohat/Flash90)
Vue des hôtels dans la ville du sud d'Israël d'Eilat. (Nati Shohat/Flash90)

Le gouvernement a annoncé lundi un plan de relance pour le secteur touristique israélien en difficulté, afin d’aider les hôtels à rouvrir et à fonctionner sans les revenus qu’ils reçoivent normalement de l’accueil de touristes étrangers.

L’aide s’élèvera à 300 millions de shekels (55 millions d’euros), a précisé le ministère des Ffinances dans un communiqué.

L’industrie du tourisme, qui emploie quelque 80 000 personnes et contribue à environ 3 % du produit national brut, a été très touchée financièrement par le virus, les hôtels et les sites touristiques ayant été fermés jusqu’à la semaine dernière et les voyages aériens ayant été ralentis au compte-gouttes, les ressortissants étrangers étant toujours largement interdits d’entrée dans le pays.

Le ministre des Finances, Israel Katz, et le ministre du Tourisme, Asaf Zamir, ont rencontré lundi matin des représentants des travailleurs et des directeurs d’hôtels, selon la déclaration, et les ont écoutés parler des difficultés rencontrées en raison de la baisse sans précédent de près de 100 % des arrivées de non-Israéliens dans le pays.

« En raison du fait qu’environ 50 % des clients des hôtels en temps normal sont des touristes [étrangers], les hôtels ont connu des difficultés au-delà des autres secteurs », explique le communiqué.

Le député Kakhol lavan, Asaf Zamir, à la Knesset à Jérusalem le 14 mai 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Les subventions sont destinées à aider les hôtels à ouvrir dans les prochains mois pour les vacanciers israéliens, car les touristes ne seront probablement pas autorisés à entrer de sitôt.

« Le tourisme fait partie intégrante de l’économie israélienne, et il est très important pour moi », a déclaré M. Katz. « Cette mesure est un autre aspect du retour à la normale et à la croissance de l’économie ».

Asaf Zamir, membre du parti Kakhol lavan de Benny Gantz, a remercié son collègue du Likud, Israel Katz, pour son « action immédiate » et a demandé la restauration rapide du secteur touristique.

Le ciel israélien est largement fermé depuis la mi-mars, après que le pays a interdit l’entrée aux non-ressortissants et imposé une quarantaine de deux semaines aux Israéliens revenant de l’étranger, ce qui a grandement paralysé l’industrie.

Certains hôtels ont rouvert, mais à part pendant la fête de Shavouot la semaine dernière, ils sont restés relativement vides malgré la baisse des prix, ce qui leur a porté un coup financier important.

Selon un reportage de la Douzième chaîne dimanche, le chef de l’Autorité aéroportuaire israélien a demandé au ministère de la Santé d’autoriser la reprise immédiate des vols afin d’éviter des « dommages potentiellement irréversibles » à l’industrie du tourisme.

Dans une lettre, Yaakov Ganot aurait dit au directeur-général sortant du ministère, Moshe Bar Siman-Tov, qu’un cadre devrait être établi pour permettre les voyages entre Israël et les pays désignés comme « pays verts », c’est-à-dire avec un faible taux d’infection au coronavirus.

Le hall des arrivées pratiquement vide de l’aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Crédit : Flash90)

Bien que le nombre de nouveaux cas soit largement en diminution, l’aéroport Ben Gourion, principale porte d’entrée vers Israël, reste dans une situation d’urgence, avec seulement quelques vols quotidiens au départ et à destination du pays.

Israël a levé la plupart des restrictions de confinement, malgré une nouvelle épidémie à petite échelle ces derniers jours, principalement dans les écoles. Cependant, la plupart des étrangers ne peuvent toujours pas entrer dans le pays et les Israéliens, ou les résidents permanents, doivent se mettre en quarantaine pendant 14 jours après leur retour.

Des recherches épidémiologiques menées en Israël ont montré que la majorité des cas dans le pays résultaient de voyages en provenance des États-Unis.

Au début de ce mois, le chef du Conseil national de sécurité, Meir Ben-Shabbat, a mis en garde le gouvernement contre un relâchement des contrôles stricts aux frontières israéliennes, déclarant que les taux encore élevés d’infection à l’étranger constituaient une menace permanente pour Israël. Il a envoyé une lettre à de hauts fonctionnaires du gouvernement notant que l’application des réglementations existantes était d’une extrême importance si Israël, a rapporté la Douzième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...