Rechercher

Le grand rabbin d’Ukraine accuse Poutine de génocide à Marioupol

Moshe Azman affirme que trois Seder communaux ont eu lieu sous le feu de l'ennemi à Kiev. La communauté juive a envoyé des kits de Seder et des matzot à Zelensky et au maire

Moshe Reuven Azman, grand rabbin d'Ukraine, attendant des invités avant le Seder de Pessah dans une synagogue de Kiev, en Ukraine, le 15 avril 2022. (Crédit : Evgeniy Maloletka/AP)
Moshe Reuven Azman, grand rabbin d'Ukraine, attendant des invités avant le Seder de Pessah dans une synagogue de Kiev, en Ukraine, le 15 avril 2022. (Crédit : Evgeniy Maloletka/AP)

Les Juifs restés à Kiev ont organisé trois Seders communautaires sous le feu de l’ennemi cette année et n’ont pas laissé les attaques russes en cours interrompre les célébrations de Pessah, a déclaré Moshe Azman, l’un des grands rabbins d’Ukraine, à la chaîne de radio publique Kan, depuis la capitale assiégée lundi matin. Il a ajouté que les Juifs de Kharkiv avaient également organisé un Seder communautaire sous les tirs.

Azman a raconté avoir officié aux funérailles d’un Juif, Zoreslav Zamoiskiy, quelques heures avant le Seder de dimanche. Selon lui, cet homme aurait été abattu par les troupes russes à Bucha, en dehors de la capitale, où des preuves du massacre de civils par les Russes ont émergé depuis le retrait des troupes de Moscou au début du mois.

Azman, qui est né à Saint-Pétersbourg (alors Leningrad), a déclaré que le président Vladimir Poutine « a déjà perdu la guerre » et que « la seule question est de savoir combien de sang sera versé » avant la fin de celle-ci. Les dirigeants russes sont indifférents à la perte de la vie de leurs soldats, a-t-il ajouté, et disposent de réserves d’armes inépuisables.

Israël pourrait « tirer une leçon » de la résilience ukrainienne, a-t-il dit, qui est le fruit de l’extraordinaire « unité » de son peuple.

Bénéficiant de l’aide précieuse de bénévoles, notamment de médecins et d’autres personnes venues d’Israël, il a déclaré qu’il se concentrait sur les efforts de distribution de nourriture, de médicaments et d’argent aux membres les plus nécessiteux et les plus vulnérables de la communauté juive, et au-delà. Il a également déclaré qu’il était en train de finaliser les arrangements pour qu’une jeune fille nécessitant des soins médicaux soit amenée en Israël pour y être soignée.

Il a ajouté qu’il essayait également d’aider à organiser l’évacuation d’une centaine d’enfants de Marioupol, où il a accusé la Russie d’avoir commis un génocide. « Il y aurait 30 000 morts » dans la ville portuaire, a-t-il dit, mais personne n’en est sûr et le nombre pourrait être plus élevé. La quasi-totalité de la ville a été détruite, a-t-il ajouté.

Moshe Reuven Azman, grand rabbin d’Ukraine, à gauche, observant les préparatifs avant la Pâque juive à la synagogue de Kiev, en Ukraine, le 15 avril 2022. (Crédit : Evgeniy Maloletka/AP)

À la question de savoir quand il pensait que la guerre prendrait fin, il a répondu qu’il espérait qu’elle puisse même être terminée à la fin de Pessah ce week-end. Après tout, « c’est le temps des miracles », a-t-il dit, faisant allusion à l’histoire de Pessah qui raconte la libération des Hébreux du joug de leurs oppresseurs égyptiens.

Dans une interview accordée à l’Associated Press quelques heures avant le début de Pessah vendredi, Azman a tenu des propos similaires : « Je prie Dieu qu’il fasse des miracles, comme il a fait des miracles pour le peuple juif en Égypte ».

Le peuple ukrainien aimerait être libéré de l’Union soviétique, où il est né, a-t-il dit. « Je ne veux pas y retourner », a-t-il déclaré à l’AP.

Des ouvriers funéraires descendent le cercueil de Zoreslav Zamoiskiy, tué par les troupes russes dans la ville de Bucha, alors que Moshe Reuven Azman, grand rabbin d’Ukraine, se tient au centre, au cimetière juif près de Vasylkiv, en Ukraine, le 15 avril 2022. (Crédit : Evgeniy Maloletka/AP)

Azman a été interviewé par l’AP dans le cimetière où il inhumait Zoreslav Zamoiskiy, l’homme juif abattu à Bucha. A la question de savoir ce qu’il pensait des prétentions du gouvernement russe concernant la « dé-nazification » de l’Ukraine, le rabbin a marqué une pause, puis s’est tourné et a indiqué la tombe. « Voici la réponse », a-t-il dit. « Ils l’ont tué. Et pas seulement lui. »

Il a dit que lui et ses collègues avaient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faire parvenir de la nourriture à des centaines de milliers de Juifs dans toute l’Ukraine pour Pessah, ajoutant qu’il a envoyé un message à ceux qui n’ont pas pu marquer la fête parce qu’ils étaient coincés ou n’avaient pas de nourriture : « Nous prions pour vous. »

« Soyez forts », a-t-il ajouté. « Croyez en Dieu. » Et il a souhaité un « monde nouveau, bon, sans guerre ».

Au cours de la première semaine qui a suivi le début de l’invasion russe, Azman a condamné avec force le peuple russe, et plus particulièrement les Juifs russes, pour être resté les bras croisés pendant que Moscou malmenait l’Ukraine.

« Rappelez-vous que celui qui est indifférent et celui qui accepte en silence – se rend complice d’un crime. Un crime de guerre ! Un crime contre l’humanité ! » avait déclaré Azman le 2 mars.

« Je n’ai jamais pensé, même dans mon pire cauchemar, que je pourrais avoir à périr sous les obus de la Russie, où je suis né, où je suis allé à l’école, où j’ai de nombreux amis, qui se taisent. En fait, personne n’a appelé pour demander [comment je vais]. Les gens appellent du monde entier. Du monde entier. Juifs et non-Juifs. Même des Arabes m’appellent d’Israël et me soutiennent », a-t-il déclaré, s’exprimant en russe.

La Fédération des communautés juives d’Ukraine a offert au président Volodymyr Zelensky un kit de Seder et une matsa, a rapporté dimanche le quotidien Israel Hayom. Elle a fait de même pour le maire de Kiev, Vitali Klitschko, dont la grand-mère était une survivante de la Shoah, et pour les soldats juifs engagés dans l’armée ukrainienne.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s’exprime depuis Kiev, en Ukraine, le 16 avril 2022. (Crédit : Bureau de presse présidentiel ukrainien/AP)

Pour marquer le début de la fête de Pessah, M. Zelensky a posté un message vidéo : « Je souhaite sincèrement à tous ceux qui la célèbrent en Ukraine et dans le monde – la paix, le bien, et la défaite inévitable de tout mal qui menace la liberté et la vie sur Terre », a-t-il déclaré, concluant par « Hag Pesach Sameah » en hébreu.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a également adressé vendredi des vœux de Pessah aux Juifs d’Ukraine et du monde entier. « La vie et la liberté sont les deux valeurs les plus importantes de l’Ukraine. Soyons tous unis pour les protéger et ramener la paix en Ukraine », a écrit Kuleba sur Twitter. Il a ajouté « Joyeuse Pâque » en hébreu.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...