Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Le Hamas accuse l’ONU de « collusion » avec Israël dans le « déplacement forcé » de civils

Cette charge du groupe terroriste survient alors que le nombre de Palestiniens quittant quotidiennement le nord de la bande de Gaza pour le sud a considérablement augmenté

Des Palestiniens fuyant vers le sud de la bande de Gaza dans la rue Salah al-Din à Bureij, dans la bande de Gaza, le 7 novembre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP)
Des Palestiniens fuyant vers le sud de la bande de Gaza dans la rue Salah al-Din à Bureij, dans la bande de Gaza, le 7 novembre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP)

Le Hamas a accusé mercredi l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) de « collusion » avec Israël dans le « déplacement forcé » de la population du nord de la bande de Gaza vers le sud.

« L’UNRWA et ses responsables portent la responsabilité de cette catastrophe humanitaire » car ils se sont « pliés dès le premier instant aux diktats de l’occupation (Israël, NDLR), quittant leurs positions et renonçant à leur responsabilité envers des centaines de milliers d’habitants » du nord de Gaza, a affirmé dans un communiqué le chef du service de presse du Hamas, Salameh Maarouf.

Il a accusé l’UNRWA d’avoir laissé la population palestinienne « sans abri, sans eau, sans nourriture ni traitement » et d’avoir « fait la sourde oreille face aux cris de douleur et de souffrance ».

« Nous affirmons que la dérobade de l’UNRWA et de ses responsables au rôle qui doit être le leur constitue une collusion claire avec l’occupation et ses plans de déplacement forcé ».

Cette rare charge du Hamas contre l’ONU survient alors que le nombre de Palestiniens quittant quotidiennement le nord de la bande de Gaza vers le sud semble avoir considérablement augmenté mercredi, selon des images de journalistes de l’AFP.

Le rythme des civils palestiniens fuyant la zone de combat dans le nord de la bande de Gaza s’est accéléré alors que la campagne aérienne et terrestre d’Israël s’intensifie, ont déclaré mercredi les observateurs de l’ONU.

Selon les Nations unies, environ 1,5 million d’habitants de la bande Gaza ont quitté leur foyer depuis le début de la guerre.

Environ 15 000 personnes ont fui mardi, contre 5 000 lundi et 2 000 dimanche, a indiqué le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU.

Les civils peuvent se déplacer pendant une fenêtre de quatre heures fixée quotidiennement par l’armée israélienne, qui assure un passage sûr de la ville de Gaza et de ses environs vers le sud. La plupart des personnes qui fuient sont des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées, a indiqué l’agence des Nations unies. Nombre d’entre eux sont arrivés à pied avec un minimum d’effets personnels.

Une femme portant un drapeau blanc en compagnie d’un groupe de Palestiniens fuyent la ville de Gaza vers le sud de la bande de Gaza par la route Salah al-Din à Bureij, le 7 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Dahman/AP)

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) fournit des services éducatifs, sanitaires et sociaux, de micro-financement, d’amélioration des camps et d’aide d’urgence à des millions de réfugiés vivant dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie, au Liban et en Syrie.

L’UNRWA affirme ne plus être en mesure de venir en aide à des dizaines de milliers de déplacés s’abritant notamment dans des écoles qu’elle gère dans le nord de la bande Gaza depuis qu’Israël a ordonné à la population de partir vers le sud du territoire aux premier jours de la guerre avec le Hamas.

Selon le dernier bilan de l’UNRWA, 89 de ses employés ont été tués dans la bande Gaza, sous contrôle du Hamas, depuis le début de l’offensive militaire israélienne, en représailles à l’attaque perpétrée par le groupe terroriste islamiste le 7 octobre sur le sol israélien.

A cette date, près de 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime. Ils ont tué plus de 1 400 personnes, dont une majorité de civils, au cours de raids sur plus de 20 communautés frontalières près de la bande de Gaza, massacrant des familles entières dans leurs maisons et au moins 260 fêtards lors d’un festival de musique en plein air. Les terroristes ont également enlevé au moins 245 personnes, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, qu’ils ont entraînées dans la bande de Gaza où elles sont toujours retenues captives.

Plus de 10 500 personnes ont été tuées dans les bombardements israéliens dans la bande de Gaza, selon le Hamas. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même. Israël affirme avoir tué quelque 1 500 terroristes du Hamas à l’intérieur du pays le 7 octobre et après cette date.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.