Le Hamas avertit les habitants de Gaza d’une « incursion israélienne imminente »
Rechercher

Le Hamas avertit les habitants de Gaza d’une « incursion israélienne imminente »

Le groupe terroriste pense que Tsahal envisage de profiter des exercices menés conjointement avec les Etats-Unis pour attaquer l’enclave ; les Israéliens rejettent cette accusation

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Image d’illustration : un convoi de chars de l’armée israélienne stationne dans une zone de déploiement à proximité de la frontière avec la bande de Gaza, le 2 août 2014 (Yonatan Sindel / Flash90)
Image d’illustration : un convoi de chars de l’armée israélienne stationne dans une zone de déploiement à proximité de la frontière avec la bande de Gaza, le 2 août 2014 (Yonatan Sindel / Flash90)

L’organisation terroriste palestinienne du Hamas et d’autres groupes de Gaza ont averti les habitants de l’enclave palestinienne de se préparer à une incursion israélienne qui, selon eux, devrait commencer dans les prochains jours, a rapporté dimanche un journal arabe.

Citant des « sources palestiniennes fiables », le journal Al-Hayat, basé à Londres, affirme que les dirigeants palestiniens, y compris Yahya Sinwar, leader du Hamas à Gaza, ont prédit qu’Israël profiterait des prochains exercices militaires organisés conjointement avec les unités de l’armée américaine dans le sud d’Israël pour entreprendre une attaque offensive.

Sinwar et d’autres dirigeants palestiniens à Gaza ont estimé à 95 % la probabilité d’un assaut, selon Al-Hayat.

Dans le cadre de ses préparatifs, le Hamas a ordonné la mise en place du plus haut niveau de préparation et évacué son quartier général. Ces derniers jours, l’organisation a également mis en place des points de contrôle de sécurité sur des routes à travers la bande de Gaza, selon l’article.

Yahya Sinwar, leader du Hamas, s’adresse aux fidèles de la bande de Gaza dans un discours télévisé, le 21 décembre 2017 (Capture d’écran : Al-Aqsa)

L’article d’Al-Hayat a été publié au lendemain d’une attaque d’avions de combat israéliens sur des cibles du Hamas dans le sud de la bande de Gaza, en réponse à une roquette tirée vers Israël depuis l’enclave côtière.

Il est prévu que l’armée israélienne lance cette semaine un vaste exercice militaire en coopération avec les Etats-Unis et qui simulera un conflit majeur dans lequel Israël se trouve attaqué par des milliers de missiles.

Si les responsables de l’armée n’ont fait aucun commentaire officiel, la radio militaire a rapporté qu’il semblait que le Hamas essayait plutôt d’attirer l’attention internationale sur la crise humanitaire dans la zone et ne se mettait pas sur le pied de guerre.

Interrogé par la radio militaire, Yoav Galant, ministre du Logement et de la Construction, a également rejeté les prédictions du Hamas.

« Le rapport des forces d’Israël face au Hamas est de 1 000 pour 1 », a déclaré Galant. « S’ils démarrent un conflit, l’issue est déjà connue. »

Le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne en 2007, subit une pression grandissante alors que l’enclave côtière se trouve être au bord de l’effondrement économique et infrastructurel – un phénomène qui irait « bien au-delà » d’une crise humanitaire majeure selon Nickolay Mladenov, envoyé spécial de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient.

Le mois dernier, les Etats-Unis ont gelé plus de 100 millions de dollars de contributions en faveur de l’UNRWA, l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens. La décision faisait suite à l’annonce des Palestiniens selon laquelle ils n’accepteraient plus les Etats-Unis comme médiateur dans les pourparlers de paix avec Israël. Ce rejet est intervenu suite à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par le président américain Donald Trump.

Les responsables israéliens de sécurité envisagent actuellement et pour la première fois l’envoi de nourriture et de médicaments dans la bande de Gaza afin d’empêcher que les conditions ne se détériorent et ne dégénèrent dans la violence, a rapporté samedi Hadashot TV.

Dans un rapport sécuritaire récemment remis au Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’establishment de la Défense a réitéré sa conviction que le Hamas n’était pas intéressé par un nouveau conflit avec Israël. Cependant, un effondrement économique rendrait un tel scénario inévitable.

Des représentants des forces armées américaines et israéliennes prennent part à l’exercice Juniper Cobra 2016 en Israël, le 18 février 2016 (Unité du porte-parole de Tsahal)

En Israël, la plupart des regards sont plutôt tournés vers le nord du pays, et non pas vers le sud, en prévision de l’exercice militaire biennal de Juniper Cobra, organisé pour la neuvième fois en coopération avec les troupes américaines.

L’exercice sera organisé alors même que les tensions s’aggravent entre Israël et le groupe terroriste du Hezbollah dans le sud du Liban, qui posséderait un arsenal de 100 000 à 150 000 missiles à courte, moyenne et longue portée et une force de combat de 50 000 soldats, y compris des réservistes.

Galant a ajouté sa voix aux avertissements israéliens selon lesquels le Hezbollah ne devrait pas provoquer de conflit avec Israël.

« Si le Hezbollah entraîne Israël dans une guerre, nous conduirons le Liban à l’âge de pierre. Quiconque prépare 100 000 roquettes n’a pas l’intention de les utiliser pour envoyer des fleurs et des bonbons », a-t-il déclaré à la radio militaire.

Yoav Galant, ministre du Logement et de la Construction, prend la parole lors de la conférence internationale annuelle de l’Institut d’études sur la sécurité nationale à Tel Aviv, le 31 janvier 2018 (Flash90)

L’opération Bordure protectrice de 2014 est le dernier conflit majeur entre Israël et le Hamas.

Durant ce conflit d’une durée de 50 jours, 72 soldats et civils israéliens ont été tués, ainsi qu’un travailleur étranger originaire de Thaïlande. Selon des sources basées à Gaza, environ 2 200 Palestiniens ont été tués. Israël a affirmé qu’au moins la moitié d’entre eux étaient des combattants armés.

Les combats ont également causé des dommages importants aux infrastructures de Gaza.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...