Rechercher

Le Hamas condamne à mort 2 autres Palestiniens pour « collaboration » avec Israël

Cette sanction intervient dans le cadre de la lutte contre "le fléau des communications avec l'occupation israélienne" et contre le trafic de "drogues", a justifié le ministère

Des membres de l'aile armée du groupe terroriste Hamas ont défilé à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas a revendiqué la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Des membres de l'aile armée du groupe terroriste Hamas ont défilé à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas a revendiqué la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Le mouvement terroriste islamiste du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé mardi avoir condamné à mort trois Palestiniens, dont deux pour « collaboration » avec Israël, deux semaines après une décision similaire concernant six autres hommes.

Le tribunal militaire du Hamas a condamné deux hommes à la peine capitale pour « collaboration » avec Israël – ennemi du groupe armé – et un autre pour trafic de drogue, a indiqué dans un communiqué le ministère de l’Intérieur dans l’enclave.

Cette sanction intervient dans le cadre de la lutte contre « le fléau des communications avec l’occupation israélienne » et contre le trafic de « drogues », a justifié le ministère.

Onze autre peines ont été prononcées contre des « collaborateurs », notamment des peines d’emprisonnement allant de quatre à 15 ans et une condamnation à perpétuité, a ajouté cette source, précisant que le tribunal avait « suivi les procédures conformes à la loi ».

Pour la peine de mort, la loi palestinienne requiert en théorie l’approbation du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, basée en Cisjordanie, mais le Hamas à Gaza n’en tient pas compte.

Le mouvement avait annoncé le 28 octobre avoir condamné à mort six autres hommes accusés de « collaboration » avec Israël. Il avait affirmé que les « collaborateurs » qui se rendraient aux autorités bénéficieraient de sanctions plus clémentes.

En 2005, l’armée israélienne s’était retirée unilatéralement de Gaza avant d’imposer en 2007 des restrictions sécuritaires sur ce territoire lorsque le Hamas s’est férocement emparé du pouvoir au terme de combats fratricides avec le Fatah de Mahmoud Abbas.

Depuis, le Hamas et Israël se sont affrontés dans quatre guerres (2008, 2012, 2014 et 2021).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...