Le Hamas condamne les projets de loi sur l’appel à la prière
Rechercher

Le Hamas condamne les projets de loi sur l’appel à la prière

Des Arabes israéliens ont manifesté contre un projet de loi sur l'appel à la prière, qui vise à interdire l'usage de haut-parleurs par les institutions religieuses

Manifestation d'Arabes israéliens contre le projet de loi sur les muezzins dans la ville arabe de Kabul, dans le nord d'Israël, le 11 mars 2017. Illustration. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Manifestation d'Arabes israéliens contre le projet de loi sur les muezzins dans la ville arabe de Kabul, dans le nord d'Israël, le 11 mars 2017. Illustration. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le mouvement terroriste palestinien Hamas a dénoncé vendredi le projet de loi israélien qui reviendrait à réduire le volume des appels à la prière musulmane lancés depuis les mosquées, et a prévenu qu’une telle loi rencontrerait une farouche résistance.

La Knesset a adopté mercredi en lecture préliminaire deux textes qui interdiraient l’usage des haut-parleurs par les institutions religieuses.

Le projet de législation indigne les musulmans. Les parlementaires israéliens qui le défendent invoquent la nuisance sonore causée par les appels à la prière répercutés par les hauts-parleurs.

Ismail Haniyeh, haut responsable du Hamas dans la bande de Gaza, a assuré vendredi que « cette décision ne passera pas ».

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh salue la foule lors d'un rassemblement marquant le 28e anniversaire de la création du Hamas, à Gaza Ville, le 14 décembre 2015. (Crédit : Emad Nassar/Flash90)
Le chef du Hamas Ismail Haniyeh salue la foule lors d’un rassemblement marquant le 28e anniversaire de la création du Hamas, à Gaza Ville, le 14 décembre 2015. (Crédit : Emad Nassar/Flash90)

« Notre peuple et notre nation lanceront l’adhan [l’appel à la prière en arabe] à travers le monde entier », a-t-il dit à des journalistes après la prière hebdomadaire.

Samedi, des centaines d’Arabes israéliens ont manifesté dans une ville du nord d’Israël pour protester contre ce projet de loi visant à limiter, voire interdire, l’usage des hauts-parleurs pour les appels à la prière des mosquées.

« La loi sur les muezzins ne passera pas » ou « Ne faites pas taire les muezzins », pouvait-on lire sur des banderoles que portaient certains des quelque 300 hommes et femmes qui ont marché dans Kabul, arborant des drapeaux palestiniens.

« L’appel à la prière existe depuis bien avant les politiciens de droite qui n’ont aucun lien avec cette terre », a déclaré l’imam de la ville à la Deuxième chaîne. « Nous continuerons à faire résonner nos appels à la prière, nous augmenterons même le volume de nos muezzins. »

« Si le gouvernement de droite cherche à provoquer les musulmans, alors c’est ce qu’il va avoir », a-t-il ajouté.

Le député de la Liste arabe unie Youssef Jabareen a promis à ses électeurs de ne pas accepter calmement la législation.

« La manifestation d’aujourd’hui n’est que la première d’une série de manifestations de masse et d’autres mesures contre cette loi raciste et draconienne », a-t-il déclaré.

Manifestation d'Arabes israéliens contre le projet de loi sur les muezzins dans la ville arabe de Kabul, dans le nord d'Israël, le 11 mars 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Manifestation d’Arabes israéliens contre le projet de loi sur les muezzins dans la ville arabe de Kabul, dans le nord d’Israël, le 11 mars 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Les défenseurs du projet de loi invoquent la nécessité de réduire « les souffrances quotidiennes de centaines de milliers d’Israéliens exposés aux nuisances sonores des haut-parleurs des mosquées », tandis que ses détracteurs dénoncent une « incitation raciste contre une minorité nationale ».

L’appel à la prière est récité par le muezzin cinq fois par jour, généralement via un système de sonorisation puissant installé sur les minarets.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...