Le Hezbollah accuse Israël de l’assassinat d’un terroriste du Hamas
Rechercher

Le Hezbollah accuse Israël de l’assassinat d’un terroriste du Hamas

Le groupe terroriste affirme que le meurtre de Mazen Foqaha porte des “empreintes sionistes”

Des combattants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pendant les funérailles d'un membre du groupe mort aux combats en Syrie, dans le sud du Liban, à Kfar Hatta, le 18 mars 2017. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)
Des combattants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pendant les funérailles d'un membre du groupe mort aux combats en Syrie, dans le sud du Liban, à Kfar Hatta, le 18 mars 2017. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

L’organisation terroriste libanaise du Hezbollah a condamné samedi l’assassinat de Mazen Foqaha, un responsable du Hamas, et a accusé Israël d’être responsable de sa mort.

Le groupe terroriste a affirmé dans un communiqué que l’assassinat portait des « empreintes sionistes », et a ajouté que sa lutte contre Israël continuerait, selon un article publié sur le site internet d’Al-Manar, un média étroitement associé au Hezbollah et qui lui sert de porte-parole.

Vendredi soir, Mazen Foqaha, 38 ans, était abattu de quatre balles tirées à bout portant dans la tête près de son domicile. Aussitôt les autorités de la bande de Gaza, dirigées depuis dix ans par le Hamas, annonçaient l’ouverture d’une enquête, déployaient de nombreux hommes à travers l’enclave palestinienne et multipliaient les accusations en direction de l’Etat hébreu.

Des milliers de membres du Hamas, dont des centaines en armes, ont appelé samedi à la « vengeance » lors des funérailles de Foqaha à Gaza.

Le corps de Mazen Foqaha, responsable du Hamas, pendant ses funérailles, est porté par les membres des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, à Gaza Ville, le 25 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Le corps de Mazen Foqaha, responsable du Hamas, pendant ses funérailles, est porté par les membres des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, à Gaza Ville, le 25 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...