Le Hezbollah se retirerait des combats en Syrie
Rechercher

Le Hezbollah se retirerait des combats en Syrie

Tandis que l'Iran et la Russie accroissent leur soutien direct, le groupe terroriste annonce qu'il se placera en position défensive

Des combattants du Hezbollah portent les cercueils de leurs camarades qui ont été tués par les combats en Syrie pendant leur enterrement à Baalbek, à l'est du Liban, le le 21 septembre 2015. (Crédit : AFP / STR)
Des combattants du Hezbollah portent les cercueils de leurs camarades qui ont été tués par les combats en Syrie pendant leur enterrement à Baalbek, à l'est du Liban, le le 21 septembre 2015. (Crédit : AFP / STR)

Les membres du Hezbollah qui combattent aux côtés des troupes syriennes disent avoir l’intention de passer à une position défensive après avoir aidé le président Bashar el-Assad à reconquérir une ville clé à la frontière, ont annoncé mardi les médias libanais.

Des responsables de l’organisation islamiste basée au Liban ont informé Damas qu’ils n’aideraient plus Assad dans des offensives contre les groupes rebelles, selon le Daily Star, basé à Beyrouth.

La décision intervient alors que la Russie et l’Iran semblent augmenter leur soutien militaire direct pour le régime d’Assad, alors que quatre ans et demi se sont écoulés depuis le début de cette guerre civile sanglante.

La milice chiite soutenue par l’Iran a subi de lourdes pertes en combattant en Syrie depuis qu’elle est entrée en guerre. Selon, certaines estimations, le groupe libanais a perdu plus de 1 000 combattants.

Israël a mené une guerre punitive d’un mois contre le Hezbollah en 2006, mais le groupe a continué sa rhétorique incendiaire et les petites attaques contre Israël depuis lors. Certains analystes affirment que le groupe s’est trop enlisé en Syrie pour avoir la capacité d’ouvrir un front contre l’Etat juif.

Le groupe a déclaré qu’il se retirerait après la capture de la ville de Zabadani, le dernier avant-poste tenu par les rebelles dans la région frontalière montagneuse à l’ouest de Damas, où beaucoup de combats du Hezbollah se sont concentrés.

Un cessez-le-feu dans la ville de Zabadani entre les forces du régime et les rebelles syriens tient depuis dimanche.

Un membre du conseil de la ville de Zabadani, qui a été impliqué dans les pourparlers, a confirmé que les négociateurs n’avaient fixé aucune échéance.

Les forces pro-gouvernementales ont lancé une offensive pour tenter de reprendre Zabadani en juillet, en provoquant une alliance rebelle, y compris avec les extrémistes sunnites d’al-Qaïda, pour assiéger les villages d’Idlib Fuaa et Kafraya, dont les habitants sont chiites.

Un résident de la ville de Madaya, à côté de Zabadani, a déclaré à l’AFP la situation était « tout à fait calme ».

Assad a récemment renforcé par une accumulation militaire russe, qui a permis aux forces syriennes à intensifier les attaques contre les combattants de l’Etat islamique et les groupes rebelles.

Au moins 38 combattants de groupes appartenant à l’Etat islamique ont été tués par des frappes aériennes par le régime de Damas contre trois villes détenues par les djihadistes dans le centre de la Syrie, a déclaré un institut de veille mardi.

Les frappes de lundi ont touché Palmyre et deux autres villes dans la province de Homs, a déclaré le directeur de l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, Rami Abdel Rahmane à l’AFP.

L’armée de l’air syrienne a augmenté l’intensité de ses frappes contre l’EI ces derniers jours car il a reçu des renforts en provenance de Russie, a-t-il ajouté.

« Le nombre de raids est en croissance et les frappes sont plus précises après que l’armée de l’air syrienne a reçu des armes et des avions plus efficaces de Moscou », a déclaré Abdel Rahman, dont le groupe repose sur un large réseau de sources civiles, militaires et médicales à l’intérieur de la Syrie.

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé Assad d’aider le Hezbollah et l’Iran à créer une base dans le Golan syrien pour attaquer Israël au cours d’une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine.

L’Iran a également renforcé le soutien direct à Assad ces derniers mois.

Le président iranien Hassan Rouhani a déclaré mardi que les troupes iraniennes étaient prêtes à aider à la fois en Irak et en Syrie dans la lutte contre le groupe Etat islamique.

Si le « terrorisme commence à se développer dans la région, le seul espoir sera l’armée de l’Iran et les Gardiens de la Révolution », a-t-il déclaré lors de la parade annuelle à Téhéran.

Il a ajouté que les pays du Moyen-Orient ne doivent pas mettre trop de foi dans les « puissances occidentales en tant que défenseurs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...