Le judoka algérien se dit « fier » d’avoir boycotté son adversaire israélien
Rechercher

Le judoka algérien se dit « fier » d’avoir boycotté son adversaire israélien

Fethi Nourine, actuellement suspendu par la Fédération internationale de judo suite à son retrait, a été accueilli par une petite foule de sympathisants à Alger

Le judoka algérien Fethi Nourine. (Capture d'écran)
Le judoka algérien Fethi Nourine. (Capture d'écran)

Rentré en Algérie après s’être retiré des Jeux olympiques de Tokyo afin d’éviter d’avoir à affronter l’Israélien Tohar Butbul, le judoka algérien Fethi Nourine s’est dit « fier » de sa décision et a été accueilli par une petite foule de sympathisants à Alger.

Un jour avant l’ouverture officielle des Jeux olympiques de Tokyo, Nourine avait annoncé son retrait de la compétition masculine des moins de 73 kg pour ne pas avoir à combattre Tohar Butbul au deuxième tour.

« J’ai été choqué quand j’ai vu que le tirage au sort m’opposait au judoka de l’entité sioniste (Israël, NDLR), que je n’attendais pas, mais je n’ai pas hésité à prendre la décision de me retirer », a déclaré Nourine à la presse à son arrivée en Algérie. « J’ai pris la décision avec mon entraîneur (Amar Benikhlef, NDLR) et j’en suis fier », a-t-il affirmé.

« Cette décision m’honore d’abord et honore ma famille, le peuple algérien et l’État algérien, car le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré que nous ne bénissons pas la normalisation (avec Israël) et que nous soutenons la cause palestinienne », a-t-il ajouté. « Je suis heureux d’avoir mis en colère l’entité sioniste et d’avoir reçu des messages (de soutien) du monde arabe et islamique. »

« Nous avons travaillé dur pour atteindre les Jeux olympiques… mais la cause palestinienne est plus grande que tout cela », avait-il déclaré précédemment.

« Nous n’avons pas eu de chance avec le tirage au sort. Nous avons eu un adversaire israélien et c’est pourquoi nous avons dû nous retirer. Nous avons pris la bonne décision », avait quant à lui déclaré son entraîneur.

Après leur retrait, le Comité national olympique algérien a retiré l’accréditation des deux hommes et la Fédération internationale de judo les a suspendus temporairement. Pour cette instance, la décision de l’Algérien a été « en totale opposition à la philosophie » du sport. D’autres sanctions sont attendues.

Ce n’était pas la première fois que Nourine se retirait d’une compétition pour ces raisons. Il avait également agi de la sorte lors des Mondiaux-2019 de Tokyo.

Plusieurs judokas iraniens et égyptiens ont fait de même par le passé, leur attitude déclenchant de vives protestations.

Lors de ces JO 2020, le Soudanais Mohamed Abdalrasool a lui aussi refusé d’affronté Tohar Butbul.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...