Le maintien de la Marche des Vivants incertain face aux craintes de pandémie
Rechercher

Le maintien de la Marche des Vivants incertain face aux craintes de pandémie

Les délégations française et israélienne ne participeront pas à la commémoration ; les organisateurs statueront la semaine prochaine pour savoir si l'événement d'avril aura lieu

Une délégation de la Marche des vivants sur le site d'Auschwitz-Birkenau en Pologne le 5 mai 2016 (Crédit : Yossi Zeliger / FLASH90)
Une délégation de la Marche des vivants sur le site d'Auschwitz-Birkenau en Pologne le 5 mai 2016 (Crédit : Yossi Zeliger / FLASH90)

Les organisateurs de la Marche des Vivants ont insisté sur le fait que la commémoration internationale annuelle en Pologne était toujours d’actualité pour le mois d’avril, malgré l’annulation de certaines délégations en raison des craintes liées au coronavirus.

Jeudi, suite à la découverte du premier cas confirmé de coronavirus en Pologne, l’école de l’ORT à Lyon, a annoncé qu’elle n’enverrait pas ses membres à l’événement, qui est prévu pour le 21 avril au mémorial d’Auschwitz-Birkenau.

« Nous sommes absents cette année à cause de la situation autour du virus », a déclaré une porte-parole de l’école à l’agence de presse JTA.

Elle a ajouté qu’elle pensait que toute la délégation française ne serait pas présente cette année.

La voie ferrée d’où des centaines de milliers de personnes ont été dirigées vers les chambres à gaz pour être assassinées, à l’intérieur de l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz Birkenau ou Auschwitz II, à Oswiecim, en Pologne, le 7 décembre 2019. (Crédit : Markus Schreiber/AP)

La Marche des Vivants rassemble à Auschwitz le jour de Yom HaShoah, la journée de commémoration des victimes de la Shoah en Israël, des milliers de participants, dont beaucoup sont issus d’écoles juives et de mouvements de jeunesse, provenant de plus de 20 pays. Chaque délégation nationale est composée de délégations plus petites provenant de diverses organisations.

Une porte-parole du Fonds social juif unifié, qui chapeaute la délégation française, a confirmé « qu’il y a eu des annulations ». Elle a refusé de dire si la venue de la délégation avait été purement et simplement annulée.

Israël n’enverra pas de délégation cette année, conformément à la décision de son ministère de l’Education, selon une porte-parole de Shlomit, une association israélienne représentant les membres des groupes de service national.

Aharon Tamir, le vice-président mondial de la Marche, a écrit dans un courriel à la JTA : « Pour l’instant, rien n’a changé. Nous surveillons l’évolution de la situation et nous prendrons des décisions sur le terrain en fonction de leurs implications. Il n’y a aucune certitude dans les deux sens et nous espérons que tout ira pour le mieux. »

Il a déclaré qu’il comptait faire une déclaration la semaine prochaine.

Des jeunes participent à la Marche des vivants au camp de la mort d’Auschwitz en Pologne, le 24 avril 2017. (Crédit : Yossi Zeliger/La Marche des Vivants)

La délégation britannique a également refusé de donner une réponse définitive sur sa participation après avoir été contactée par la JTA, tandis qu’un porte-parole du groupe allemand a déclaré qu’il « prévoit d’y aller pour le moment, bien que nous puissions bien sûr annuler s’il y a une épidémie en Pologne ».

Les délégations australienne et américaine n’ont pas répondu dans l’immédiat à un courriel au sujet de leur participation. Le groupe canadien a déclaré jeudi qu’il venait comme prévu.

La délégation d’Italie, où plus de 2 000 personnes ont été infectées, en particulier dans le nord, pourrait se voir interdire l’entrée en Pologne même si elle décide d’y participer. Les autorités polonaises n’autorisent pas l’entrée des personnes venant du nord de l’Italie, a déclaré Davide Romano, directeur du musée juif de Milan.

La semaine dernière, Israël a suspendu indéfiniment tous les voyages scolaires en Pologne, où le ministère israélien de l’Education aide à faciliter les visites des camps de la mort pour des centaines de milliers d’étudiants israéliens.

Le musée d’Auschwitz-Birkenau a déclaré dans une recommandation en début de semaine que « les agences de voyage et les organisateurs de voyages au mémorial doivent s’abstenir de l’arrivée de personnes provenant d’endroits infectés ».

Des dizaines de milliers de personnes ont été infectées dans le monde depuis l’apparition du coronavirus en décembre dans la province de Hubei, en Chine, et des cas dans plus de 50 pays ont entraîné des milliers de décès.

Sam Rosenberg, ancien organisateur de la délégation australienne de la Marche des vivants, a déclaré qu’il pensait que l’événement devait être annulé.

« Cela semble irresponsable », a-t-il déclaré. « Les délégations ont des médecins mais ils sont capables de traiter des blessures, pas des pandémies, dans un pays comme la Pologne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...