Le maire et le conseil municipal de Tibériade risquent d’être destitués
Rechercher

Le maire et le conseil municipal de Tibériade risquent d’être destitués

N'ayant pas réussi à faire adopter son budget, Ron Kobi, candidat déclaré à la Knesset et opposant public aux ultra-orthodoxes, sera entendu par le ministère de l'Intérieur

Ron Kobi, le maire de Tibériade,  à la Conférence annuelle de l'innovation à Tel Aviv, le 27 février 2019 (Crédit : Flash90)
Ron Kobi, le maire de Tibériade, à la Conférence annuelle de l'innovation à Tel Aviv, le 27 février 2019 (Crédit : Flash90)

Le maire de Tibériade, qui dénonce ouvertement l’influence des ultra-orthodoxes sur le gouvernement, n’a pas réussi à adopter de budget pour la municipalité mardi soir. En conséquence, lui et les membres du conseil municipal risquent d’être démis de leurs fonctions par le ministère de l’Intérieur.

Au terrorisme d’un troisième vote, Ron Kobi a obtenu six voix en faveur de son budget, mais neuf conseillers municipaux ont voté contre.

Dans deux semaines, le maire sera entendu par le ministère de l’Intérieur, une audience au terme de laquelle le ministère décidera si une commission ad hoc doit être mise en place pour remplacer le conseil, idem pour le maire, selon le site d’informations Ynet.

Ron Kobi a été élu en novembre 2018 après s’être présenté comme un candidat qui relancerait l’activité touristique à Tibériade et empêcherait « la harédisation » de la ville, qui a connu un afflux d’ultra-orthodoxes ces dernières années, venus y trouver des logements moins chers qu’à Jérusalem et Bnei Brak notamment.

Depuis son élection, il s’est opposé à la population ultra-orthodoxe de Tibériade en défendant l’ouverture des magasins et le fonctionnement des transports publics, entre autres, pendant Shabbat. Ces efforts lui ont valu l’attention des médias à l’échelle nationale.

Il n’est pas parvenu à former de coalition et a donc du mal à faire adopter ses décrets et autres décisions.

Les membres de l’opposition au conseil municipal, dirigée par l’ancien maire Yossi Ben David, a fustigé Ron Kobi lors de la réunion de mardi, accusant la municipalité d’être paralysée. Un représentant du ministère de l’Intérieur était présent, d’après Ynet.

Le maire a annoncé la semaine dernière qu’il se présenterait aux législatives du 17 septembre, comme n°1 d’une liste laïque de droite.

Le ministère peut accorder un délai supplémentaire de trois mois à la municipalité pour qu’elle adopte son budget, mais un responsable du ministère a fait savoir, dans une lettre envoyée le mois dernier, que cela était peu probable, sauf en cas de circonstances exceptionnelles.

Figure de la lutte contre la présence des ultra-orthodoxes dans le gouvernement, Ron Kobi a souvent été en désaccord avec le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, dirigeant du parti ultra-orthodoxe Shas, lequel doit maintenant décider de l’avenir du maire.

Le ministère a assuré que les décisions concernant des élus ne parvenant pas à adopter un budget étaient prises de façon pragmatique, et non en fonction de leur affiliation politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...