Le Maroc autorise les femmes à exercer le métier de notaire de droit musulman
Rechercher

Le Maroc autorise les femmes à exercer le métier de notaire de droit musulman

Le roi Mohammed VI a demandé au ministre de la Justice de "de prendre les mesures nécessaires" pour rendre effective l'intégration des femmes dans ce corps de métier

Mohammed VI, roi du Maroc, à l'ambassade marocaine aux Etats-Unis, à Washington, D.C., le 20 novembre 2013. (Crédit : Département d'Etat des Etats-Unis)
Mohammed VI, roi du Maroc, à l'ambassade marocaine aux Etats-Unis, à Washington, D.C., le 20 novembre 2013. (Crédit : Département d'Etat des Etats-Unis)

Le Maroc a décidé d’autoriser les femmes à exercer le métier d’adoul (notaire de droit musulman), réservé jusque-là aux hommes, a-t-on appris de source officielle.

Dans le royaume, les adouls sont considérés comme des auxiliaires de justice habilités à rédiger des actes légaux, par exemple de mariage ou d’héritage. Il existe également des notaires proprement dit.

Le roi Mohammed VI, qui présidait lundi soir un Conseil des ministres, a chargé le ministre de la Justice d’ouvrir aux femmes la profession d’adoul et « de prendre les mesures nécessaires pour réaliser cet objectif », selon un communiqué du Palais.

Cette décision fait suite à un avis favorable du Conseil supérieur des oulémas, institution officielle chargée d’appuyer la politique religieuse du royaume.

Des médias marocains ont évoqué une « révolution juridique », qui « devrait provoquer des grincements des dents dans les milieux salafistes ».

« Rien n’interdit (que des femmes deviennent adouls) sauf des mentalités sclérosées », a commenté l’écrivaine marocaine Asma Lamrabet, qui dirige le Centre des études féminines en islam, sur sa page Facebook.

Le Maroc, qui se veut le chantre d’un islam modéré, a remanié en profondeur son champ religieux ces dernières années et a ouvert aux femmes des métiers réservés jusque-là aux hommes.

Des femmes prédicateurs (mourchidate) ont ainsi été nommées dans des mosquées pour « encadrer l’enseignement religieux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...