Israël en guerre - Jour 291

Rechercher

Le ministère de l’Éducation interdit une ONG israélo-palestinienne dans les écoles

Le Parents Circle-Families Forum, le groupe d'aide aux personnes en deuil d'origine israélo-palestinienne, violerait les règles interdisant de déshonorer l'armée israélienne

Des Palestiniens et des Israéliens lors d'une cérémonie conjointe, organisée par Combatants for Peace et le Parents Circle-Families Forum (PCFF), pour les victimes palestiniennes et israéliennes du terrorisme et des violences lors de Yom Hazikaron à Tel Aviv, le 24 avril 2023. (Crédit : Itaï Ron/Flash90)
Des Palestiniens et des Israéliens lors d'une cérémonie conjointe, organisée par Combatants for Peace et le Parents Circle-Families Forum (PCFF), pour les victimes palestiniennes et israéliennes du terrorisme et des violences lors de Yom Hazikaron à Tel Aviv, le 24 avril 2023. (Crédit : Itaï Ron/Flash90)

Le ministère de l’Éducation aurait interdit mardi à une ONG regroupant des familles israéliennes et palestiniennes endeuillées d’organiser des activités dans les écoles.

Selon la décision, rapportée par plusieurs médias israéliens, le Parents Circle-Families Forum (PCFF) a violé les nouvelles règles du ministère édictées par le ministre de l’Education, Yoav Kisch (Likud), qui interdit aux programmes de déshonorer Tsahal et ses soldats.

Ces règles interdisent au PCFF d’organiser des programmes dans les écoles et de recevoir des fonds du ministère.

« Toute comparaison entre le deuil des soldats de Tsahal tombés au combat et des victimes d’attentats terroristes et le deuil des personnes blessées dans le cadre d’activités défensives de l’armée visant à protéger l’État d’Israël est inacceptable et ne correspond pas aux valeurs défendues par le ministère de l’Éducation. Cela porte gravement atteinte à la mémoire des soldats de Tsahal tombés au combat et des victimes d’attentats terroristes », indique la décision du ministère.

Tout en soulignant l’importance d’encourager la diversité des opinions, le ministère a déclaré que les groupes devaient suivre les directives de l’État lorsque les activités concernaient de « jeunes étudiants qui constituent un ‘public captif' ».

Le PCFF rassemble des familles qui ont perdu des proches dans le conflit israélo-palestinien afin qu’elles se soutiennent mutuellement. De nombreuses personnes de droite considèrent que le groupe assimile la souffrance des victimes du terrorisme israélien à celle des Palestiniens tués lors d’attaques ou d’émeutes fomentées contre les forces israéliennes.

Le ministre de l’Éducation Yoav Kisch à la Knesset, à Jérusalem, le 15 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La décision du ministère de l’Éducation est intervenue après que des représentants du groupe ont été convoqués par Kisch le mois dernier, un échange au cours duquel ils n’ont apparemment pas réussi à convaincre les fonctionnaires des accusations portées contre eux.

« Dans une dictature, le ministre de l’Éducation décide de ce qu’il est interdit [aux étudiants] de savoir », a déclaré le PCFF dans un communiqué en réponse à la décision.

« La décision de Yoav Kisch d’interdire les activités du PCFF dans les écoles est un autre acte du coup d’État – suppression de la démocratie et absence d’acceptation d’autres voix », a ajouté le PCFF, en référence à la loi – largement controversée – du « caractère raisonnable ».

« Les partisans de la droite messianique qui ont pris cette décision ont non seulement porté atteinte à la mémoire des personnes endeuillées et au droit au deuil, mais ils cherchent également à perpétuer le conflit sanglant entre les nations », a déclaré le groupe.

« Kisch veut nous retirer de la sphère publique, mais nous ne disparaîtrons pas. Nous ne perdrons pas espoir », peut-on lire dans la déclaration.

Le député Gilad Kariv (Avoda) a critiqué la décision. « Avi Maoz peut faire une sieste. Kisch a déjà fait son travail », a-t-elle écrit sur Twitter.

Maoz, chef et unique membre de la Knesset du parti d’extrême-droite et ultra-conservateur Noam, dirige un bureau chargé de superviser les programmes scolaires externes dans les écoles publiques.

La députée Naama Lazimi (Avoda) a qualifié cette décision de « coup d’État avec un message clair : les organisations de la société civile sont dans le collimateur ».

« Quiconque ne correspond pas aux valeurs du gouvernement fasciste sera jugé comme un ennemi et un traître. Les valeurs de paix et de tolérance sont déjà hors des limites de la légitimité du gouvernement. Ce gouvernement essaie même de réglementer le deuil », a-t-elle écrit sur Twitter, affirmant que le gouvernement délégitime tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, tout en faisant semblant de prôner l’unité.

Un événement organisé par Parents Circle-Families Forum, à Jaffa, le 17 octobre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Shaï Glick, président du groupe de droite Btsalmo – une organisation à but non lucratif qui se décrit comme vouée à la lutte contre ce qu’elle appelle le « mépris des droits de l’Homme des Juifs » en Israël – a salué ce qu’il a appelé une décision « morale et éthique ».

« Les lycéens, juste avant de s’engager [dans l’armée], sont censés apprendre les valeurs de la défense des citoyens d’Israël et de la défense de la patrie, et non les valeurs du terrorisme, de l’incitation et de la haine de l’État d’Israël et d’autres choses du même genre », a déclaré Glick.

« Dans le forum, il y a des amis d’anciens terroristes et des parents de terroristes, et il n’y a aucune raison de penser qu’ils seraient les bienvenus dans les écoles. Il ne s’agit pas d’une atteinte à la liberté d’expression, car le forum peut continuer à diffuser sa doctrine vénéneuse, mais pas dans les écoles, dans le cadre du système éducatif sioniste dont nous sommes fiers », a-t-il ajouté.

Au mois de juin, des députés de droite ont menacé de supprimer le financement du village de jeunes Ben Shemen parce qu’il acceptait d’accueillir un camp d’été organisé conjointement avec le PCFF.

Chaque année, le groupe organise également une commémoration annuelle qui ne fait pas l’unanimité au sein du pays à l’occasion de la Journée du souvenir en Israël, avec le groupe de gauche Combatants for Peace. La cérémonie a été très controversée depuis sa création, en particulier parmi les Israéliens, les critiques l’accusant de légitimer le terrorisme et d’assimiler les soldats israéliens tombés au combat à ceux qui les ont attaqués.

Ses partisans affirment qu’elle représente un effort de la part de ceux qui ont perdu le plus dans le conflit pour donner un sens à la mort de leurs proches en se détournant de la violence.

L’événement est également controversé du côté palestinien. Certains Palestiniens estiment que la cérémonie met sur un pied d’égalité les soldats israéliens et les Palestiniens jugés opprimés. D’autres rejettent tout dialogue avec les Israéliens.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.