Le ministère des Affaires étrangères émet des réserves sur le sommet Trump/Kim
Rechercher

Le ministère des Affaires étrangères émet des réserves sur le sommet Trump/Kim

Un document distribué aux missions diplomatiques et au bureau du Premier ministre mettrait en garde contre les concessions "significatives" du le président américain

Le leader nord-coréen Kim Jong Un, à gauche, marche aux côtés du président américain Donald Trump au début de leur sommet historique Etats-Unis-Corée du Nord, au Capella Hotel, sur l'île de Sentosa de Singapour, le 12 juin 2018  (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)
Le leader nord-coréen Kim Jong Un, à gauche, marche aux côtés du président américain Donald Trump au début de leur sommet historique Etats-Unis-Corée du Nord, au Capella Hotel, sur l'île de Sentosa de Singapour, le 12 juin 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)

Un document classifié, écrit et distribué par le ministère israélien des Affaires étrangères après le sommet historique survenu entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un à Singapour se montrerait sceptique concernant les résultats des pourparlers et exprimerait une inquiétude sur certaines concessions faites par le président américain.

« Indépendamment des sourires échangés lors du sommet, nombreux sont ceux, au Japon, en Corée du sud et au congrès américain, qui doutent de la sincérité des intentions de la Corée du nord », dirait ce document, selon un reportage diffusé jeudi par la Dixième chaîne.

Même si les responsables israéliens, et notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont salué ce sommet en évoquant un « pas important » vers la dénucléarisation de la Corée du nord, le document présumé ferait état « d’écarts significatifs » entre les positionnements forts adoptés par les Etats-Unis avant la rencontre et certaines parties de l’accord qui a été signé mardi entre Trump et Kim Jong Un.

Le document aurait été envoyé mercredi aux missions diplomatiques israéliennes du monde entier, ainsi qu’aux hauts-responsables du ministère des Affaires étrangères et au bureau du Premier ministre.

« Notre évaluation est qu’indépendamment des déclarations de Trump sur des changements rapides attendus dans la politique nord-coréenne, la route vers un changement réel et substantiel – s’il arrive jamais – sera longue et lente », ont écrit les chercheurs du ministère, selon Axios.

Le rapport relève « des différences substantielles entre les déclarations américaines d’avant le sommet sur la nécessité d’une +dénucléarisation complète, irréversible et vérifiable+ et la formulation du communiqué conjoint, qui fait seulement référence à la ‘dénucléarisation complète’ de la Corée du Nord », a indiqué la chaîne jeudi soir.

Une autre concession de Trump soulignée dans le document serait son engagement à cesser les entraînements militaires conjoints avec la Corée du sud en échange de l’arrêt des exercices de la Chine avec la Corée du nord – un arrangement auquel les Etats-Unis se seraient opposés avant le sommet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une réaction filmée au sommet Trump -Kim Jong Un à Singapour, le 12 juin 2018 (Capture d’écran : YouTube)

Netanyahu, mardi, a salué le sommet, le reliant à la « position ferme » du leader américain face à l’Iran.

« Je félicite le président américain Donald Trump pour ce sommet historique à Singapour », a commenté Netanyahu dans un communiqué. « C’est une avancée importante dans l’initiative de dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

« Le président Trump adopte aussi un positionnement ferme contre la tentative de l’Iran de se doter des armes atomiques ainsi que contre son agression au Moyen-Orient. Cela laisse sa marque sur l’économie iranienne », a-t-il continué, se référant au retrait de Trump de la convention historique de 2015, le mois dernier.

« La politique de Trump est un développement important pour Israël, pour la région et pour le monde entier », a ajouté Netanyahu.

Trump et Kim ont eu une rencontre sans précédent à Singapour à l’issue de laquelle ils ont signé un document conjoint qui a été salué par les deux leaders.

Le sommet – impensable il y a seulement quelques mois – a eu lieu après que les deux ennemis, dotés de l’arme atomique, ont paru au bord de la confrontation à la fin de l’année dernière, dans un contexte d’insultes réciproques entre les deux dirigeants et alors que la Corée du nord menait des tests nucléaires et de missiles.

L’équipe du Times of Israel et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...