Le ministre de l’Intérieur s’apprête à expulser le fondateur palestinien du BDS
Rechercher

Le ministre de l’Intérieur s’apprête à expulser le fondateur palestinien du BDS

Aryeh Deri ordonne aux services d'immigration de préparer un avis juridique pour priver Omar Barghouti de son statut de résident permanent, après le feu vert du procureur général

Omar Barghouti donne une interview dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 10 mai 2016 (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)
Omar Barghouti donne une interview dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 10 mai 2016 (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a annoncé dimanche qu’il avait demandé aux services d’immigration de préparer un avis juridique dans le cadre d’une procédure d’expulsion du fondateur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions, Omar Barghouti.

Ce dernier dispose en effet du statut de résident permanent israélien, qu’il a obtenu après avoir épousé une Arabe israélienne avec laquelle il vit à Akko, au nord du pays.

« J’ai l’intention d’agir rapidement pour priver Omar Barghouti du statut de résident en Israël », a déclaré Deri dans un communiqué annonçant la procédure. « C’est un homme qui fait tout pour nuire au pays et ne doit donc pas jouir du droit d’être un résident d’Israël. »

Le ministère de l’Intérieur a indiqué que l’opportunité a été rendue possible après que la procureure générale adjointe, Dina Zilber, a notifié son bureau qu’il disposait de l’autorité nécessaire pour révoquer le statut de résident du fondateur du BDS.

Il s’agit là d’une conséquence d’un amendement des lois régissant la résidence israélienne adopté en 2018, lequel fait de l’abus de confiance un crime justifiant le retrait du statut de résident à un individu par le ministère de l’Intérieur. D’après une certaine interprétation de la loi, le boycott d’Israël pourrait constituer un crime de ce type.

Israël a interdit à Barghouti de quitter le territoire à plusieurs reprises ces dernières années en refusant de renouveler les documents de voyage accordés aux résidents palestiniens d’Israël qui ne disposent pas entièrement de la citoyenneté.

Le mouvement BDS défend les boycotts, les désinvestissements et les sanctions contre les entreprises, universités et artistes israéliens. Ses partisans estiment qu’il s’agit d’un mouvement non violent en faveur de l’indépendance palestinienne, mais Israël affirme de son côté que cette campagne a pour but de délégitimer l’État juif, et plusieurs la jugent antisémite.

Fustigeant l’annonce d’Aryeh Deri, le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a réagi dans un communiqué : « Je n’ai qu’une chose à dire au ministre Aryeh Deri : nous [Arabes israéliens] ne sommes pas venus dans l’État d’Israël. C’est l’État d’Israël qui est venu à nous. Qui êtes-vous pour révoquer la résidence de cet autochtone ou de tout autre citoyen? »

« Le refus du statut de résident ou de la citoyenneté est un acte antidémocratique. Aujourd’hui, cela concerne Omar Barghouti, demain, il s’agira de quiconque est en désaccord avec le gouvernement israélien, sa politique d’occupation et les lois suprématistes juives. Nous défendrons nos droits par tous les moyens qui sont à notre disposition », a ajouté Ayman Odeh.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...