Le ministre de l’Intérieur veut rendre la carte d’identité biométrique obligatoire
Rechercher

Le ministre de l’Intérieur veut rendre la carte d’identité biométrique obligatoire

Les citoyens auront une carte qui encodera numériquement les informations personnelles, les empreintes digitales, et la photo et le contour du visage

Une 'carte d'identité à puce' biométrique  (Crédit : Lior Mizrahi / flash 90)
Une 'carte d'identité à puce' biométrique (Crédit : Lior Mizrahi / flash 90)

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a publié un memorandum jeudi, dans lequel il recommande à tous les Israéliens d’obtenir leur carte d’identité biométrique. Tous les détails personnels seront stockés dans une base de données numérique.

Au cours des deux prochaines semaines, les citoyens pourront s’exprimer sur le nouveau système de cartes d’identité. Après cela, le projet de loi passera devant la commission ministérielle. S’il est approuvé, il sera soumis au vote de la Knesset.

« La base de données biométrique est cruciale pour éviter l’usurpation d’identité des citoyens israéliens. Elle sera protégée et sécurisée au plus haut niveau qui soit, » explique Deri.

La carte biométrique est conçue pour encoder numériquement les informations personnelles, les empreintes digitales, et la photo et le contour du visage. Les données seront stockées sur une puce sur la carte, qui contiendra d’autres données importantes, telles que le nom de la personne, le sexe et la date de naissance. Toutes les informations seront stockées sur une base de données sécurisé.

L’objectif de cette base de données, selon ses défenseurs, est d’empêcher l’usurpation d’identité, et de s’assurer que les terroristes ne puissent pas se faire passer pour des Israéliens et accéder à des endroits fréquentés pour y perpétrer des attentats.

La proposition avait été validée par Meir Sheetrit, en 2009, alors ministre de l’Intérieur, à la condition d’effectuer un essai sur deux ans. La période d’essai a commencé en 2013 et a été prolongée.

En juin 2015, 74 universitaires israéliens ont signé une pétition, estimant que cette base de donnée était « une menace pour la sécurité », vulnérable aux piratages et aux fuites.

Ils ont demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu et à la Knesset de retirer le projet « avant que les citoyens israéliens et la sécurité du pays ne soient gravement atteints ».

Les cartes sont déjà disponibles dans les bureaux du ministère de l’Intérieur à travers le pays. Envion 1,2 million d’israéliens se sont portés volontaires pour ce programme, qui, en plus de la carte d’identité, inclut l’obtention d’un passeport « intelligent ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...