Rechercher

Le mystérieux donateur de l’université CUNY est-il un Juif de New York ?

Plusieurs indices liés à une boîte de petites coupures envoyée anonymement à l'université de la ville laissent penser que le bienfaiteur pourrait être juif

Colis d'argent liquide reçu par le professeur de physique du City College de New York, Vinod Menon. (City College de New York)
Colis d'argent liquide reçu par le professeur de physique du City College de New York, Vinod Menon. (City College de New York)

New York Jewish Week via JTA – L’histoire avait tous les éléments d’un roman policier à suspense : Une boîte d’origine mystérieuse apparaît sur le campus d’une université. Neuf mois plus tard, un professeur, curieux de consulter le courrier malgré une pandémie mondiale, l’ouvre enfin et y trouve 180 000 dollars en petites coupures regroupées et destinées à des étudiants dans le besoin.

Les responsables du City College de New York n’ont pas été en mesure de déterminer qui avait réellement envoyé ce don, qui a fait la Une des journaux cette semaine lorsque le conseil central de l’université publique a officiellement accepté l’argent.

Bien que la lettre accompagnant le don ait contenu un certain nombre d’indices potentiels, une recherche exhaustive menée par l’université et les services postaux américains – qui a notamment consisté à rechercher des images vidéo de l’envoi du colis – a abouti à une impasse.

Mais les articles sur le don, à commencer par une grande révélation dans le New York Times, omettent un indice qui pourrait permettre de comprendre qui a envoyé l’argent : sa taille.

Le chiffre de 180 000 dollars est indubitablement un multiple de 18 dollars, la valeur numérique du mot hébreu pour la vie, « khaï ». C’est pourquoi de nombreux Juifs choisissent de faire des dons par incréments de 18.

Le donateur anonyme a également indiqué qu’il avait obtenu son diplôme « il y a longtemps », ce qui signifie qu’il a peut-être fréquenté le City College à une époque où il attirait de nombreux Juifs de la ville.

Pendant une bonne partie du XXe siècle, le City College était connu sous le nom familier de « Harvard juif », en partie parce que les quotas empêchaient de nombreux étudiants juifs de haut niveau d’accéder aux universités privées d’élite. À la fin des années 1960, ces quotas ont été supprimés et la City University of New York, dont le City College est l’un des fleurons, s’est tournée vers les admissions ouvertes dans le but de servir plus équitablement les diplômés des écoles secondaires de la ville de New York. Si les étudiants juifs continuent de s’inscrire au City College et dans d’autres écoles de la CUNY, ils constituent désormais une minorité importante.

Une vue de Shepard Hall au City College de New York (CC BY Su & Soe/Wikimedia Commons)

Le donateur note qu’il ou elle a également fréquenté la Stuyvesant High School, qui accueillait aussi des élèves majoritairement juifs au milieu du XXe siècle. (Autre indice potentiel : cette école publique d’élite de New York, dont l’entrée est déterminée par un examen, n’a commencé à admettre des étudiantes qu’en 1969. Selon comment l’on interprète « il y a longtemps », cela suggère que le donateur pourrait bien être un homme).

Stuyvesant et City College témoignent tous deux de la réussite de leurs diplômés juifs et de leur affinité avec leur alma mater. À Stuyvesant, par exemple, le centre multimédia porte le nom de Robert Ira Lewy, un diplômé de 1960 dont la carrière de médecin comprend des contributions majeures au traitement des maladies cardiaques et à l’amélioration de la sécurité des implants mammaires. Il a également donné à des causes juives.

Quant au City College, son école d’architecture porte le nom de Bernard Spitzer, un diplômé juif qui était également le père de l’ancien gouverneur de New York, Eliot Spitzer ; sa bibliothèque porte le nom de Morris Raphael Cohen, un diplômé du début du 20e siècle qui est devenu un professeur de philosophie de longue date ; et l’un de ses centres d’innovation porte le nom d’Irwin Zahn, un diplômé du City College et de Stuyvesant qui est décédé en novembre.

Le City College a l’intention de distribuer les fonds mystérieux conformément aux instructions contenues dans la lettre du donateur, qui demandait que l’argent soit attribué à des étudiants dans le besoin, titulaires d’une double licence en physique et en mathématiques, qui ont fait preuve d’une performance élevée au cours de leurs premières années, idéalement sur la base de leurs notes. Les premiers étudiants pourraient recevoir des bourses dès l’année prochaine, selon les responsables de CUNY.

« J’aimerais que le donateur sache que, premièrement, nous sommes reconnaissants pour ce don. Je suis vraiment honoré qu’il ou elle ait décidé que c’était le bon endroit pour dépenser une telle somme d’argent », a déclaré à CNN Vinod Menon, le professeur de physique qui a ouvert le paquet. « Et je suis également fier du fait que cette personne a eu une merveilleuse carrière basée sur l’éducation qu’elle a reçue au City College. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...