Rechercher

Le président de la Knesset nomme 2 élus d’opposition dans la commission d’Éthique

Mickey Levy ordonne à 2 députés du Likud et Shas de représenter l'opposition dans le panel de 4 membres, même si de nombreux membres de l'opposition boycottent les commissions

Le député Yesh Atid Mickey Levy (Autorisation)
Le député Yesh Atid Mickey Levy (Autorisation)

Le président de la Knesset, Mickey Levy, a déclaré mercredi soir qu’il déciderait unilatéralement de la composition de la commission d’Éthique du Parlement en ordonnant à deux législateurs de l’opposition d’y siéger, alors que de nombreux partis d’opposition sont engagés dans un boycott continu des forums parlementaires pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme un équilibre injuste des pouvoirs au détriment de l’opposition.

Levy a déclaré qu’il était contraint d’ordonner aux législateurs de siéger à la commission afin de surmonter le boycott et de faire face à « une atmosphère [politique] trouble sans précédent qui ne permet pas d’attendre plus longtemps – et exige une action immédiate ».

Il a motivé sa décision par une « escalade flagrante » dans le ton du discours des législateurs.

La commission est composée de deux législateurs de la coalition et de deux de l’opposition. Elle traite de toutes les questions relatives au comportement éthique des députés et des plaintes déposées contre eux.

Levy a nommé le député de la coalition Yorai Lahav-Hertzano de Yesh Atid à la présidence de la commission. Le député Tikva Hadasha Zvi Hauser, également de la coalition, a été sélectionné, ainsi que les législateurs de l’opposition Gila Gamliel (Likud) et Yaakov Margi (Shas).

Les députés de l’opposition Osama Saadi, de la Liste arabe unie, et Sharon Roffe Ofir, du parti de la coalition Yisrael Beytenu, ont été nommés membres suppléants du comité.

Alors que le Likud a récemment réitéré son intention de continuer à boycotter les commissions de la Knesset pour protester contre ce que l’opposition considère comme une sous-représentation de ses législateurs, le Shas a nommé certains de ses députés à certaines commissions.

Gila Gamliel, ministre de la Protection de l’environnement, assiste à un débat de la commission de l’économie de la Knesset sur la consignation des bouteilles, 14 septembre 2020 (Autorisation)

Si Gamliel et Margi n’assistent pas aux réunions, leurs places seront prises par les membres suppléants, mais si cela se produit plusieurs fois, la commission peut prendre des sanctions contre les députés absents. Toutefois, les deux législateurs peuvent également démissionner de la commission. Levy aurait alors le pouvoir d’ordonner à d’autres députés de rejoindre la commission.

Levy a déclaré qu’après l’adoption du budget national au début du mois, qui a permis de consolider la coalition gouvernementale et d’écarter la menace d’élections anticipées, il a demandé aux dirigeants de l’opposition, par écrit et lors de réunions, de nommer des membres du parti pour siéger à la commission d’éthique.

« À mon grand regret, je me suis heurté à un refus obstiné et incompréhensible qui ne m’a laissé aucun autre choix », a-t-il déclaré.

Au moins deux législateurs du Likud ont récemment exprimé leur opposition à la création de la commission d’éthique, affirmant qu’il se concentrerait sur la traque des membres du parti, selon un enregistrement diffusé par le radiodiffuseur public Kan au début du mois.

« En fin de compte, ils ne nous amèneront qu’à [la commission] d’éthique. Vous comprenez ? Pourquoi sommes-nous les seuls à être des criminels à la Knesset ? », pouvait-on entendre Orly Levy-Abekasis dire lors d’une réunion de la faction du Likud.

La députée Keti Shitrit a répondu qu’elle était « sans équivoque » d’accord avec Levy-Abekasis.

« J’ai siégé à la commission d’éthique. Je tiens à vous dire qu’ils ne portent plainte que contre nous », a déclaré Shitrit.

« Ils ne font que nous juger. Qu’il n’y ait pas de commission d’Éthique », a répondu Levy-Abekasis.

Ces commentaires interviennent après que Levy-Abekasis a fait l’objet d’un examen minutieux la semaine dernière pour avoir réprimandé une huissière après avoir été expulsé d’une réunion de la commission des Finances de la Knesset.

Le président de la Commission d’éducation, de culture et des sports
Yaakov Margi à la Knesset le 24 février 2016. (Yonatan Sindel/Flash90/File)

La composition des commissions de la Knesset fait l’objet d’un conflit permanent qui a vu initialement tous les partis d’opposition participer à un boycott en raison de ce qu’ils considéraient comme leur faible représentation disproportionnée.

Le mois dernier, certains partis ont abandonné le boycott et ont commencé à envoyer des législateurs dans les principaux groupes de travail, après que la Haute Cour de justice a refusé d’intervenir dans le conflit parlementaire et de forcer la coalition à modifier la composition des commissions. La Cour a jugé que l’affaire ne justifiait pas une intervention judiciaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...