Rechercher

Le président du Congo voudrait des « liens plus étroits » avec Israël

Lors de sa visite à la Résidence du Président, M. Herzog promet de veiller à ce qu'Israël rouvre son ambassade à Kinshasa

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Isaac Herzog (à droite) rencontre le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 27 octobre 2021 (Crédit : Haim Zach/GPO).
Le président Isaac Herzog (à droite) rencontre le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 27 octobre 2021 (Crédit : Haim Zach/GPO).

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a déclaré mercredi matin qu’il souhaitait nouer des liens plus étroits avec Israël dans les domaines de la sécurité, de l’agriculture, des infrastructures et de la technologie numérique.

S’adressant à la presse à la Résidence du président à Jérusalem aux côtés de son homologue Isaac Herzog, Tshisekedi a déclaré en français que la RDC souhaite « développer les meilleures relations possibles avec Israël. »

« J’ai été heureux d’entendre l’année dernière votre décision de nommer un ambassadeur en Israël et d’ouvrir une section économique à Jérusalem », a déclaré Herzog. « Il y a un énorme potentiel de collaboration entre Israël et vous et votre pays, et nous ferons tout pour apporter une bénédiction pour nous tous. »

Tshisekedi a promis lors de la conférence de l’AIPAC de 2020 de nommer un ambassadeur en Israël après un vide de deux décennies, et d’ouvrir une section commerciale à Jérusalem.

Herzog a remercié son homologue pour avoir soutenu Israël à l’ONU et pour avoir soutenu l’adhésion d’Israël à l’Union africaine en tant qu’État observateur.

Tshisekedi a pris la présidence de l’Union africaine en février.

Le président Isaac Herzog se prépare à passer en revue une garde d’honneur de Tsahal avec le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi à Beit HaNasi à Jérusalem, le 27 octobre 2021 (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Faisant probablement allusion aux allégations selon lesquelles la victoire électorale de Tshisekedi en 2018 a été truquée, Herzog a déclaré : « L’État d’Israël soutient inconditionnellement votre leadership ferme. »

Lors de brèves remarques avant leur réunion de travail, Herzog a noté : « Mon père était le sixième président de l’État d’Israël, dont la première visite d’État était dans votre pays en 1984, et maintenant le premier président à effectuer une visite d’État de ma présidence, c’est vous. »

M. Herzog a également promis de faire tout son possible pour qu’Israël rouvre son ambassade à Kinshasa, qui avait été fermée en 2003 en raison de la guerre qui sévissait dans le pays.

En foulant le tapis rouge de la Résidence officielle du Président, M. Tshisekedi s’est joint à M. Herzog pour passer en revue une garde d’honneur de Tsahal avant de saluer des dignitaires diplomatiques et religieux, dont les patriarches orthodoxes latin et grec de Jérusalem.

Tshisekedi, un chrétien profondément religieux, a visité mardi avec son entourage des sites bibliques de la mer de Galilée, dont Capharnaüm.

Pendant son séjour en Israël mardi, Tshisekedi s’est entretenu par téléphone avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken au sujet du coup d’État militaire au Soudan.

Israël entretenait des relations chaleureuses avec Mobutu Sese Seko, le dictateur allié des États-Unis de la nation anciennement connue sous le nom de Zaïre, qui en 1982 a rompu avec la plupart des États africains pour rétablir les relations avec l’État juif. Les relations se sont détériorées pendant les combats d’il y a deux décennies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...