Rechercher

Le prix du manoir le plus cher d’Israël baisse de 40 %

Le palace baroque du milliardaire russe à Césarée ne trouve pas preneur depuis près de deux ans

  • Le manoir de Césarée en vente avec une réduction de 42 %, octobre 2022 (Crédit : Sotheby International Realty).
    Le manoir de Césarée en vente avec une réduction de 42 %, octobre 2022 (Crédit : Sotheby International Realty).
  • Le hall d’entrée du manoir de Valery Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)
    Le hall d’entrée du manoir de Valery Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)
  • Chambre à coucher dans le manoir de Valery Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)
    Chambre à coucher dans le manoir de Valery Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)
  • Piscine intérieure du manoir de Valery Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)
    Piscine intérieure du manoir de Valery Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)
  • Salon dans le manoir de Valérie Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)
    Salon dans le manoir de Valérie Kogan à Césarée (Crédit : Sotheby International Realty)

Un manoir de luxe qui a été à un moment donné la propriété la plus chère d’Israël a vu sa valeur baisser de 42 % par rapport au prix demandé après avoir été incapable d’attirer des acheteurs.

Le palace, situé dans la ville côtière de Césarée, au nord du pays, a été mis sur le marché pour la première fois en 2020 pour 845 millions de shekels. Aujourd’hui, ce palais de style baroque est mis en vente par Sotheby’s International Realty pour la somme considérablement réduite de 526 010 518 shekels.

La résidence somptueuse de 7 000 mètres carrés se trouve sur un terrain de quelque 1 000 m² près de la mer, et a été construite par le milliardaire Valery Kogan, un allié déclaré du président russe Vladimir Poutine. Kogan est également copropriétaire de l’aéroport Domodedovo de Moscou, l’un des quatre desservant la capitale russe et parmi les plus grands.

Le manoir a été construit en 2013 et aurait coûté 100 millions de dollars. Elle comprend quatre chambres à coucher, sept salles de bains, un spa et une salle de sport, des piscines intérieure et extérieure, une cave à vin, une salle de billard, un home cinéma et d’autres commodités.

Le style de la résidence est particulier et ne plaira sans doute pas à ceux qui préfèrent le style minimaliste. Le décor comporte des moulures en or 14 carats et du cristal partout, des ornements et des motifs parfois excessifs, jusque dans la cuisine.

La hall d’entrée de 230 mètres carrés est doté de lustres et de colonnes en marbre.

Il y a également une piscine extérieure avec stéréo et écran de télévision, située dans les jardins aménagés comportant deux fontaines avec des sculptures romaines.

La valeur nette de Kogan a été estimée à 2,5 milliards de dollars, bien que sa fortune ait probablement été affectée par l’agitation qui règne en Russie en raison de la guerre en cours en Ukraine. Kogan aurait commencé à vendre ses biens immobiliers à New York quelque temps avant le début de la guerre en Ukraine. Son nom ne figure pas encore sur les listes de personnes visées par des sanctions.

Parmi les biens mis en vente figurait un appartement de luxe au Plaza Hotel de New York pour un montant de 50 millions de dollars. Kogan et sa femme auraient par ailleurs cédé d’autres propriétés dans la ville pour une valeur d’environ 250 millions de dollars, ainsi que des biens immobiliers dans d’autres régions des États-Unis, selon un article dans le New York Post.

À l’automne 2020, Kogan avait mis en vente son appartement de Tel Aviv pour 220 millions de shekels.

Le prix de vente initial de la résidence de Kogan à Caesaria a battu tous les records immobiliers israéliens.

Après la réduction du prix à un « seulement » 75 144 shekels par mètre carré de surface habitable, la maison de Kogan se retrouve loin derrière certaines ventes récentes à Tel Aviv, notamment les penthouses à deux étages des David Promenade Residences, qui ont été vendus cet été à plus de 200 000 shekels par mètre carré.

Ailleurs à Tel Aviv, au cours de l’année dernière, des prix de 130 000 à 140 000 shekels ont été atteints pour les Résidences du Mandarin Oriental Tel Aviv, à côté de ce qui était autrefois le Dolphinarium.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...