Le procureur général qualifie la loi de l’immunité d’absurde
Rechercher

Le procureur général qualifie la loi de l’immunité d’absurde

"Si le Premier ministre est corrompu, c’est ce que nous souhaitons ? Parce que c’est ce que cela voudrait dire", a expliqué Avichai Mandelblit

Le procureur général Avichai Mandelblit lors de la conférence de l'Association du barreau israélien à Tel Aviv, le 29 août 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)
Le procureur général Avichai Mandelblit lors de la conférence de l'Association du barreau israélien à Tel Aviv, le 29 août 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Le procureur général Avichai Mandelblit a déclaré lundi qu’une loi qui empêcherait les poursuites judiciaires contre un Premier ministre en exercice est « absurde » et qu’il y est « totalement opposé ».

Le gouvernement, dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a soumis un projet de loi surnommé la « loi française« , en référence à la protection dont bénéficie le président en France.

Ce projet de loi a rapidement suscité de vives critiques, non seulement de la part des partis de l’opposition, mais également au sein de la coalition.

Depuis une conférence donnée à l’université de Tel Aviv, Mandelblit a déclaré qu’une telle loi « signifierait qu’il faudrait attendre » la fin du mandat du Premier ministre avant d’entamer des poursuites judiciaires.

« Si le Premier ministre est corrompu, c’est ce que nous souhaitons ? Parce que c’est ce que cela voudrait dire », a-t-il expliqué.

« Ce n’est pas juste, pas convenable, et inapproprié pour notre pays », a déclaré Mandelblit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...