Le programme du Prince William en Israël et dans les Territoires palestiniens
Rechercher

Le programme du Prince William en Israël et dans les Territoires palestiniens

Fin du boycott officieux vieux de 70 ans, le duc de Cambridge se rendra à Yad Vashem et au mont des Oliviers, rencontrera Netanyahu à Jérusalem et Abbas à Ramallah

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Prince William arrive à l'aéroport international Ben Gurion le 25 juin 2018. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Le Prince William arrive à l'aéroport international Ben Gurion le 25 juin 2018. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Le prince William de Grande-Bretagne a atterri en Israël lundi en fin d’après-midi, mettant fin à un boycott officieux de soixante-dix ans par la famille royale.

La visite de trois jours du duc de Cambridge – la toute première visite officielle d’un membre de la famille royale depuis la fin du mandat britannique et la fondation de l’État d’Israël en 1948 – est susceptible d’être riche en symboles historiques, bien qu’elle ait été initialement présentée comme une occasion de célébrer les liens bilatéraux d’une qualité sans précédent entre Londres et Jérusalem.

Cependant, le voyage se déroule sous un petit nuage de controverse, car l’itinéraire officiel établi par Kensington Palace indique que la visite du prince dans la Vieille Ville de Jérusalem – où il est susceptible de visiter le mur Occidental – se déroulera dans les « Territoires palestiniens occupés ».

Le prince William, deuxième en ligne pour le trône britannique, a quitté la Jordanie sur un vol spécial lundi après-midi et a atterri à l’aéroport international Ben Gurion vers 18h30, heure locale. Il sera accueilli par le ministre du Tourisme Yariv Levin et le député Amir Ohana, tous deux membres du parti au pouvoir, le Likud.

L’hôtel King David après l’attentat à la bombe (Crédit photo : Wikimedia Commons)

Lui et sa suite relativement restreinte passeront la nuit à l’hôtel King David de Jérusalem – que la milice sioniste clandestine de l’Irgoun pré-étatique avait bombardé en 1946, tuant des dizaines de soldats britanniques. À l’époque, l’hôtel abritait le siège des autorités du Mandat britannique en Palestine.

Mardi, le duc de Cambridge visitera le mémorial de la Shoah de Yad Vashem. Accompagné de son président, Avner Shalev, il visitera le musée, participera à une cérémonie commémorative dans le Hall du Souvenir et visitera le Mémorial des enfants.

Au cours de la visite, il doit rencontrer Paul Alexander et Henry Foner, deux survivants du Kindertransport, qui, avant le début de la Seconde Guerre mondiale, avait aidé à faire venir des milliers d’enfants juifs de toute l’Europe en Grande-Bretagne.

Vers midi, le prince rencontrera le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara à leur résidence officielle de la rue Balfour à Jérusalem – nommée d’après Lord Arthur Balfour, le ministre britannique des Affaires étrangères qui, en 1917, a ouvert la voie à la création de l’Etat d’Israël en exprimant son soutien à « l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ».

« Nous recevrons aujourd’hui le duc de Cambridge, le Prince William, pour la première visite historique en Israël d’un représentant de la famille royale britannique », a-t-il annoncé au début de la réunion de la faction du Likud.

Le Prince William arrive à l’aéroport international Ben Gurion le 25 juin 2018. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

« Je dois dire que ce n’est pas tout à fait exact car il y a eu une représentante, son arrière-grand-mère la Princesse Alice, une des Justes parmi les nations qui a sauvé des Juifs en Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale et a demandé à être enterrée à Jérusalem », a ajouté Netanyahu.

Il a plaisanté en invitant tous les députés du Likud à rencontrer le prince William, mais, a-t-il dit, « la résidence du Premier ministre est un peu trop exiguë ».

L’étape suivante sera la résidence du Président pour une rencontre avec le président Reuven Rivlin, avant que le duc se rende au stade Neve Golan à Jaffa pour assister – et probablement participer – à un match de football entre enfants juifs et arabes israéliens organisé par The Equalizer et le Centre Peres pour la paix et l’innovation.

Le Prince William de Grande-Bretagne (C) et le Prince Hussein bin Abdullah de Jordanie (D) discutent avec des écoliers syriens et jordaniens lors de leur visite du site archéologique de Jerash, le 25 juin 2018 (AFP PHOTO / AHMAD ABDO).

Le Prince William participera ensuite à un « événement dans le centre de Tel Aviv » avec le maire Ron Huldai, bien que les organisateurs n’aient pas publié plus d’informations pour des raisons de sécurité.

Plus tard dans la soirée de mardi, le duc prendra la parole lors d’une réception à la résidence de Ramat Gan de l’ambassadeur britannique David Quarrey. Netanyahu est également censé être présent.

Mercredi matin, le Prince William assistera à un « événement culturel » non encore précisé à Tel Aviv, avant de rencontrer de jeunes Israéliens au musée Beit Hair de la ville.

Cette visite du musée clôturera le volet du voyage du duc en Israël.

Vers 13 h 30, il rencontrera le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dans son quartier général de la Muqata à Ramallah, pour une réunion bilatérale suivie d’un déjeuner.

Il assistera ensuite à un événement mettant en vedette « des pièces de théâtre et des spectacles musicaux pour la jeunesse palestinienne, ainsi que la possibilité de goûter la cuisine locale et de rencontrer de jeunes footballeurs en herbe », selon le programme du prince.

Plus tard dans la soirée, le duc donnera une réception au consulat britannique à Jérusalem-Est, à laquelle assistera « un large éventail de personnes venant des territoires palestiniens occupés [sic] », a déclaré le consul général du Royaume-Uni à Jérusalem, Philip Hall, lundi.

Jeudi matin, le prince se rendra au mont des Oliviers pour aller sur la tombe de son arrière-grand-mère, la princesse Alice de Battenberg, qui a sauvé une famille juive pendant la Shoah, et qui a été enterrée dans ce cimetière à la fin des années 1980, selon ses dernières volontés.

Son père, le Prince Charles, s’est rendu sur la tombe en octobre 2016, lors de son voyage en Israël pour assister aux funérailles du président Shimon Peres.

Le prince Charles et la ministre israélienne de la Culture Miri Regev lors des funérailles de l’ancien président Shimon Peres sur le mont Herzl, à Jérusalem, le 30 septembre. A droite, le président français François Hollande. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Plus tard dans la journée, le Prince William devrait visiter plusieurs sites religieux dans la Vieille Ville de Jérusalem, notamment l’église du Saint-Sépulcre, la mosquée al-Aqsa et le Dôme du Rocher sur le mont du Temple, ainsi que le mur Occidental, bien que ces visites n’aient pas été confirmées.

Le fait que ces visites se déroulent sous les auspices du consulat du Royaume-Uni à Jérusalem, qui est chargé des relations de Londres avec l’Autorité palestinienne, a suscité quelques critiques de la part des responsables israéliens, le ministre de Jérusalem Zeev Elkin accusant la deuxième ligne au trône de « politiser » sa visite dans la région.

« Jérusalem unifiée est la capitale d’Israël depuis 3 000 ans et aucune distorsion dans l’itinéraire du voyage ne peut changer cette réalité », a dit Elkin.

Mais Quarrey, l’ambassadeur du Royaume-Uni à Tel Aviv, a confirmé jeudi la description de la Vieille Ville de Jérusalem comme faisant partie des « Territoires palestiniens occupés » dans l’itinéraire du prince.

« Toute la terminologie utilisée dans le programme est conforme aux années de pratique des gouvernements britanniques. C’est conforme à la politique du gouvernement britannique », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une séance d’information à sa résidence de Ramat Gan.

« Le duc n’est pas une figure politique, continua Quarrey. « Il sera ici pour voir un peu du pays et pour rencontrer les gens d’ici. Et aussi pour avoir un aperçu d’Israël, pour voir ce qui se passe ici, certains des succès extraordinaires de la technologie et de la grande culture du pays. Et il tient vraiment à se mettre dans la peau du pays. »

Jeudi, en début d’après-midi, le duc partira de l’aéroport international Ben Gurion pour un vol spécial à destination de Londres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...