Rechercher

Le rabbin Berland, qui a passé des années en fuite, autorisé à s’envoler pour Ouman

Cette autorisation survient alors que le délinquant sexuel est impliqué dans une vieille affaire de meurtre et que les autorités déconseillent le pèlerinage en raison de l'invasion russe

Eliezer Berland et ses fidèles, dans une vidéo mise en ligne en août 2018 (Capture d'écran YouTube)
Eliezer Berland et ses fidèles, dans une vidéo mise en ligne en août 2018 (Capture d'écran YouTube)

Un tribunal de Jérusalem a autorisé jeudi le criminel Eliezer Berland, un délinquant sexuel condamné qui a déjà passé plusieurs années en fuite à l’étranger, à se rendre en Ukraine pour un pèlerinage à l’occasion de la fête juive de Rosh Hashanah.

Berland, chef de la secte Shuvu Bonim, est sorti de prison en décembre dernier après avoir purgé une partie de sa peine de 18 mois pour avoir escroqué des millions de shekels à des fidèles malades et âgés.

Avant cela, il a passé trois ans en fuite en Europe et en Afrique pour échapper à des allégations de délits sexuels. Il a été capturé en 2016 et condamné pour deux chefs d’accusation d’actes indécents et un cas d’agression.

Il a été lié à des suspects arrêtés l’année dernière pour leur implication présumée dans une affaire de meurtre vieille de 35 ans, et un juge a déclaré l’année dernière qu’il s’était impliqué dans le crime, mais le rabbin, 83 ans, n’a pas été inculpé.

Berland sera autorisé à prendre l’avion pour Ouman, où se trouve la tombe du leader hassidique Rabbi Nahman de Breslev, en échange d’une caution de 650 000 shekels, selon le site d’information Walla. Des centaines de fidèles de Berland devraient faire le voyage avec lui, indique le site.

Israël, l’Ukraine et les États-Unis ont exhorté les pèlerins à éviter de se rendre à Ouman en raison de l’invasion russe en Ukraine. Le pèlerinage attire généralement des dizaines de milliers de pèlerins juifs, principalement des juifs hassidiques, pour Rosh Hashana – le Nouvel an juif – qui est célébré cette année entre le 25 et le 27 septembre, et beaucoup devraient faire le voyage malgré le danger.

En 2020, les pèlerins juifs ont ignoré les interdictions officielles de voyager en raison de la pandémie de coronavirus et se sont massés à la frontière de l’Ukraine pour tenter d’atteindre le lieu de sépulture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...