Rechercher

Le « rabbin de Poutine » appelle à la fin de la guerre en Ukraine

Berel Lazar dit qu'il est prêt à tout "pour faire taire les armes et arrêter les bombes", après que les rabbins ukrainiens se sont opposés à l'invasion

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le président russe Vladimir Poutine avec le grand rabbin de Russie Berel Lazar au musée juif de Moscou, le 13 juin 2013 (Crédit : AP Photo/Alexander Zemlianichenko)
Le président russe Vladimir Poutine avec le grand rabbin de Russie Berel Lazar au musée juif de Moscou, le 13 juin 2013 (Crédit : AP Photo/Alexander Zemlianichenko)

Un éminent rabbin considéré comme proche du président russe Vladimir Poutine a appelé à mettre fin à la guerre du pays contre l’Ukraine, proposant d’aider à la médiation entre les deux parties.

« Dieu attend de chaque croyant qu’il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour sauver des vies humaines. Personnellement, je suis prêt à toute médiation, prêt à faire tout ce que je peux et au-delà pour faire taire les armes et arrêter les bombes », a écrit mercredi le rabbin Berel Lazar dans un message sur un site Internet juif russe.

« L’heure est à l’action commune. Par conséquent, j’appelle tous les chefs religieux d’Ukraine, de Russie, d’Europe et des autres continents à unir leurs forces pour la paix. Nous, fidèles à un seul Dieu, devrions utiliser toute notre influence, tout notre pouvoir pour arrêter le chaos et éviter de nouvelles victimes », a-t-il déclaré.

Lazar, adepte du mouvement Habad, a été grand rabbin de Russie pendant une vingtaine d’années – bien que le poste soit quelque peu contesté – et est connu depuis longtemps pour avoir l’écoute du président russe, ce qui lui a valu parfois le surnom de « rabbin de Poutine ».

Le président russe Vladimir Poutine, à droite, s’entretient avec le Grand Rabbin de Russie Berel Lazar, lors d’une cérémonie d’inauguration du mémorial aux membres de la résistance juive dans les camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, au Musée juif et Centre de tolérance à Moscou, le 4 juin 2019. (Crédit : Sergei Ilnitsky / Pool / AFP)

Son appel à mettre fin à la guerre mercredi semblait être une rupture majeure par rapport aux positions antérieures de Lazar sur la politique de la Russie concernant l’Ukraine. En 2014, lorsque la Russie a annexé la péninsule de Crimée, Lazar avait dénoncé les autres rabbins ukrainiens Habad qui s’opposaient à cette décision et leur avait dit de garder le silence sur « l’activité des politiciens ».

Les commentaires de Lazar mercredi sont intervenus au milieu de condamnations ardentes de la Russie et de son invasion par d’autres rabbins Habad en Ukraine, notamment le rabbin Moshe Azman, né à Saint-Pétersbourg, qui a explicitement appelé les Juifs russes à agir pour mettre fin à la guerre.

En 2000, Lazar, d’origine italienne, s’est séparé du Congrès juif russe, un groupe de coordination représentant les Juifs du pays, et a pris le titre de grand rabbin. Le titre est également revendiqué par le rabbin Adolf Shayevich, qui est toujours considéré comme le grand rabbin de Russie par le Congrès.

Depuis lors, Lazar a maintenu des liens étroits avec le gouvernement russe et son président Poutine. Il officie régulièrement lors d’événements parrainés par le Kremlin, a fait visiter à Poutine le Mur occidental à Jérusalem en 2012 et est apparu aux côtés du président russe lorsqu’il a accueilli l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu à Moscou en 2018.

Il a cependant parfois critiqué le dirigeant russe pour avoir expulsé les rabbins Habad américains du pays et pour avoir fourni à la Syrie un puissant système de défense aérienne.

Yaakov Schwartz a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...