Le rabbin Kanievsky guéri du coronavirus, selon son médecin
Rechercher

Le rabbin Kanievsky guéri du coronavirus, selon son médecin

L'éminent rabbin ultra-orthodoxe de 92 ans avait été critiqué pour ses directives qui allaient à l'encontre du confinement ; il avait contracté la COVID-19 début octobre

Le Rav Chaim Kanievsky à son domicile dans la ville centrale de Bnei Brak le 22 septembre 2020. (Aharon Krohn/Flash90)
Le Rav Chaim Kanievsky à son domicile dans la ville centrale de Bnei Brak le 22 septembre 2020. (Aharon Krohn/Flash90)

Le médecin de l’éminent rabbin ultra-orthodoxe Chaim Kanievsky, 92 ans, a déclaré mercredi que ce dernier était guéri du coronavirus.

Après cette déclaration du docteur Ori Rogowski de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, l’assurance médicale du rabbin a précisé qu’il n’avait plus besoin d’être isolé, selon le site Ynet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu mercredi avec le petit-fils du rabbin Kanievsky et lui a dit qu’il se réjouissait qu’il soit guéri.

« Nous sommes ravis qu’il soit guéri », a déclaré Netanyahu à Yaakov Kanievsky.

Selon un communiqué du Bureau du Premier ministre, Netanyahu a également déclaré que tout le pays avait prié pour la guérison du rabbin Kanievsky.

« Tout le pays a prié, et prie encore, pour la santé du rabbin, figure vénérée et modèle de dévotion à la Torah », a dit Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, 30 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le petit-fils du dirigeant ‘haredi a répondu en précisant que les rumeurs portant sur le rejet des restrictions sanitaires prétendument  attribuées à son grand-père étaient de « la désinformation ». Le rabbin Kanievsky avait été critiqué car il aurait ordonné de rouvrir les écoles malgré l’interdiction nationale.

« Le rabbin a ordonné que les directives soient suivies, que les masques soient portés », a dit le petit-fils à Netanyahu, selon la Douzième chaîne.

Netanyahu a également parlé de sa satisfaction face à la baisse de la transmission du virus dans les localités ultra-orthodoxes.

« Grâce à un partenariat global, à la responsabilité et au dialogue, nous maintiendrons ce qui a été réalisé au prix d’un travail acharné et nous ferons d’Israël un pays vert et sûr « , a déclaré Netanyahu.

Le rabbin Kanievsky est un dirigeant très influent de la mouvance ultra-orthodoxe lituanienne non-hassidique en Israël et ses fidèles se comptent par centaines de milliers. Il a contracté le virus au début du mois, et son état s’est brièvement aggravé une semaine après.

Le Rav Chaim Kanievsky accueilli par des fidèles à son domicile dans la ville centrale de Bnei Brak le 22 septembre 2020, derrière une vitre de protection contre le coronavirus. (Aharon Krohn/Flash90)

Kanievsky a été diagnostiqué malade deux jours après que le quotidien Haaretz a rapporté qu’il avait enfreint sa période d’isolement en recevant des visiteurs à son domicile de Bnei Brak, le lendemain de Yom Kippour. Il était supposé être en isolement car il était cas-contact.

Kanievsky a été vivement critiqué pour sa gestion de la pandémie et les directives données à ses fidèles.

Au début du mois, alors qu’il était soigné pour la COVID-19, le rabbin avait ordonné aux écoles de rouvrir, malgré les interdictions du gouvernement. Des centaines d’écoles avaient alors illégalement rouvert leurs portes.

Des garçons jouent dans une école de Beitar Illit qui a ouvert ses portes en violation des règles du coronavirus, le 18 octobre 2020. (Capture d’écran : Twitter)

La réouverture des écoles est considérée comme un risque majeur et de nombreuses zones ultra-orthodoxes ayant un taux d’infection élevé et les espaces intérieurs étant considérés comme d’importants incubateurs de virus. Dans le reste du pays, les écoles sont restées fermées pour cette raison.

Kanievsky avait déjà fait les gros titres en mars lors de la première vague de la pandémie, lorsque, malgré les appels du bureau du Premier ministre et de la police israélienne, il avait insisté pour que les yeshivot et les écoles restent ouvertes défiant les appels du gouvernement à les fermer, rendant une décision déclarant que « l’annulation de l’étude de la Torah est plus dangereuse que le coronavirus ». A l’époque, il y avait 200 cas de coronavirus actifs dans le pays et aucun décès.

Il a changé de cap deux semaines plus tard, alors que les infections se comptaient par centaines chaque jour et que sa ville natale de Bnei Brak connaissait une infection généralisée. Il a ensuite ordonné à ses disciples de prier individuellement plutôt que lors d’offices collectifs et a écrit que ceux qui violaient les règles de distance sociale et de santé, mettant les autres en danger, étaient assimilables à des meurtriers aux yeux de la loi juive et pouvaient être dénoncés aux autorités israéliennes.

Kanievsky a été cité par un reportage en ligne début septembre comme encourageant apparemment les étudiants de la yeshiva à ne pas se faire tester pour le virus, ce à quoi Ronni Gamzu, l’homme chargé de la lutte contre le coronavirus en Israël, a réagi très vivement.

Le responsable de la gestion du coronavirus en Israël, Ronni Gamzu, en visite à l’hôpital Ziv de Safed, le 27 septembre 2020. (David Cohen/ FLASH90)

Gamzu s’est ensuite excusé, déclarant que les citations attribuées au grand rabbin ultra-orthodoxe étaient mensongères, confirmant apparemment un article du magazine ultra-orthodoxe Mishpacha qui disait que le rabbin ne faisait pas référence à une politique générale, mais qu’il se prononçait plutôt sur des circonstances spécifiques concernant des étudiants qui avaient été testés deux semaines auparavant et qui avaient depuis été isolés dans des « capsules » d’étude.

L’annonce de la contamination de Kanievsky est intervenue alors que le pays était paralysé pendant les fêtes de fin d’année en raison de la hausse des taux d’infection, avec un nombre important de nouveaux cas de coronavirus dans la communauté ultra-orthodoxe.

La semaine précédente, Kanievsky et le rabbin Gershon Edelstein, un autre leader de la communauté lituanienne ultra-orthodoxe en Israël, avaient appelé à respecter les règles sanitaires.

Une lettre de leur part, qui a été rendue publique par le ministère de la Santé, demandait aux ultra-orthodoxes de n’organiser des services de prière qu’en plein air, tout en observant la distanciation sociale et en portant des masques. La lettre disait que les règles sanitaires devaient être respectées sans exception et que les fêtes de Souccot devaient être observées uniquement avec la famille nucléaire.

Kanievsky a également dit à ses disciples qu’ils devraient passer des tests de coronavirus si nécessaire pendant les festivals, car c’est un impératif lié au pikuah nefesh (sauver des vies).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...