Le terroriste auteur de deux fusillades en 2018 condamné pour triple meurtre
Rechercher

Le terroriste auteur de deux fusillades en 2018 condamné pour triple meurtre

Asem Barghouti a été reconnu coupable de ces attaques ayant tué deux soldats et le bébé prématuré d'une femme enceinte et fait neuf blessés

Les frères Asem (G) et Salih (D) Barghouti lors d'un rassemblement à Kobar après leur libération d'une prison israélienne, en avril 2018. (Capture d'écran : Twitter)
Les frères Asem (G) et Salih (D) Barghouti lors d'un rassemblement à Kobar après leur libération d'une prison israélienne, en avril 2018. (Capture d'écran : Twitter)

Le Palestinien Asem Barghouti a été reconnu coupable jeudi de triple meurtre après deux attaques mortelles en décembre 2018 ayant coûté la vie à deux soldats et un bébé né prématurément.

Le tribunal militaire d’Ofer a rendu son verdict après que l’accusé a reconnu les faits. Il a également été condamné pour 12 autres chefs d’accusation de tentative de meurtre, obstruction à la justice et appartenance à une organisation interdite.

Barghouti avait été interpelé en janvier et accusé d’avoir perpétré une fusillade à un arrêt de bus près de l’avant-poste de Givat Assaf le 13 décembre et d’avoir été complice de son frère Salih dans une fusillade antérieure, également à un arrêt de bus, près de l’implantation d’Ofra le 9 décembre.

Deux soldats, le sergent Yosef Cohen et le sergent d’état-major Yovel Mor Yosef, ont été tués dans l’attaque de Givat Assaf. Un autre soldat, l’Israélo-américain Netanel Felber, a été grièvement blessé et Shira Sabag, une civile, a également été blessée par balle.

Une photo montrant le sergent Yosef Cohen, à gauche, et le sergent d’état-major Yovel Mor Yosef de la Brigade Kfir de l’armée israélienne. Les deux hommes ont été tués le 13 décembre 2018 lors d’un attentat terroriste à l’extérieur de l’avant-poste de Givat Assaf, dans le centre de la Cisjordanie. (Armée israélienne)

Sept personnes ont été blessées lors de l’attaque d’Ofra, dont une femme enceinte de sept mois qui a été grièvement blessée. Les médecins ont fait naître son petit garçon par césarienne d’urgence, mais il est mort quelques jours plus tard malgré des efforts intensifs déployés pour le sauver.

Son frère Salih, également de Kobar, avait été tué par les forces israéliennes lors d’une tentative d’arrestation le 12 décembre. L’arrestation d’Asem Barghouti avait fait suite à une chasse à l’homme ayant duré près d’un mois.

Barghouti avait été mis en examen par le tribunal militaire de Judée en Cisjordanie en mars 2019. D’après l’acte d’accusation déposé, il a initié et planifié les attaques, proposant à son frère de lui servir de chauffeur le jour de la fusillade mortelle du 9 décembre, à la suite de laquelle ils se sont débarrassé des preuves contre eux, dont le véhicule utilisé, les vêtements qu’ils portaient et les armes employées.

Lorsque son frère a été tué, Asem Barghouti a fui et décidé de commettre une seconde attaque et de devenir « martyr », se rendant près de l’avant-poste de Givat Assaf. Après avoir abattu quatre personnes, il est de nouveau parvenu à prendre la fuite et à rester caché pendant environ un mois, avant d’être retrouvé dans le village d’Abu Shukheidim, près de Ramallah, et arrêté le 8 janvier 2019.

Des soldats israéliens recherchent les terroristes qui ont commis un attentat à l’arme à feu le 9 décembre 2018 à l’extérieur de la colonie d’Ofra en Cisjordanie, près de Ramallah, lors duquel sept Israéliens ont été blessés, dont une femme enceinte. (Armée israélienne)

Les maisons des deux frères situées dans le village cisjordanien de Kobar avaient été rasées en mars et en avril.

La peine de Barghouti sera décidée ultérieurement.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...