Le tireur de Tel Aviv avait un GPS sur lui pendant sa fuite
Rechercher

Le tireur de Tel Aviv avait un GPS sur lui pendant sa fuite

Les enquêteurs n’ont découvert l’existence d’une montre intelligente volée par le terroriste qu’après un deuxième interrogatoire de la famille du chauffeur de taxi assassiné

Les forces de sécurité recherchent dans Tel Aviv l'homme armé qui a tué deux personnes et en a blessé sept autres dans un bar du centre de la ville, le 1er janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Les forces de sécurité recherchent dans Tel Aviv l'homme armé qui a tué deux personnes et en a blessé sept autres dans un bar du centre de la ville, le 1er janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Il a fallu deux jours aux enquêteurs israéliens pour découvrir que le terroriste du nouvel an, Nashat Milhem, portait une montre muni d’un GPS quand il a fui Tel Aviv après avoir abattu trois Israéliens, selon un rapport de mardi.

Mlhem avait volé la montre intelligente du poignet d’Amin Shaaban, chauffeur de taxi, sa troisième victime, avant de prendre un bus en direction de sa ville de Wadi Ara. La montre pouvait se connecter aux téléphones portables du chauffeur, laissés dans la voiture.

Le 1er janvier, Milhem a ouvert le feu sur un pub de Tel Aviv, tuant deux personnes. Il a ensuite tué Shaaban et volé son taxi, mais a été forcé de prendre deux bus pour quitter la ville quand le taxi s’est arrêté, selon un compte-rendu du Shin Bet.

Les enquêteurs ont interrogé la famille de Shaaban peu après avoir retrouvé son corps afin de découvrir s’il avait été un complice de Milhem et avait été tué pendant une dispute entre les deux homes.

« Ils nous ont seulement interrogé à propos du taxi, des propriétaires, de quand Amin avait quitté la maison et qui nous connaissions. Ils n’ont pas partagé d’information », a déclaré l’un des frères de Shaaban à Haaretz.

Les funérailles d'Amin Shaaban, chauffeur de taxi de 42 ans, à Lod, le 3 janvier 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)
Les funérailles d’Amin Shaaban, chauffeur de taxi de 42 ans, à Lod, le 3 janvier 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

La police a trouvé deux téléphones portables dans la voiture, mais n’a pas posé de questions sur les affaires de Shaaban, selon l’article.

Deux jours après, quand les enquêteurs ont été convaincus que Shaaban n’était pas complice, ils sont retournés vers la famille et leur ont dit ce qui avait été trouvé dans la voiture. En attendant de parler des téléphones, sa famille a immédiatement décrit la montre.

Les forces de l’ordre ont alors pu récupérer le signal des téléphones et obtenir la première indication que Milhem avait fui vers le nord d’Israël.

Ceci a apparemment été la base d’une déclaration de Roni Alsheich, le chef de la police israélienne – cinq jours après les meurtres – annonçant que Milhem n’était probablement plus à Tel Aviv.

Un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, a déclaré qu’alors que la police fournissait des preuves scientifiques et d’autres services, l’interrogatoire des suspects et des témoins était réalisé par l’agence de sécurité intérieure, le Shin Bet.

Le Shin Bet n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Le tireur de Tel Aviv, Nashat Milhem, boit une bière, dans une vidéo non datée extraite d'une série diffusée par le Shin Bet le 27 janvier 2016. (capture d'écran)
Le tireur de Tel Aviv, Nashat Milhem, boit une bière, dans une vidéo non datée extraite d’une série diffusée par le Shin Bet le 27 janvier 2016. (capture d’écran)

La révélation concernant la montre intelligente, d’abord annoncée par le quotidien Haaretz, vient rejoindre un certain nombre de faux pas apparents des forces de sécurité dans cette affaire, qui a laissé Tel Aviv paralysée pendant plusieurs jours pendant que la police recherchait le tueur, malgré le fait qu’il ait quitté la ville quelques heures après l’attaque.

La semaine dernière, la radio publique israélienne annonçait que deux jeunes femmes avaient repéré Milhem avec un pull ensanglanté dans un bus dans le nord de tel Aviv, mais qu’elles ont été ignorées à plusieurs reprises quand elles ont essayé d’alerter les autorités.

Milhem a été appréhendé et tué pendant un échange de coups de feu avec la police dans sa ville natale d’Arara, dans le nord d’Israël, une semaine après les attaques.

Pendant la chasse à l’homme, beaucoup de parents ont gardé leurs enfants à la maison au lieu de les mettre à l’école, par peur d’une nouvelle attaque de Milhem, alors que la police menait des raids dans plusieurs quartiers de la ville.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...