Le tribunal autorise la divulgation du nom de l’homme ayant poignardé sa femme
Rechercher

Le tribunal autorise la divulgation du nom de l’homme ayant poignardé sa femme

Aviad Moshe est identifié comme l'homme accusé d'avoir tenté d'assassiner son épouse devant leur fils en bas âge

Shira Moshe, poignardée à plusieurs reprises et grièvement blessée par son mari Aviad, dans une photo non datée. (Autorisation)
Shira Moshe, poignardée à plusieurs reprises et grièvement blessée par son mari Aviad, dans une photo non datée. (Autorisation)

Mardi, le tribunal de district de Beer Sheva a autorisé la publication de l’identité d’un homme qui aurait poignardé sa femme à plusieurs reprises au début du mois, lui causant de graves blessures, annulant ainsi une décision d’un tribunal inférieur rendue quelques jours plus tôt, qui avait accordé au suspect l’anonymat pour préserver sa réputation, alors que l’enquête sur l’affaire se poursuit.

Aviad Moshe, 45 ans, est accusé d’avoir poignardé son épouse, Shira, à 20 reprises et de l’avoir frappée avec un rouleau à pâtisserie la veille de la fête de Rosh Hashana, le 18 septembre. L’agression s’est produite au domicile du couple dans la ville de Mitzpe Ramon, dans le sud du pays, en présence de leur enfant de deux ans.

Âgée de 31 ans, Moshe Shira a été hospitalisée dans un état grave et s’est fait opérer en urgence au centre médical Soroka de Beer Sheva.

L’opinion publique s’était indignée après que le tribunal de Beer Sheva a décidé vendredi que l’identité du suspect devait rester cachée, le juge George Amorai ayant accepté l’argument de celui-ci selon lequel il devrait avoir la possibilité de rester anonyme.

« Ils peuvent trouver des choses surprenantes. C’est ce qu’il y a de plus facile pour ruiner une réputation et une carrière de 45 ans, donnez-moi cette chance », avait demandé Aviad Moshe au juge.

Peu après la décision du tribunal, la députée Merav Michaeli a tweeté : « Prenez note de ceci : Aviad Moshe est l’homme accusé de la tentative de meurtre de sa femme, Shira. Une telle réputation mérite de nombreuses années de prison. »

Les avocats de la jeune femme avaient exprimé leur indignation face à cette décision et, en réponse à celle-ci, un certain nombre de groupes de femmes et d’individus ont publié le nom et la photo de l’époux en ligne.

Bracha Barad, de l’organisation féministe Kulan, a tweeté son nom à plusieurs reprises, ajoutant « Je vous ai évité d’avoir à aller sur Facebook pour vérifier. »

Hagit Pe’er, chef de l’association de défense des femmes Na’amat, avait demandé à la police de faire appel de la décision du juge, affirmant que cela envoyait un message dangereux aux victimes de violence domestique.

Lily Ben Ami, la sœur de Michal Sela, qui a été tuée par son mari l’année dernière, avait écrit : « Le juge a décidé d’accepter la demande du tueur [sic] et non celle de la victime ! Le juge insiste pour défendre la réputation d’un homme suspecté de meurtre qui a été arrêté en possession d’un rouleau à pâtisserie et d’un couteau après avoir poignardé sa femme 20 fois ! ».

Elle a nommé l’accusé dans son message diffusé sur les réseaux sociaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...