Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Le tribunal du travail interdit la grève des enseignants du secondaire

Le tribunal a estimé que le court préavis et la méthode d'annonce du débrayage pour les classes de Seconde et de Première sur les salaires sont illégaux

Illustration : Une classe vide dans une école de Mevasseret Zion, en Israël, le 27 août 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Une classe vide dans une école de Mevasseret Zion, en Israël, le 27 août 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le tribunal national du travail a statué samedi soir qu’un syndicat d’enseignants du secondaire ne pourra pas organiser une grève d’une journée nationale dimanche pour les classes de Seconde et de Première.

L’Association des enseignants du secondaire avait annoncé qu’elle organisait cette grève en raison de l’absence de progrès après un an de négociations avec le ministère des Finances en vue d’une augmentation des salaires. Le ministère de l’Éducation a ensuite déclaré qu’il déposerait une demande d’injonction auprès du tribunal du travail.

Selon les médias israéliens, le tribunal a déclaré samedi que la manifestation ne serait pas autorisée, citant le calendrier et la méthode de l’annonce du syndicat, qui a été publiée vendredi dans les médias et n’a pas été soumise directement au ministère de l’Éducation.

Le tribunal a également noté que, contrairement aux affirmations du syndicat, les négociations avec le Trésor se poursuivaient et qu’une réunion avait été programmée, selon les informations.

Le syndicat a déclaré vendredi que sa décision d’appeler à la grève était « due au manque de réactivité des ministères des Finances et de l’Éducation aux exigences minimales après plus d’un an de négociations infructueuses ».

Le salaire de base des enseignants du secondaire est actuellement de 8 500 shekels par mois. Le syndicat demande qu’il soit porté à 12 000 shekels par mois.

« Je déplore le manque d’intérêt du ministre de l’Éducation Yoav Kisch pour ce qui se passe dans le système éducatif – le manque d’enseignants professionnels et le mépris des fonctionnaires du ministère des Finances pour les demandes des enseignants du secondaire », a déclaré le président du syndicat, Ran Erez, dans un communiqué.

Kisch a répliqué par une déclaration dans laquelle il fustige la « tactique répétée » de Erez consistant à appeler à des grèves pour le dimanche, tard dans la journée de vendredi, et insiste sur le fait que cette tactique ne sera pas couronnée de succès. Il a déclaré que ceux qui payaient le prix de la grève syndicale n’étaient ni son ministère ni le ministère des Finances, mais plutôt les étudiants eux-mêmes.

Le ministre de l’Éducation Yoav Kisch à la Knesset, à Jérusalem, le 15 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère des Finances s’est dit « surpris » par la décision du syndicat, notant que quelques jours plus tôt, le tribunal national du travail avait ordonné au syndicat de cesser les sanctions qu’il avait prises pour protester contre les faibles rémunérations.

Le ministère a ajouté qu’il avait tenu une réunion avec le Syndicat des enseignants jeudi et que les deux parties avaient progressé vers un accord, une affirmation que le syndicat a vivement démentie.

Le Conseil national des parents d’élèves a accusé le syndicat des enseignants de « piétiner grossièrement la saison de remise des diplômes et l’avenir des élèves » et lui a demandé d’être plus transparent sur les raisons de cette mesure radicale.

Ce n’est pas la première fois que le syndicat décide de faire grève cette année scolaire. Le mois dernier, les enseignants de Seconde ont refusé de se présenter en classe jusqu’à 10 heures du matin pour protester pour une augmentation des salaires. Plus tôt dans l’année scolaire, une grève d’avertissement similaire d’une journée avait été organisée dans tous les lycées.

Lundi, le tribunal national du travail a ordonné aux enseignants du secondaire de publier les résultats des examens qui ont été maintenus cachés dans le cadre d’une protestation pour réclamer une hausse des salaires.

Illustration : Les élèves du lycée Keshet, à Jérusalem, le 20 mai 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les étudiants attendent depuis des mois les résultats des examens préliminaires pour se préparer aux examens d’entrée à l’université, qui débuteront dans les prochaines semaines. Mais les enseignants ont refusé de les publier, car ils cherchent à faire pression sur le ministère de l’Éducation pour obtenir une augmentation.

Le tribunal a rendu sa décision lundi à l’issue d’une audience de quatre heures convoquée à la demande du ministère de l’Éducation et de la Fédération des autorités locales, qui ont exhorté le tribunal à contraindre le Syndicat des enseignants d’Israël à publier les résultats.

Le ministère de l’Éducation a accepté de ne pas utiliser les notes jusqu’à ce qu’il parvienne à un accord avec le Syndicat des enseignants concernant les salaires, ou jusqu’à ce que le tribunal rende une décision alternative.

Cette décision a été saluée par Kisch, qui a déclaré qu’elle permettrait aux étudiants de recevoir leurs résultats et ouvrirait la voie à des discussions entre le ministère des Finances et le Syndicat des enseignants en vue de parvenir à un compromis.

Toutefois, Erez a déclaré que le verdict marquait un triste jour pour son organisation, « ainsi que pour les parents et les élèves ».

Le syndicat a fait valoir que la rétention des notes était une mesure légitime et qu’elle n’était pas très préjudiciable aux élèves.

Des lycéens passant un examen dans une école de Yehud, le 20 janvier 2022. (Crédit : Yossii Zeliger/Flash90)

« Les mesures prises par l’organisation sont mineures, responsables et efficaces, et ne devraient donc pas être bloquées », a déclaré un représentant du syndicat lors de l’audience de lundi devant le tribunal national du travail.

Lundi, le Syndicat des enseignants a rejeté une offre du ministère des Finances visant à augmenter les salaires de départ des enseignants du secondaire à 10 000 shekels par mois.

Le syndicat a qualifié cette offre d’humiliante et de dégradante.

Le ministère des Finances a déclaré dans un communiqué que lors des négociations de la semaine dernière visant à mettre fin à un conflit de travail sur les salaires et les conditions d’emploi, il avait proposé un plan qui permettrait aux nouveaux enseignants titulaires d’une licence de commencer à percevoir un salaire mensuel de 10 000 shekels, tandis que ceux titulaires d’un master gagneraient 10 900 shekels. Selon le ministère, l’offre est supérieure de 1 500 shekels à ce qu’il avait proposé dans le passé.

Les augmentations entreront en vigueur progressivement, ce qui signifie que les enseignants commenceront à percevoir 9 099 shekels et 9 952 shekels en septembre, a déclaré le Trésor.

Le ministère a qualifié cette proposition de « détaillée et respectable ». « Nous sommes désolés que l’organisation des enseignants continue à nuire aux étudiants », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.