Le vote du Likud lance les primaires, avec l’avenir de Netanyahu en suspens
Rechercher

Le vote du Likud lance les primaires, avec l’avenir de Netanyahu en suspens

Avec ses nombreux accords secrets, ses marchandages et ses luttes acharnées, l'élection interne est considérée comme un indicateur du pouvoir du Premier ministre au sein du Likud

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, vote pour les élections primaires du Likud le 31 décembre 2014 (Crédit photo : Miriam Alster / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, vote pour les élections primaires du Likud le 31 décembre 2014 (Crédit photo : Miriam Alster / Flash90)

Ouvrant la campagne des primaires dans le cadre de la préparation des élections nationales d’avril, les membres du Likud se sont rendus aux urnes mardi pour élire la liste des membres de la Knesset, dans une compétition interne féroce qui pourrait servir de baromètre de l’influence du Premier ministre Benjamin Netanyahu sur sa base.

De 10h à 22h, quelque 119 000 électeurs inscrits auront l’occasion de voter selon un système de classement complexe pour les candidats nationaux et de district dans 113 bureaux de vote à travers le pays.

A 18h, environ 33,45 % des électeurs éligibles avaient voté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara Netanyahu ont voté aux primaires du Likud dans un bureau de vote spécialement construit pour le couple dans leur résidence officielle à Jérusalem.

Un porte-parole du Premier ministre a déclaré que l’isoloir privé, jamais mis en place auparavant, était destiné à « ne pas perturber les bureaux de vote » par des mesures de sécurité excessives.

S’exprimant avant de voter, Netanyahu a déclaré aux membres du Likud qu’il avait une demande : « Votez, votez et votez pour ma proposition de renforcer le Likud face aux fusions de la gauche ».

Cette proposition lui permettrait de nommer n’importe quel candidat de son choix aux 21e, 26e et 36e places, ce qui lui permettrait de fusionner la liste du Likud avec un parti plus petit sans avoir besoin d’une autorisation séparée du Comité central.

Cent quarante-deux candidats se disputent les premières places de la liste électorale du Likud, espérant tous obtenir un score suffisamment élevé pour assurer leur entrée à la Knesset. Parmi les députés sortants et les nouveaux venus influents, il y a eu une vive concurrence pour les créneaux les plus élevés, ce qui garantit pratiquement une position à la table du Cabinet.

Alors que Netanyahu conserve la première place en tant que chef du parti et vétéran, et que Benny Begin, député du Likud, prend (encore) sa retraite, 28 députés et ministres en exercice se présentent pour les 18 premières places sur la liste électorale, qui sont destinées aux candidats au vote à l’échelle nationale. Ils sont rejoints par trois poids lourds qui reviennent au parti ou se présentent pour la première fois : l’ancien ministre de l’Intérieur Gideon Saar, l’ancien maire de Jérusalem Nir Barkat et le ministre de l’Immigration Yoav Gallant (qui a récemment quitté Koulanou).

Le protocole du parti stipule que toute personne qui a servi comme député doit se présenter sur la liste nationale, qui remplit les postes 2-18, 20, 23-25 et tout ce qui dépasse 35. Les membres du parti qui votent aux primaires doivent choisir leurs 12 candidats préférés (parmi les 73 candidats en lice sur la liste nationale) pour combler ces postes, et ceux-ci seront ensuite classés en fonction du nombre total de votes.

Le bulletin de vote de l’élection des primaires du Likud du 3 janvier 2019 où les membres du parti doivent choisir un maximum de 12 des 73 candidats en lice pour les places sur la liste nationale. (Autorisation)

Le reste de la liste est peuplé de candidats de district, qui se font concurrence pour des créneaux spécifiques représentant diverses régions ou groupes au sein du parti. Dans le cadre d’un changement introduit lors des primaires de cette année, seuls les membres du comité central du Likud pourront voter pour les candidats de district, ce qui donnera à l’organe décisionnel clé du parti un pouvoir et une influence considérables sur la liste électorale.

Toutefois, la liste finale pourra être quelque peu différente des résultats du vote de mardi, qui devraient s’écouler dans la nuit de mardi à mercredi et tôt le mercredi matin, avec un certain nombre de modifications devant être apportées en fonction de certaines conditions prédéterminées. Les 10e, 20e, 25e et 31e places, par exemple, seront occupées par des femmes, les deux dernières étant réservées aux candidats qui n’ont pas encore été élus à la Knesset. La 21e et, s’il le demande, la 19e place peut être adjugée directement par Netanyahu.

De plus, les membres du parti voteront mardi sur une proposition qui permettrait au Premier ministre de nommer des candidats aux 21e, 26e et 36e places, ce qui lui permettrait de fusionner le Likud avec un petit parti, sans avoir à demander séparément la permission au Comité central.

Les primaires ont été introduites dans la politique israélienne au début des années 1990, lorsque plusieurs grands partis ont cherché à renforcer le soutien de la population en augmentant la participation au processus démocratique. Depuis lors, la plupart des nouveaux partis ont renoncé aux élections internes, optant plutôt pour un système dans lequel le chef du parti ou un comité de ses dirigeants choisit une liste « parfaite », non entachée des caprices des membres du parti.

Le nombre de personnes participant activement aux primaires de chaque parti a également diminué. Dans les premières primaires du Parti travailliste, en 1992, il y avait plus de 160 000 électeurs inscrits ; en 2015 il n’y en avait que 49 000. Entre-temps, le Likud est passé de quelque 180 000 électeurs inscrits en 1996 à environ 96 000 en 2015. Cette année a peut-être brisé la tendance, avec une augmentation du nombre d’électeurs inscrits pour la première fois en deux décennies.

L’enthousiasme des électeurs éligibles a toutefois été assez faible, avec un taux de participation légèrement inférieur à 61 % aux primaires du Parti travailliste en 2014 et au Likud en 2014, où seulement 54 % des votants se sont rendus aux urnes.

Accords en coulisses et listes « d’assassinats »

Avec des candidats bien plus nombreux que les candidats en lice, le principal parti au pouvoir est devenu célèbre pour ses activités de marchandage en coulisses. Dans un arrangement parfois méprisé par certains membres du Likud et observateurs politiques, des membres éminents du parti demandent souvent à leurs partisans de soutenir d’autres candidats en échange de leur soutien réciproque.

De nombreux membres seniors du Likud établissent des « listes de recommandations » pour lesquelles voter, les militants distribuant même des bulletins de vote pré-remplis aux militants dans les bureaux de vote. Dans le cadre des accords visant à s’assurer une place sur ces tickets, certains membres du parti créent également des « listes d’assassinats » de candidats à éviter.

Selon un article paru dimanche dans le quotidien Israel Hayom, le Premier ministre a également dressé une liste de ses propres recommandations et, par le biais d’accords secrets, tente de faire en sorte que ses préférences figurent en tête de liste. Dans le même temps, M. Netanyahu s’emploie activement à empêcher un certain nombre d’éminents députés de revenir au Parlement, indique le rapport.

Des militants du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu réagissent aux résultats du scrutin à la sortie des urnes au siège du parti à Tel Aviv, le 17 mars 2015. (AP Photo/Oded Balilty)

La liste des préférences rapportée est étonnamment dirigée par le débutant Amir Ohana, premier membre ouvertement gay de la Knesset du Likud et l’un des principaux députés qui ont travaillé sur la loi controversée de l’État-nation. Après Ohana, la ministre de la Culture Miri Regev, une alliée éminente du Premier ministre connue pour ses éloges sur lui et ses attaques contre ce qu’elle décrit comme un « monopole de la gauche sur les institutions culturelles d’Israël ».

Le ministre du Tourisme Yariv Levin, le ministre des Transports Yisrael Katz et le ministre de l’Energie Yuval Steinitz sont venus compléter le top cinq de Netanyahu. Le ministre des Sciences, Ofir Akunis, la vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, l’ancien et actuel président de la coalition, David Bitan et David Amsalem, et le récent ministre de l’Immigration, Yoav Galant, transfuge de Koulanou, clôturent les dix premières places.

Les cinq dernières places dans la liste des préférences du Premier ministre, telles que rapportées par Israël Hayom, sont le député Miki Zohar, le ministre de la Protection de l’environnement Zeev Elkin, le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan, la ministre de l’Egalité sociale Gila Gamliel et le député Yoav Kisch. Netanyahu, étant élu président du Likud, occupe automatiquement la première place sur la liste.

Le blocage d’un successeur

La volonté de Netanyahu de choisir qui promouvoir et qui bloquer pourrait être alimentée par la crainte que ses collègues du parti ne se retournent contre lui en cas d’inculpation dans les enquêtes pénales dans lesquelles il est accusé de corruption.

Le procureur général Avichai Mandelblit devrait annoncer ce mois-ci son intention d’inculper Netanyahu, en attendant une audience ; cependant, on pense qu’il faudra peut-être attendre encore un an avant de déposer une mise en accusation définitive.

Si Netanyahu devait être contraint de démissionner, les députés avec le plus grand soutien du parti seraient considérés comme des candidats possibles pour le remplacer, rendant la bataille pour les premières places encore plus intense. Certains commentateurs ont même, en plaisantant à moitié, décrit les primaires comme la course au leadership de 2020.

L’absence d’un certain nombre de personnalités clés du Likud dans la liste rapportée par Israël Hayom indique le désir du Premier ministre de les maintenir aussi bas que possible sur la liste finale, et de ce fait les priver de la possibilité d’être considérés comme des successeurs potentiels.

Gideon Saar prend la parole lors d’une conférence du Likud à Lod, le 31 décembre 2017. (Tomer Neuberg/Flash90)

Notamment, Netanyahu tente de faire barrage à la réussite de Saar, l’ancien ministre de l’Intérieur, qu’il a accusé d’avoir comploté pour le remplacer ; Yuli Edelstein, président de la Knesset ; et Ayoub Kara, ministre des Communications, selon ce rapport.

Kara, membre éminent de la communauté druze d’Israël, avait espéré pouvoir se présenter à nouveau pour la 30e place sur la liste, réservée à un candidat non-juif. Mais grâce à Netanyahu, pour la première fois, la place ne sera ouverte qu’aux nouveaux concurrents et non aux anciens députés, ce qui signifie que Kara sera obligé de se présenter sur la liste nationale.

Edelstein s’est étonnamment classé troisième aux primaires de 2014 et, après avoir été président de la Knesset depuis 2013, sa popularité est grande chez les membres du Likud. Mais sa popularité peut être perçue par Netanyahu comme une menace potentielle. L’an dernier, le président de la Knesset a également critiqué sévèrement les attaques de Netanyahu contre les médias et ses opposants politiques, et a averti que le parti au pouvoir pourrait subir un revers majeur lors des prochaines élections.

Mais tandis que Netanyahu a fait en sorte que ses efforts apparents pour entraver Edelstein restent discrets, il a fait le contraire avec Saar, l’accusant publiquement de comploter pour le remplacer.

Il y a tout juste un jour, le Premier ministre a exhumé des informations non confirmées selon lesquelles Saar aurait mis au point un plan selon lequel le président mettrait Netanyahu sur la touche après les élections et confierait à Saar le soin de former un gouvernement à sa place.

M. Saar est entré à la Knesset comme député du Likud en 2003 et a occupé les postes de ministre de l’Education et de l’Intérieur avant de se retirer en 2014. Il a annoncé son retour en politique en 2017. Bien qu’il ait déclaré que son objectif ultime est d’être Premier ministre, Saar s’est publiquement engagé à soutenir Netanyahu, un vœu qu’il a répété avant le vote de mardi.

L’attitude du Premier ministre à l’égard de rivaux potentiels du Likud a conduit, au fil des ans, à l’exode de certains de ses successeurs les plus en vue. Et peut-être par crainte de créer des challengers potentiels, Netanyahu a renoncé à son ancienne pratique de nommer les postes honorifiques de Premier ministre adjoint et de vice-Premier ministre. Il a également gardé pour lui les postes de ministre des Affaires étrangères et, ces derniers mois, de ministre de la Défense.

David Sharan à l’audience de renvoi au tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 3 septembre 2017 (Crédit : Flash90)

Alors que Netanyahu a nié avoir une préférence pour l’un ou l’autre de ses députés actuels, il a donné un appui explicite à un candidat de la Knesset : son ancien chef de cabinet qui est actuellement accusé au pénal dans le scandale des sous-marins, très médiatisé.

Dans un message envoyé dimanche aux militants du parti, M. Netanyahu a déclaré que dans le district clé de Tel Aviv, qui occupe la 29e place sur la liste, il soutenait spécifiquement son ancien chef de cabinet David Sharan, en dépit d’une recommandation de la police selon laquelle Sharan devrait être inculpé pour corruption dans l’une des affaires de corruption les plus importantes d’Israël.

« J’apprécie beaucoup David Sharan et je pense qu’il est le meilleur candidat pour le district de Tel Aviv », a déclaré Netanyahu dans un message distribué en son nom.

En novembre, la police a recommandé que M. Sharan, qui a travaillé au cabinet du Premier ministre entre 2014 et 2016, soit accusé de corruption, de fraude, d’abus de confiance, de complot, de blanchiment d’argent et de violation de la loi sur le financement des campagnes électorales dans le cadre de l’affaire 3000, qui concerne l’achat suspect de navires de guerre à la société allemande ThyssenKrupp. Les procureurs n’ont pas encore rendu leur décision sur la question.

La compétition pour Tel Aviv est devenue l’une des élections régionales les plus intrigantes du scrutin interne du parti, avec Sharan affrontant un loyaliste clé de Saar. Ici, et dans toute la campagne des primaires, les résultats finaux pourraient déterminer l’avenir non seulement du Likud mais aussi de Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...