L’église de la Multiplication des pains attend toujours une compensation
Rechercher

L’église de la Multiplication des pains attend toujours une compensation

Incendié par deux extrémistes juifs l'an dernier, un bâtiment du complexe n'a pas pu être réparé, faute de moyens

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Un prêtre inspecte les dommages causés à l'Eglise de la Multiplication, à Tabgha, sur le lac de Tibériade, qui a  pris feu dans ce que la police suspecte être un incendie criminel, 18 juin 2015 (Crédits : Basel Awidat / Flash90)
Un prêtre inspecte les dommages causés à l'Eglise de la Multiplication, à Tabgha, sur le lac de Tibériade, qui a pris feu dans ce que la police suspecte être un incendie criminel, 18 juin 2015 (Crédits : Basel Awidat / Flash90)

Plus d’un an après que des extrémistes juifs ont mis le feu à l’église de la Multiplication, où les chrétiens croient que Jésus a accompli le miracle des pains et des poisons, le complexe n’a toujours pas été réparé.

Les gérants de cet important site de pèlerinage catholique à Tabgha, sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade, attendent toujours l’argent promis par le gouvernement israélien pour la reconstruction.

Cette semaine, le premier versement est enfin arrivé, a confirmé le Dr. Georg Röwekamp, un porte-parole de l’Association Allemande pour la Terre Sainte (DHVL) au Times of Israel. Mais l’argent du gouvernement ne suffira pas à couvrir les dégâts, selon les officiels.

Le père Nicodmus, porte-parole des moines bénédictins, a déclaré que l’église n’avait reçu qu’un tiers de ce dont elle aurait besoin pour reconstruire le site sacré, qui a été passé à la torche le 18 juin 2015.

Les dégâts causés par un incendie volontaire présumé, à l’église de la Multiplication du lac de Tibériade, le 18 juin 2015. (Crédits : Pompiers et services de secours)
Les dégâts causés par un incendie volontaire présumé, à l’église de la Multiplication du lac de Tibériade, le 18 juin 2015. (Crédits : Pompiers et services de secours)

Le porte-parole des Bénédictins a souligné l’importance du site pour les chrétiens, surtout en Allemagne. Il a expliqué que les chrétiens allemands avaient lancé une série de campagnes de financement participatif, pour payer ce qu’Israël ne fera pas.

Le ministre des Finances a déclaré dans un communiqué selon le quotidien israélien Ynet que le retard dans le transfert des fonds était dû à la difficulté de l’église à se représenter comme une entité légale.

Les autorités financières avaient, initialement, refusé la demande de l’église pour une compensation, argumentant que les motifs « nationalistes » de l’attaque n’étaient pas certains.

Yinon Reuveni (à dr.) et Yehuda Asraf, suspectés d’avoir vandalisé l’église de la Multiplication des pains et poissons à Tabgha, sur les rives du lac de Tibériade, apparaissent au tribunal de Nazareth, le 29 juillet 2015. (Crédits : Basel Awidat / Flash 90)
Yinon Reuveni (à dr.) et Yehuda Asraf, suspectés d’avoir vandalisé l’église de la Multiplication des pains et poissons à Tabgha, sur les rives du lac de Tibériade, apparaissent au tribunal de Nazareth, le 29 juillet 2015. (Crédits : Basel Awidat / Flash 90)

Mais le ministre de la Justice a finalement déterminé que, au vu des charges retenues contre les suspects, l’attaque était liée au “conflit israélo-arabe” et a requis le versement d’une compensation à l’église.

Des officiels de l’église ont déclaré à l’AFP que la somme demandée s’élevait à environ 7 millions de shekels.

Cependant, Wadia Abu Nasser, un porte-parole de l’Eglise catholique en Israël, a confié à Ynet que le gouvernement israélien avait estimé les dommages à 1,7 million de shekels.

L’incendie criminel, sur le site où de nombreux chrétiens croient que Jésus a nourri 5 000 personnes en multipliant cinq pains et deux poissons, a totalement détruit un bâtiment du complexe. L’église elle-même n’a pas été endommagée.

Un graffiti en hébreu a été découvert sur un autre bâtiment, disant « Les idoles seront chassées ou détruites ».

Un prêtre passe à côté d’un graffiti en hébreu, disant « les fausses idoles seront éliminées », pendant qu’il inspecte les dommages à l’église de la Multiplication de Tabgha, sur les rives du lac de Tibériade dans le nord d’Israël, le 18 juin 2015. (Crédits : AFP / Menahem Kahana)
Un prêtre passe à côté d’un graffiti en hébreu, disant « les fausses idoles seront éliminées », pendant qu’il inspecte les dommages à l’église de la Multiplication de Tabgha, sur les rives du lac de Tibériade dans le nord d’Israël, le 18 juin 2015. (Crédits : AFP / Menahem Kahana)

Deux extrémistes juifs, Yinon Reuveni et Yehuda Asraf, ont été condamnés l’année dernière pour l’incendie criminel et le graffiti.

Un troisième, Moshe Orbach, a été condamné pour avoir écrit et distribué un document détaillant la « nécessité » d’attaquer les propriétés et les personnes non-juives, ainsi que des conseils pratiques pour le faire.

L’attaque de l’église, sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade, avait suscité une condamnation et des inquiétudes des chrétiens du monde entier, pour un site qui est visité par 5 000 personnes quotidiennement, et a renouvelé l’attention envers les crimes haineux liés à la religion en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...