L’EI appelle les femmes à rejoindre le jihad et à mener des attentats – une première
Rechercher

L’EI appelle les femmes à rejoindre le jihad et à mener des attentats – une première

Le groupe terroriste, qui perd du terrain en Irak et en Syrie, montre une nouvelle ouverture aux femmes et engendre un nouveau défi pour l’Occident

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de combattants arabes et kurdes, sous la bannière du groupe Etat islamique dans la ville d'Al-Karamah, à 26 km de Raqqa, qui vient d'être reprise au groupe terroriste, le 26 mars 2017. (Crédit : Delil Souleiman/AFP)
Les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de combattants arabes et kurdes, sous la bannière du groupe Etat islamique dans la ville d'Al-Karamah, à 26 km de Raqqa, qui vient d'être reprise au groupe terroriste, le 26 mars 2017. (Crédit : Delil Souleiman/AFP)

Pour la première fois, l’Etat islamique (EI) a appelé les femmes à mener des attentats et à rejoindre le jihad contre l’Occident.

Un journal du groupe terroriste a appelé les musulmanes à « remplir leurs devoirs sur tous les fronts pour soutenir les moudjahidin dans cette bataille », et à se « préparer à défendre leur religion en se sacrifiant pour Allah », a annoncé vendredi The Independent.

L’EI est célèbre pour son oppression et sa soumission des femmes sous son règne, et a généralement confié aux femmes des rôles de ménagères. Cependant, les combats de plus en plus désespérés du groupe terroriste, et ses pertes de terrains en Irak et en Syrie l’ont encouragé à adopter une attitude plus souple.

Le journal jihadiste a expliqué cette nouvelle approche en soulignant que les femmes avaient déjà participé aux combats à certains moments de l’Histoire, notamment pendant l’Âge d’or de l’islam.

The Independent a souligné que l’appel aux armes pourrait avoir de graves conséquences dans les pays occidentaux, où les menaces des islamistes se sont jusqu’à présent limitées aux hommes. Les femmes réfugiées du Moyen Orient sont généralement considérées comme bien moins dangereuses, et n’ont pas subi de vérifications aussi poussées que les hommes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...