L’enquête sur l’ancienne société de Gantz brouille davantage les élections
Rechercher
Analyse

L’enquête sur l’ancienne société de Gantz brouille davantage les élections

L'annonce de l'enquête sur une firme jadis dirigée par le rival de Netanyahu est un irritant majeur pour Kakhol lavan, et soulève des questions sur l'indépendance de la justice

Raoul Wootliff

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz au siège de son parti, à Tel Aviv, le 12 septembre 2019. (AP Photo/Oded Balilty)
Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz au siège de son parti, à Tel Aviv, le 12 septembre 2019. (AP Photo/Oded Balilty)

Après une carrière de 38 ans au sein de l’armée, l’ancien chef d’état-major Benny Gantz est devenu en 2015 le président d’une société de cybersécurité basée à Tel Aviv, appelée Fifth Dimension, qui a développé des solutions d’intelligence artificielle pour les forces de l’ordre. En décembre 2018, après seulement trois ans, l’entreprise a fait faillite, après avoir englouti des millions de dollars d’investisseurs.

« Je ne peux pas considérer que Fifth Dimension soit une réussite », a admis Gantz dans une interview l’année dernière, face aux critiques de Benjamin Netanyahu. Le Premier ministre a critiqué le fait qu’on ne pouvait pas faire confiance au président de Kakhol lavan, son principal rival politique, pour gérer l’État d’Israël, après l’échec de sa toute première entreprise commerciale.

« Ce n’était qu’une des huit ou neuf activités commerciales que j’avais. Je ne suis pas un magnat et je ne me considère pas comme un homme d’affaires », a déclaré M. Gantz dans l’interview, sur le site d’information Ynet. « Je suggère que nous nous souvenions que cela arrive à neuf entreprises de haute technologie sur dix. Alors regardons cela avec le bon recul ».

Jeudi, la question du bon angle d’approche de l’entreprise en faillite de Gantz est devenue l’une des plus pressantes de la campagne électorale actuelle – la troisième en un an – lorsque le procureur général par intérim Dan Eldad a ordonné une enquête criminelle dans le cadre de la Fifth Dimension sur des allégations d’irrégularités dans ses efforts pour obtenir un contrat lucratif avec la police israélienne.

M. Netanyahu, qui doit comparaître devant le tribunal en tant qu’accusé criminel pour des accusations de corruption, de fraude et d’abus de confiance deux semaines seulement après le vote national, a déclaré en réponse à l’annonce : « Le public doit connaître la vérité, ici et maintenant, et avant les élections.

Annoncée seulement 11 jours avant les élections, l’enquête brouille encore un peu plus les pistes politiques déjà bien entamées, le calendrier brouillant une vision claire de l’entreprise, des allégations portées contre elle et de la « vérité » que Netanyahu exige.

La boue

Les soupçons à l’encontre de Fifth Dimension portent, tout d’abord, sur une subvention de 4 millions de shekels (un million d’euros) accordée à l’entreprise par la police pour un projet-pilote utilisant les prétendues capacités technologiques de l’entreprise, après que les dirigeants de l’entreprise auraient fourni des informations trompeuses aux forces de l’ordre. La subvention préliminaire devait faire partie d’un contrat de 50 millions de shekels (12,5 millions d’euros). Ce contrat n’a pas été finalisé.

Selon un rapport du contrôleur de l’État publié peu avant les élections d’avril 2019, la police israélienne a négocié la subvention de 4 millions de shekels avec la société de cybersécurité sans lancer d’appel d’offres, en violation des marchés publics.

Selon le rapport, Fifth Dimension a dit au comité de passation de marchés de la police israélienne en 2016 qu’elle avait été fondée quatre ans plus tôt, au lieu de trois ; qu’elle avait un produit déjà développé, alors qu’elle n’en avait pas ; et qu’elle avait cinq clients – tous des organisations de sécurité – alors qu’elle n’en avait pas à l’époque.

Le rapport, qui mettait l’accent sur des allégations d’irrégularités policières plutôt que sur des soupçons à l’encontre de la société elle-même, reprochait à la police d’avoir approuvé le projet pilote de Fifth Dimension sans appel d’offres, et d’avoir ensuite entamé des négociations avec la société pour le contrat de 50 millions de shekels sans recevoir d’offres d’aucune autre société.

« La police aurait dû prendre contact avec d’autres entreprises technologiques, qu’il s’agisse de start-up ou de sociétés expérimentées, et les informer de son intention » de signer un contrat de services technologiques d’une valeur de 50 millions de shekels, a écrit Yossef Shapira, le contrôleur de l’époque.

Le rapport reproche également à la police d’avoir inclus Gantz et le PDG de Fifth Dimension, Doron Cohen, dans une réunion au début de leurs délibérations, ainsi que d’avoir donné à l’entreprise l’accès à de nombreuses informations sur ses opérations dans le cadre du projet pilote.

Il a déclaré que le chef de la police de l’époque, Roni Alsheich, était le moteur du projet et qu’il avait ordonné que des négociations aient lieu avec Fifth Dimension, dont les cadres comprenaient également plusieurs anciens gradés de la police israélienne.

Après avoir déterminé que le projet pilote avait été mené à bien en septembre 2017, la police a affecté 50 millions de shekels au projet dans son budget 2017-2018. Mais les négociations ont échoué lorsque les fonctionnaires du ministère des Finances ont déclaré que la police devrait mener une « étude de marché approfondie » afin de pouvoir justifier l’exemption du contrat d’une procédure d’appel d’offres public.

Peu après, Fifth Dimension a déclaré faillite lorsque son plus grand investisseur, Viktor Vekselberg, un homme d’affaires russe ayant des liens avec le président russe Vladimir Poutine, a été sanctionné par les États-Unis pour ses liens avec des « activités malveillantes » du gouvernement russe dans le monde entier.

Le bourbier

Bien que Gantz n’ait pas été nommé comme suspect dans l’affaire, l’annonce de l’enquête jeudi – à l’approche des élections et pendant une campagne de Kakhol lavan qui a tenté de focaliser l’attention sur l’inculpation de Netanyahu pour corruption – a soulevé un certain nombre de questions sur le calendrier du procureur général par intérim et sa motivation politique éventuelle. Gantz lui-même, tout en insistant sur le fait qu’il n’a rien à cacher et qu’il coopérera pleinement à l’enquête, a affirmé qu’un « parfum politique » planait sur l’affaire.

Les forces de l’ordre et le ministère public ont sévèrement critiqué Eldad pour sa décision rapide d’ordonner une enquête criminelle – il n’a été nommé à ce poste que ce mois-ci – et plusieurs fonctionnaires, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, ont accusé le chef intérimaire du ministère public israélien d’être un laquais du parti au pouvoir, le Likud.

Un haut fonctionnaire du ministère public a déclaré au quotidien Haaretz qu’Eldad se comportait comme « le laquais du ministre de la Justice » et un « consigliere » – un conseiller de patron de la mafia.

Un autre a dit : « Nous sommes devenus la Turquie. Eldad est en train de politiser les poursuites judiciaires ».

Dans le même temps, les responsables de Kakhol lavan ont accusé Eldad et le ministre de la Justice Amir Ohana – un allié de Netanyahu et le moteur de la nomination d’Eldad (une démarche qui a provoqué la colère d’autres hauts responsables de la justice et à laquelle s’est opposé au départ le procureur général Avichai Mandelblit) – de divulguer des rapports d’enquête avant qu’ils ne soient rendus publics. Ohana a déclaré que l’enquête aurait dû être ouverte il y a des mois.

Le bureau de Mandelblit a déclaré jeudi qu’il avait donné le feu vert à Eldad pour ouvrir l’enquête, mais que le procureur général lui-même n’était pas impliqué dans l’affaire ou la décision, laissant supposer une éventuelle dissension au sein de l’échelon juridique d’Israël.

En restant en dehors de l’enquête, Mandelblit, qui a supervisé les enquêtes qui ont conduit à la mise en accusation de Netanyahu, aurait largement signalé qu’il ne considère pas l’affaire comme très importante et ne voit pas Gantz comme un suspect probable.

Nommé au poste de procureur général par Netanyahu, c’est Mandelblit qui a annoncé un projet d’accusation contre le Premier ministre peu avant les élections d’avril 2019, et une mise en accusation complète peu après le deuxième tour de septembre.

L’affaire, et le calendrier des poursuites, ont fait de lui une cible de colère pour de nombreux partisans de Netanyahu.

En annonçant la toute première décision d’inculper un Premier ministre en exercice en novembre, M. Mandelblit a déclaré que c’était un « jour difficile et triste » pour Israël d’inculper son dirigeant. « Les citoyens d’Israël, nous tous, et moi-même, avons le regard tourné vers les élus, et d’abord et avant tout vers le Premier ministre », a déclaré M. Mandelblit. « L’application de la loi n’est pas un choix. Ce n’est pas une question de droite ou de gauche. Ce n’est pas une question de politique ».

Netanyahu – qui prétend que l’accusation portée contre lui est motivée par des raisons politiques et qui reproche à l’opposition, aux médias, à la police et aux procureurs de faire pression sur un procureur général « faible », Mandelblit – nie avoir fait quoi que ce soit de répréhensible.

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Il n’est pas certain que l’enquête sur Fifth Dimension fasse bouger les choses d’une quelconque manière au cours de ces dernières élections très serrées. Les mois qui ont précédé le jour du scrutin du 2 mars ont été marqués par d’autres bombes, notamment le dévoilement du plan de paix du président américain Donald Trump au Moyen-Orient et la fixation d’une date (17 mars) pour le début du procès pour corruption de Netanyahu, qui n’ont pas eu d’effet spectaculaire sur les sondages d’opinion.

Compte tenu de la controverse autour des allégations et du calendrier de l’enquête, l’affaire risque également de miner davantage l’image des autorités judiciaires israéliennes déjà malmenées. Jusqu’à ce mois-ci, elles étaient accusées de partialité anti-Netanyahu ; maintenant, c’est Gantz qui prétend qu’elles sont politisées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...