L’envoyé iranien de l’AIEA affirme qu’Israël est responsable de la mort de scientifiques nucléaires
Rechercher

L’envoyé iranien de l’AIEA affirme qu’Israël est responsable de la mort de scientifiques nucléaires

Reza Najafi accuse le monde de fermer les yeux sur les violations de l’Etat juif des traités internationaux

Vue partielle de la centrale nucléaire de Dimona, dans le Néguev, au sud d'Israël, le 8 septembre 2002. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Vue partielle de la centrale nucléaire de Dimona, dans le Néguev, au sud d'Israël, le 8 septembre 2002. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

L’ambassadeur iranien auprès de l’agence atomique des Nations unies a affirmé que des « terroristes embauchés par Israël » étaient responsables des assassinats de plusieurs scientifiques spécialisés dans le nucléaire ces dernières années.

Devant le Conseil des gouverneurs de l’AIEA, Reza Najafi a également critiqué jeudi Israël pour sa non-adhésion aux traités nucléaires internationaux, et la communauté internationale car elle ignore ce fait.

« Alors que des scientifiques nucléaires de tout le Moyen Orient ont été assassinés par des terroristes embauchés par Israël, les experts nucléaires du régime ont autorisé l’accès à certaines des installations nucléaires du pays », a-t-il déclaré selon les médias iraniens.

« Malheureusement, le régime sioniste a ignoré les demandes justes de la communauté internationale ces dernières années, et, ayant le soutien aveugle de certains pays occidentaux et enfreignant toutes les lois et les régulations internationales, a fait progressé son dangereux programme nucléaire militaire. »

Le réacteur nucléaire d'Arak en Iran, en 2012. (Crédit : Nanking2012/CC BY/WikiCommons)
Le réacteur nucléaire d’Arak en Iran, en 2012. (Crédit : Nanking2012/CC BY/WikiCommons)

Au moins quatre scientifiques iraniens ont été assassinés entre 2010 et 2010, et l’Iran affirme depuis longtemps que le Mossad est responsable de ces assassinats dans le cadre d’une campagne de sabotage de son propre programme nucléaire.

Israël a gardé le silence sur ces accusations, même si différents dirigeants politiques et responsables de la sécurité ont sous-entendu des actes de sabotage contre l’Iran.

Israël maintient une politique dite d’ambigüité nucléaire, en ne confirmant ni démentant l’existence de son arsenal nucléaire.

De précédentes résolutions proposées aux Nations unies par des pays arabes cherchant à faire pression sur Israël pour qu’il soit transparent sur son nucléaire n’ont pas été adoptées.

En septembre, des membres arabes de l’AIEA se seraient abstenus de proposer des résolutions appelant Israël à signer le Traité de non-prolifération nucléaire et à placer ses installations nucléaires sous supervision internationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...