Rechercher

L’envoyé spécial des USA pour la Shoah appelle l’Europe de l’Est à restituer les biens volés aux juifs

La plupart des signataires de la Déclaration de Terezin qui s'étaient engagés à répondre aux réclamations n'ont pas tenu parole

L'envoyé spécial des États-Unis pour l'Holocauste, Thomas Yazdgerdi. (Crédit d'écran : YouTube)
L'envoyé spécial des États-Unis pour l'Holocauste, Thomas Yazdgerdi. (Crédit d'écran : YouTube)

L’envoyé spécial des États-Unis pour les questions liées à l’Holocauste a exhorté les pays d’Europe de l’est à honorer leurs promesses de 2009, quand ils se sont engagés à restituer les biens volés aux juifs.

Thomas Yazdgerdi a lancé cet appel mercredi, à Bruxelles, durant une conférence dédiée à la Déclaration de Terezin. Dans cette déclaration, de nombreux pays européens ont, pour la première fois, promis de résoudre les réclamations liées aux biens saisis pendant la Shoah. Cependant de nombreux pays n’ont pas tenu leurs promesses.

Yazdgerdi a appelé les pays à « rendre justice aux survivants et à leur famille, pour l’expropriation qu’ils ont subi. »

« Nous continuerons à encourager les pays à restituer les biens collectifs et privés à qui de droit », dit-il. « Nous soutenons pleinement nos partenaires européens dans leurs efforts pour accomplir les dispositions de la Déclaration de Terezin. »

Cette déclaration a été co-signée par la Pologne, qui a résisté à l’appel de suivre l’exemple des autres pays européens et d’adopter une loi qui restitue des biens d’une valeur de plusieurs milliards de dollars qui appartenaient autrefois à des Juifs qui ont péri pendant la Shoah.

La Roumanie, un autre co-signataire, a récemment adopté une loi qui garantit la restitution des biens individuels et collectifs. Ils ont systématiquement reporté son entrée en vigueur, selon la World Jewish Restitution Organization, qui a co-organisé la conférence au Parlement européen, avec des responsables au sein du Parlement.

« Trop de survivants vivent dans une grande pauvreté, sans l’assistance sociale nécessaire, alors que certains pays et certains individus continuent à profiter de biens illégalement saisis », a déclaré Gideon Taylo, le président de l’organisation, durant la conférence.

Au Parlement européen, plusieurs personnes ont pris la parole, notamment le député suédois Gunnat Hökmar et trois de ses collègues qui dirigent l’Alliance européenne pour les Survivants de l’Holocauste.

Natan Sharansky, qui est le président l’Agence juive pour Israël et ancien vice-premier ministre, était également présent, aux côtés du ministre des Affaires étrangères bosniaque, Igor Crnadak.

Ben Helfgott, survivant de la Shoah et ancien champion d’haltérophilie britannique, né en Pologne, a également pris la parole, entre autres survivants.

« La discrimination économique et la saisie des biens des juifs faisaient partie intégrante de l’Holocauste, nous humilier, nous retirer notre valeur, nous réduire à néant », dit Helfgott, un champion olympique qui a décroché 3 médailles d’or aux Maccabiades.

« L’équivalent de 12 milliards de livre sterling (1,4 milliard d’euros) ont été dérobés aux juifs allemands seulement, sans compter les vols moins concrets de propriété collective. »

Alors qu’en « Europe occidentale et en Europe centrale, le processus de restitution des biens volés aux juifs a démarré dans les années 1950 et n’a fait que progresser », dit-il, « dans la plupart des pays d’Europe de l’est, la majorité des biens volés aux juifs n’ont pas été restitués. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...