Rechercher

Les accusations de nazisme par Poutine sont « odieuses », dit l’ambassadrice allemande

La diplomate a dénoncé une "déformation de la Shoah" par le président russe ; la visite du chancelier Scholz, en pleine crise, montre la force des liens entre Israël et l’Allemagne

Le Chancelier allemand Olaf Scholz, à droite, et le Président ukrainien Volodymyr Zelensky posent pour les photographes à l'occasion de leur rencontre lors de la Conférence de Munich sur la Sécurité, le 19 février 2022  (Sven Hoppe / POOL / AFP)
Le Chancelier allemand Olaf Scholz, à droite, et le Président ukrainien Volodymyr Zelensky posent pour les photographes à l'occasion de leur rencontre lors de la Conférence de Munich sur la Sécurité, le 19 février 2022 (Sven Hoppe / POOL / AFP)

Dans d’une interview donnée, mercredi, au Times of Israël, l’ambassadrice d’Allemagne en Israël a condamné les propos du président russe Vladimir Poutine selon lesquels son invasion de l’Ukraine avait pour ambition de « dénazifier » le pays.

« C’est répugnant, c’est odieux. C’est une distorsion de l’histoire, c’est une déformation de la Shoah. Poutine qualifie tout ce qui est démocratique de « nazi ». De toute mon âme, je présente mes excuses au courageux président juif d’Ukraine », a déclaré l’ambassadrice Susanne Wasum-Rainer.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est Juif. Les médias russes ont cherché à plusieurs reprises à dépeindre l’Ukraine comme alignée sur le nazisme et accusé le pays de perpétrer un « génocide » à l’encontre des Russes ethniques, sans preuves à l’appui.

Poutine avait ainsi déclaré à la télévision russe d’État, la semaine passée que l’objectif de ce qu’il a décrit comme une « opération militaire » était de « de protéger les personnes victimes d’intimidation et de génocide… des huit dernières années. C’est pour cette raison que nous allons faire en sorte de démilitariser et dénazifier l’Ukraine ».

Wasum-Rainer s’est entretenue avec le Times of Israël alors que le chancelier allemand Olaf Scholz rencontrait, mercredi, le Premier ministre Naftali Bennett.

Scholz aurait également dû se rendre en Jordanie et en Cisjordanie, mais ces voyages ont été annulés en raison de la crise en Ukraine.

« J’aimerais qu’Israël prenne la mesure et apprécie la très grande importance que l’Allemagne accorde à sa relation avec Israël en ce moment. Cela démontre que, même au milieu de cette crise majeure, de ce moment historique, la relation avec Israël nous est extrêmement précieuse », a déclaré Wasum-Rainer.

L’ambassadrice d’Allemagne en Israël, Susanne Wasum-Rainer, prononçant un discours à Tel Aviv à l’occasion de la Journée de l’unité nationale allemande, le 3 octobre 2019. (Crédit : Noam Moskowitz)

Bennett a proposé de servir de médiateur entre l’Ukraine et la Russie, pays avec lesquels Jérusalem entretient des liens relativement étroits.

Interrogée sur la position de l’Allemagne sur un tel processus, Wasum-Rainer n’a pas répondu directement.

« Évidemment, nous sommes en faveur de tout ce qui est susceptible de mettre un terme à la guerre en Ukraine », a-t-elle déclaré.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie s’est intensifiée depuis le début des hostilités. Les forces russes ont attaqué des zones civiles dans les grandes villes ukrainiennes et les réfugiés se comptent maintenant par centaines de milliers.

La communauté internationale a été relativement unie dans sa réponse à la crise, les États-Unis et l’Union européenne imposant des sanctions sévères aux transactions financières russes et à la Banque centrale russe. D’autres pays démocratiques ont également imposé des sanctions lourdes.

L’Allemagne et plusieurs autres pays ont annoncé d’importantes hausses de leurs dépenses de défense, après des années passées à Berlin, par exemple, avec un niveau de dépenses inférieur aux 2 % du PIB annuels promis par les membres de l’OTAN.

Des États historiquement neutres tels que la Suisse et la Suède se sont également joints à certaines sanctions contre des responsables et institutions russes.

« Je ne sais pas comment cette crise va évoluer. Mais c’est une crise qui a renforcé l’Europe, l’Union européenne et l’OTAN au cours des deux ou trois derniers jours », a déclaré Wasum-Rainer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...